L'ONU : appel à basculer vers des sources d'énergie propres

Temps de lecture : 5 minutes


L’ONU : appel à basculer vers des sources d’énergie propres

Temps de lecture : 5 minutes

Catégorie Monde , Gros plan

Temps de lecture : 5 minutes

L’Organisation des Nations unies a affirmé mardi qu’il faut doubler l’offre d’électricité propre d’ici 2030. L’objectif est d’éviter que le changement climatique ne compromette la sécurité énergétique mondiale. L’ONU a par ailleurs suggéré que les répercussions de la guerre en Ukraine sur l’approvisionnement énergétique pourraient permettre d’accélérer la transition. Le point.

Temps de lecture : 5 minutes

Dans un nouveau rapport rendu public, mardi 11 octobre, l’Organisation météorologique mondiale (OMM) souligne que le secteur de l’énergie n’est pas seulement une source majeure d’émissions à l’origine du changement climatique, mais il est également vulnérable aux changements qui accompagnent le réchauffement de la planète.

Si le monde n’évolue pas rapidement vers des sources d’énergie propres pour ralentir la crise climatique, des conditions météorologiques et un stress hydrique plus extrêmes mettront notre sécurité énergétique en danger et pourraient même compromettre nos approvisionnements en énergie renouvelable, prévient l’OMM.

«Le temps n’est pas de notre côté et notre climat change sous nos yeux», insiste le chef de cette organisation, Petteri Taalas, dans un communiqué. «Nous avons besoin d’une transformation complète du système énergétique mondial», ajoute-t-il.

Lire aussi : Cancer du sein : une étude prouve un risque lié à certains polluants de l’air

 

Quand le net zéro sera-t-il atteint ?

Le patron de l’OMM rappelle que le secteur de l’énergie est la source des trois quarts environ des émissions mondiales de gaz à effet de serre. Il a aussi souligné que «le passage à des formes propres de production d’énergie… et l’amélioration de l’efficacité énergétique sont vitaux».

Cependant, avertit Taalas, atteindre l’objectif de zéro émission nette d’ici à 2050 ne sera possible que «si nous doublons l’approvisionnement en électricité à faibles émissions au cours des huit prochaines années». Le net zéro, ou la neutralité carbone, sera atteint lorsque les émissions de dioxyde de carbone provenant des activités humaines seront équilibrées à l’échelle mondiale par les absorptions de CO2 sur une période donnée.

Rendus plus extrêmes, plus fréquents et plus intenses par le réchauffement climatique, l’impact d’événements météorologiques, hydriques et climatiques sur la fiabilité de l’accès à l’énergie est déjà notable, note l’OMM dans son rapport.

En guise d’exemple, l’organisation cite les coupures de courant massives causées par une vague de chaleur historique à Buenos Aires en janvier.

Lire aussi : En France, des pesticides dans l’eau potable … quels risques ?

 

Les centrales électriques menacées par le stress hydrique et les inondations

En 2020, 87% de l’électricité mondiale produite à partir de centrales thermiques, nucléaires et hydroélectriques dépendaient directement de l’accès à l’eau, rappelle l’OMM.

Dans le même temps, un tiers des centrales thermiques qui ont besoin d’eau douce pour leur fonctionnement se trouvent dans des zones à fort stress hydrique, tout comme 15% des centrales nucléaires existantes. Cette part devrait atteindre 25% au cours des vingt prochaines années.

Un autre risque couru par ces centrales : souvent situées sur le littoral, elles sont donc potentiellement vulnérables à l’élévation du niveau de la mer et aux inondations.

L’OMM estime en outre que 11% de la capacité hydroélectrique mondiale est également située dans des zones à fort stress hydrique. Aussi, plus d’un quart des barrages hydroélectriques existants et près d’un quart des barrages projetés se trouvent dans des bassins fluviaux qui luttent actuellement contre une pénurie d’eau moyenne à élevée.

Le passage aux énergies renouvelables contribuera ainsi à atténuer le stress hydrique mondial croissant, selon le rapport. Ce dernier relève que la quantité d’eau utilisée par l’énergie solaire et éolienne est bien inférieure à celle des centrales électriques traditionnelles.

Lire aussi : Stress hydrique : une problématique qui guette toujours le Maroc

 

La guerre en Ukraine, une crise à double tranchant

La crise de l’approvisionnement énergétique provoquée par l’invasion de l’Ukraine par la Russie est à double tranchant. Elle fait craindre d’une part un recours accru à des sources très nocives en termes d’émissions de gaz à effet de serre comme le charbon par exemple.

Néanmoins, si Taalas reconnaît que cela pourrait être le cas à court terme, il a aussi souligné que la guerre démontrait les dangers de la dépendance à des sources d’énergie non fiables et pourrait donner un coup d’accélérateur à la transition verte.

«D’un point de vue climatique, la guerre en Ukraine peut être considérée comme une bénédiction», a-t-il estimé.

Pour l’heure, les promesses des pays «sont bien en-deçà» de ce qui est nécessaire pour atteindre les objectifs fixés par l’Accord de Paris de 2015 sur le changement climatique.

D’après le rapport, les investissements mondiaux dans les énergies renouvelables «doivent tripler d’ici à 2050 pour mettre le monde sur une trajectoire net zéro».


Recommandé pour vous

OMS : comment éviter de nouvelles pandémies ?

Temps de lecture : 5 minutes L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a indiqué, lundi 21 novembre, avoir réuni plusieurs experts pour dresser une nouvelle liste d’age…

COP27 : et la montagne accoucha d’une souris

Temps de lecture : 4 minutes La 27ᵉ Conférence des parties à la convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (COP27) s’est achevée sur un accord historique. C…

COP27 : la grand-messe des promesses !

Temps de lecture : 6 minutes Le dérèglement climatique se fait de plus en plus sentir. Sauver la planète n’est plus un choix, mais une responsabilité partagée. Après six ans et qua…

COP27 : la Conférence de la dernière chance

Temps de lecture : 5 minutes L’Égypte accueille des délégations de haut niveau représentant tous les pays. Chefs d’états et de gouvernements, dirigeants d’organis…

ONU : la situation de l’emploi à l’échelle mondiale est inquiétante

Temps de lecture : 5 minutes Au quatrième trimestre 2022, la croissance mondiale de l’emploi se dégradera de manière significative, et ce, selon les tendances actuelles, aver…

Climat : il est temps d’agir pour éviter le pire

Temps de lecture : 4 minutes Seule une transformation urgente à l’échelle du système permettrait d’éviter une catastrophe climatique, a prévenu, jeudi 27 octobre, le Pr…

Hassan Iquouissem : quel sort lui est réservé ?

Temps de lecture : 4 minutes Visé par un mandat d’arrêt européen délivré par la justice française depuis le 1ᵉʳ septembre dernier, l’imam marocain, Hassan Iquioussen, a été i…

Maroc-Royaume-Uni : décès d’Elizabeth II, sa visite au Royaume et les relations bilatérales

Temps de lecture : 6 minutes Le décès d’Elizabeth II, reine d’Angleterre dans sa résidence d’été de Balmoral en Écosse, a été annoncé par Buckingham Palace dans la soirée de jeudi.…

Pollution de l’air et santé : il est temps d’agir !

Temps de lecture : 3 minutes Depuis novembre 2019, l’Organisation des Nations unies (ONU) a décidé que le 7 septembre de chaque année sera consacré à la “Journée internationale de …

Le réchauffement climatique menace l’énergie mondiale

Temps de lecture : 4 minutes La qualité de vie des habitants de la Terre dépend de l’énergie. Cette dernière contribue au développement économique, social, éducatif, ainsi qu’à l’a…

Protection des eaux internationales : des actions urgentes s’imposent

Temps de lecture : 5 minutes Depuis le 15 août, les États membres de l’Organisation des Nations unies (ONU) ont entamé les négociations concernant la mise en place d’un traité, rec…

Céréales : un marché international sous tension

Temps de lecture : 5 minutes Cette année, le marché international des céréales connaît une volatilité sans précédent en raison de la sécheresse historique qui frappe plusieurs régi…