Temps de lecture : 4 minutes


Tunisie : la jeunesse tunisienne s’enthousiasme pour Saïed

Temps de lecture : 4 minutes

Catégorie Politique , Gros plan

Temps de lecture : 4 minutes

Selon les résultats du sondage réalisé par l’institut Sigma, les jeunes tunisiens sont responbles de la victoire écrasante de l’outsider politique conservateur, Kais Saïed, au second tour du scrutin présidentiel. Ces derniers le décrivent comme un leader digne de leur confiance. Environ 90 % des électeurs âgés de 18 à 25 ans ont voté pour Saïed, évitant massivement son rival le magnat des médias Nabil Karoui.

Temps de lecture : 4 minutes

Kais Saïed, professeur de droit à la retraite âgé de 61 ans, a obtenu 72,71 % des voix, ont révélé les résultats officiels. Selon les données de Sigma, les Tunisiens étaient fortement divisés en différentes tranches d’âge. En effet, 50,8 % des électeurs de plus de 60 ans ont voté pour Nabil Karoui, rapporte Al Sharq Al Awsat (ASA). Tandis que « la principale raison derrière la victoire de Saïed a été la mobilisation extraordinaire des jeunes de 18 à 25 ans », a déclaré Olfa Lamloum, directrice de la branche tunisienne de l’ONG International Alert, qui travaille étroitement avec les jeunes.



 



L’institut de sondage affirme que 37 % des jeunes électeurs ont voté pour Saïed au premier tour du scrutin du 15 septembre, soit le double de la moyenne nationale, et la disparité a encore augmenté lors du second tour, qui s’est tenu le dimanche 13 octobre.

 



La promesse d’une véritable démocratie



Bien qu’ils ont été le fer de lance de la fameuse révolte du printemps arabe qui a évincé le dirigeant de longue date Zine El Abidine Ben Ali en 2011, les jeunes ont largement évité les urnes lors des élections précédentes de la nouvelle démocratie tunisienne. Mais cette fois, c’était différent. Saïed « a réussi à gagner la confiance des jeunes… non pas avec des promesses, mais en apportant des réponses aux échecs de la démocratie représentative », a déclaré Lamloum à ASA.



 



Saïed est perçu comme inébranlable et intransigeant, et sous son style austère se cache un engagement social-conservateur que de nombreux jeunes gens rejettent. Toutefois, il a indiqué qu’il respecterait les libertés sociales garanties par la loi et adoptées par la société. Et ce que ses jeunes supporters voient en lui, c’est avant tout un leader honnête qui leur offre les clés pour construire l’avenir de la Tunisie, poursuit la même source.



 



Le nouveau président a promis « de contester la nature ascendante du pouvoir et de changer les règles du jeu politique, qui sont à l’origine de l’exclusion des jeunes », explique Lamloum. Pour ses admirateurs, Saïed représente « la promesse d’une véritable démocratie, de dignité et d’une rupture avec une classe politique déconnectée du peuple et obsédée par le pouvoir et ses privilèges », a-t-il ajouté.



 



La confiance est la clé de la réussite



Le nouveau président a, ces dernières années, « établi une forte relation de confiance avec les jeunes, en les rencontrant à travers le pays, construisant ainsi un cercle de jeunes qui a mené sa campagne pour lui », a déclaré le sociologue Mohamed Jouili au journal Assabah de Tunis.



 



Le quotidien francophone tunisien La Presse a salué « le regain d’intérêt des jeunes, du nord au sud de la Tunisie, pour le scrutin ». « En fin de compte, c’est ce changement qui a décidé le vote, et c’est formidable », écrit M’hamed Jaibi dans l’éditorial du journal.



 



Le taux de participation a été de 55 % ce dimanche, alors que seulement la moitié des électeurs ont participé au premier tour. Les jeunes ont décidé de voter après une campagne d’inscription intense. Selon les statistiques officielles, 63 % des électeurs sont âgés de 18 à 35 ans, rapporte ASA.



 



La commission électorale n’a pas encore publié d’indicateurs officiels détaillés sur la participation des jeunes électeurs, mais tous les signes semblent indiquer qu’elle a été plus élevée que lors des précédentes élections libres de la Tunisie, affirme Assabah.


RHN maroc espagne

Maroc-Espagne : une entente au beau fixe

Aziz Akhannouch et Pedro Sánchez ont réussi à inaugurer un nouveau chapitre dans les relations entre les royaumes du Maroc et d’Espagne. 24 heures ont suffi aux deux chefs de l’exé…
Maroc-Espagne : lancement de la Réunion de haut niveau

Maroc-Espagne : clôture de la Réunion de haut niveau

Le Maroc et l’Espagne entament une nouvelle phase dans leurs relations. Les deux pays ont tenu, ce jeudi 2 février à Rabat, la 12e session de leur Réunion de haut niveau (RHN). Cel…
Maroc-Espagne : début d’une nouvelle ère des relations

Maroc-Espagne : une nouvelle ère pour les relations bilatérales

Partenaires historiques du bassin méditerranéen, le Maroc et l'Espagne affichent l'ambition résolue de consolider leurs liens économiques, à la lumière de leurs récents rapprocheme…
Aziz Akhannouch et Pedro Sanchez

Maroc-Espagne : nouvel élan à la coopération bilatérale

Le brouillard épais qui enveloppait les liens entre les royaumes du Maroc et d'Espagne est en train de se dissiper. Depuis la fin de la brouille diplomatique déclenchée par l'accue…
Promotion de l’investissement : Akhannouch fait le point

Promotion de l’investissement : Akhannouch fait le point

Aziz Akhannouch a présenté la politique adoptée pour la promotion de l’investissement. Ce lundi, lors de la séance plénière consacrée aux questions orales à la Chambre des représen…
Union africaine : adoption d'un livre blanc pour exclure le Polisario

Union africaine : adoption d’un livre blanc pour exclure le Polisario

Les premiers ministres et les chefs africains de différents départements se sont réunis à Marrakech le 28 janvier. L'objectif de cette rencontre : exclure la "pseudo République ara…
Maroc-Irak : début d’une nouvelle ère des relations

Maroc-Irak : début d’une nouvelle ère des relations

Le Maroc et l’Irak sont décidés à entamer une nouvelle étape dans leurs relations. Ce samedi 28 janvier, le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Mar…
Le Maroc reconsidère son partenariat avec le Parlement européen

Le Maroc reconsidère son partenariat avec le Parlement européen

Le Parlement européen (PE) a vivement critiqué le Maroc. Ce dernier s’est arrogé le droit de juger la justice marocaine de manière flagrante, partiale et n’a accordé aucune considé…