Stress hydrique : une problématique qui guette toujours le Maroc

Temps de lecture : 5 minutes


Stress hydrique : une problématique qui guette toujours le Maroc

Temps de lecture : 5 minutes

Catégorie Société , Gros plan

Temps de lecture : 5 minutes

La menace de la pénurie d’eau plane toujours sur le Maroc. Cette année, le déficit pluviométrique a été tel que les réserves hydrauliques n’ont eu de cesse de s’amenuiser. En témoigne le taux de remplissage des barrages qui a atteint des niveaux critiques. Le problème est d’envergure, le risque d’épuisement de l’eau potable dans plusieurs régions n’est pas écarté. Une situation qui peut empirer si la campagne actuelle se présente comme la précédente. Éclairage.

Temps de lecture : 5 minutes

Le Maroc a connu cette année l’une des pires sécheresses de ces trois dernières décennies. Le stress hydrique s’accentue de plus en plus et les réserves en eau sont sous forte pression.

Selon les dernières données officielles fournies par le ministère de l’Équipement et de l’Eau, le taux de remplissage de l’ensemble des barrages dans le pays se situe à 24,5% ce jeudi 29 septembre 2022, contre 38,4% à la même période l’an dernier.

Les réserves d’eau des barrages du Royaume se situent ainsi à près de 3950,7 millions de mètres cubes (Mm3), alors que la capacité totale de remplissage s’élève à 16122,6 Mm3.

Lire aussi : Le droit à l’eau ouvre le cycle de rencontres-débats du CNDH

 

Risque accru d’assèchement de plusieurs barrages

Le taux de remplissage des barrages a régressé au Maroc par rapport à l’année dernière.

Pour le barrage Al-Wahda, le plus grand à l’échelle nationale, il contient actuellement 1510,7 Mm3, avec un taux de remplissage de 42,9%, contre 63,1% l’année dernière (2221,5 Mm3).

Le barrage Sidi Mohamed Benabdallah, qui alimente Rabat et sa région, a quant à lui, vu son taux de remplissage passer de 51,9% l’an dernier à 25,9% cette année. Sa capacité de remplissage est de  974,8 Mm3.

Quant au barrage d’Al Massira, qui alimente en eau Marrakech, il contient 74,1 Mm3. Sa capacité naturelle est de 2.657 Mm3, ce qui porte le taux de remplissage à 2,8%, contre 9,8% l’année dernière.

De son côté, le barrage Moulay Youssef à Tansift, qui approvisionne aussi Marrakech en eau, a atteint un taux de remplissage de 5,5% contre 29,6% l’année dernière. Il contient actuellement 7,9 Mm3 et sa capacité de stockage est de 142,8 Mm3.

S’agissant du barrage de Bin El Ouidane, situé dans la région d’Azilal, qui approvisionne le sud de Casablanca, il a atteint un taux de remplissage de 10,5%, contre 19,7% l’an dernier. Il contient désormais 127,8 Mm3. Pour sa capacité de remplissage, elle est de 1215,5 Mm3.

Lire aussi : Pénurie d’eau : il est temps d’agir !

 

Le Maroc a entamé une phase de stress hydrique extrême 

Selon les données actuelles, «le Maroc a entamé une phase de stress hydrique extrême avec une moyenne annuelle de 500 mètres cubes pour chaque personne, soit le niveau le plus bas de l’indice de stress hydrique», explique l’expert en gouvernance et gestion des ressources en eau, Mohamed Bazza. Ce dernier note que les études prévoient une baisse de 80% des ressources en eau d’ici 25 ans.

Il a qualifié de «grave et inédite» la crise en eau que connait le Maroc, qui se manifeste par un recul exceptionnel du taux de remplissage des barrages. Il attribue cette régression aux facteurs climatiques, dans la mesure où le Royaume, à l’instar des autres pays du globe, connait une rareté des précipitations due au changement climatique causé par les émissions de gaz à effet de serre et de longues périodes de sècheresse de plus en plus rudes qui touchent toutes les régions du pays.

D’autres facteurs humains sont à l’origine de cette situation, dont la mauvaise gestion des ressources hydriques et l’absence d’une gouvernance optimale et efficace permettant de garantir un approvisionnement durable en eau, a-t-il poursuivi.

Pour ce qui est de l’état du niveau des eaux souterraines, l’expert le qualifie de «catastrophique» du fait que ces ressources sont menacées d’épuisement total. Il a noté que les conséquences de leur surexploitation sont désormais manifestes : assèchement de nombreuses sources d’eau, arrêt de l’écoulement des rivières, repli de la superficie des terres irriguées, assèchement des nappes phréatiques alors que la durabilité d’autres est menacée.

Lire aussi : Pénurie d’eau : les ultimes mesures

 

Nécessité d’une volonté politique pour assurer la durabilité des ressources hydriques

Pour remédier à cette situation, l’expert a souligné la nécessité d’une volonté politique pour assurer la durabilité de ces ressources, rétablir l’équilibre entre les ressources hydriques disponibles et leur exploitation, et garantir une gestion optimale et durable des eaux souterraines.

Il a aussi insisté sur l’impératif de rationaliser l’usage de cette ressource vitale en attendant le retour des précipitations, tout en donnant la priorité à la préservation de l’eau potable contre toute surexploitation ou gaspillage.

Par ailleurs, l’expert a mis en avant une série de recommandations et mesures. Parmi elles figure la promotion des recherches scientifiques traitant de l’impact du changement climatique sur les ressources en eau, la sensibilisation des décideurs et des citoyens à la rareté de cette ressource vitale, l’obligation de garantir un équilibre entre l’offre et la demande en eau, la multiplication des projets de construction des barrages et la lutte contre la pollution de l’eau.

Il s’agit aussi, poursuit-il, de réaliser de nouveaux projets de dessalement de l’eau de mer et d’encourager à la réutilisation des eaux usées.


Recommandé pour vous

Tâches ménagères : les inégalités entre les hommes et les femmes

Temps de lecture : 5 minutes Ce n’est pas nouveau. La femme est plus investie que l’homme dans la prise en charge des tâches ménagères au foyer. Faire la vaisselle, nettoyer le sol…

Cherté de vie : le citoyen se révolte

Temps de lecture : 4 minutes Les Marocains n’en peuvent plus de l’explosion des prix. L’inflation mondiale a frappé de plein de fouet le pouvoir d’achat des citoyens. Entre l…

CMRPI : 30% des enfants et des jeunes ont subi une cyberviolence

Temps de lecture : 6 minutes Protéger les enfants et les jeunes sur la Toile est l’objectif principal de la deuxième campagne nationale de prévention contre la cyberviolence et le …

Système de santé : ce qu’il faut savoir sur les projets de loi adoptés

Temps de lecture : 5 minutes Le gouvernement actuel oriente ses projecteurs vers le secteur de la santé national. Parmi ses objectifs, la réforme de ce secteur qui souffre de plusi…

Lutte contre le sida : l’ONU alerte sur une stagnation des progrès

Temps de lecture : 5 minutes Ce jeudi 1er décembre, les pays du monde entier commémorent la Journée mondiale de lutte contre le sida. « Égalité maintenant » est le thème retenu pou…

Stress hydrique : la situation est de plus en plus critique

Temps de lecture : 5 minutes Le déficit pluviométrique pèse lourdement sur les réserves d’eau au Maroc. Ces derniers ont enregistré leurs niveaux le plus bas cette année. L’Organis…

Le conflit se poursuit entre Ouahbi et les robes noires

Temps de lecture : 5 minutes L’ire des avocats empire depuis la publication des mesures fiscales les concernant dans le projet de loi de Finances 2023 (PLF-2023). Ils rejettent en …

Le salarié marocain, est-il heureux ?

Temps de lecture : 4 minutes Le bonheur des employés au Maroc sous la loupe de ReKrute. La plateforme en ligne spécialisée dans le recrutement et l’emploi a rendu publique son enqu…

Un Black Friday en temps de crise économique et d’inflation

Temps de lecture : 6 minutes Le Black Friday (vendredi noir) marque le grand jour des soldes à l’échelle internationale, lançant la saison des achats de fin d’année. Célébré …

Fléau des féminicides : les chiffres demeurent alarmants

Temps de lecture : 6 minutes Ce vendredi 25 novembre, les pays du monde entier commémorent la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes. « Tous …

OMM : le Maroc a connu cette année une sécheresse sans précédent

Temps de lecture : 6 minutes La pénurie d’eau fait partie des problèmes principaux auxquels de nombreuses sociétés et le monde dans son ensemble sont confrontés au XXIe siècl…

Sécurité et puissance militaire : l’IRES dévoile le positionnement du Maroc

Temps de lecture : 4 minutes Le Maroc est un pays sûr. L’Institut royal des études stratégiques (IRES) a révélé que le Royaume est positionné dans le top 10 des pays du monde qui o…





Pavé parallax 1