Temps de lecture : 4 minutes

Accueil / Culture / Festival Gnaoua : « Aïta mon Amour » vogue entre passé et présent

Festival Gnaoua : « Aïta mon Amour » vogue entre passé et présent

Temps de lecture : 4 minutes

Gros plan

Temps de lecture : 4 minutes

C’est dans la fraîcheur marine, avec un vent chargé d’humidité lors de la soirée de clôture du Festival Gnaoua et Musiques du monde, que les mélomanes se sont laissés bercer par les notes musicales du duo Wydad Mjama et Khalil Hantati plus connus sous le sobriquet de Aïta mon Amour.

Temps de lecture : 4 minutes

Les deux artistes ont pris leur courage à deux mains pour mettre en place le projet «Aïta mon Amour», qui fait revivre une musique à la base contestataire. Issue du milieu de la culture urbaine, c’est avec aisance que la chanteuse marocaine, Wydad Mjama, a enfilé ce costume qui lui va à merveille. Quant à son acolyte, Khalil Hantati, compositeur et multi-instrumentiste, adepte de la réinterprétation électronique et contemporaine des musiques traditionnelles et populaires. Il navigue entre électro-pop, jazz, club et musique savante.

Ces deux artistes aux parcours atypiques ont transporté le public beach stage dans le temps dans le cadre du concert clôture de la 25ᵉ édition du Festival Gnaoua et Musiques du monde. Le duo a dialogué avec les spectateurs tout au long de la prestation. Ces derniers connaissaient tous les vers par cœur. À chaque fois que les chanteurs entamaient une chanson, le public la terminait dans une ambiance survoltée de joie, des applaudissements et parfois en larmes, certains fans envahis par l’émotion. Avec son air juvénile et sa voix suave, l’ancienne rappeuse a marqué le spectacle par sa présence scénique.

Lire aussi : Festival de Gnaoua 2024 : un coup d’envoi haut en couleur

Pour la première participation de «Aïta mon Amour» au festival Gnaoua et musiques du monde, la chanteuse marocaine n’a pas caché sa joie et s’est dit heureuse et fière de se produire lors de cet événement.

Elle s’est aussi exprimée sur le rôle de la femme dans la transmission de l’authenticité de la culture maghrébine. La chanteuse plaide pour plus de reconnaissance et respect pour elles. «Ces femmes-là, même si elles sont complètement dénigrées. Ce terme chikha est une insulte alors que ce sont elles les gardiennes de la tradition, en plus ce sont des artistes. Aujourd’hui, j’aimerais redorer le blason de cette appellation parce qu’elles ont conservé une partie de notre identité culturelle et il faut leur rendre hommage», a-t-elle déclaré.

Par ailleurs, la chanteuse a expliqué que le duo a essayé de garder les structures rythmiques, les mélodies et le texte de l’aïta en travaillant avec des personnes-ressources pour modernisation de cette musique.

Elle est revenue sur sa rencontre avec le virtuose tunisien. «Nous ne sommes pas des puristes. Nous sommes sensibles à la tradition et à la musique qui vient de chez nous. Khalid a cette capacité à réviser tous les répertoires populaires et traditionnels de la musique tunisienne. Quand j’ai voulu revisiter l’aïta, je ne pouvais trouver mieux que lui comme acolyte et ça s’est fait de manière plutôt naturelle», a déclaré Wydad Mjama.

Tombée de rideau

La 25ᵉ édition du Festival Gnaoua et Musiques du monde s’est clôturée à Essaouira, marquant trois jours de célébration du métissage culturel et artistique.

Le concert final a débuté avec les rythmes envoûtants du Maâlem Ismail Rahil, maître gnaoui dont les mélodies profondes ont transporté le public. Buika, célèbre pour sa voix puissante et son talent multigenre, a ensorcelé l’auditoire avec un mélange flamenco-jazz qui transcende les frontières musicales et linguistiques.

Lire aussi : Festival Gnaoua : Ablaye Cissokho et Mehdi Qamoum envoûtent le public de Bab Marrakech

Le groupe Bokanté, fusion américano-québéco-guadeloupéenne, a apporté son énergie contagieuse en mêlant musique caribéenne, blues et rock. Leur performance, portée par la voix de Malika Tirolien et des instrumentistes divers, a offert une immersion dans leurs origines musicales variées.

En clôture, Hamid El Kasri, maître gnaoui, a captivé avec son jeu de guembri et ses chants traditionnels, accompagné par Bokanté pour une fusion innovante des sonorités créoles et gnaouies.

Cette édition a accueilli plus de 400 artistes lors de 53 concerts, mettant en avant les fusions musicales et expérimentations sonores originales. En parallèle, le 11ᵉ Forum des droits humains du festival a exploré le thème «Maroc, Espagne, Portugal : une histoire d’avenir», en partenariat avec le Conseil de la communauté marocaine à l’étranger.

Laissez-nous vos commentaires

Temps de lecture : 4 minutes

La newsletter qui vous briefe en 5 min

Chaque jour, recevez l’essentiel de l’information pour ne rien rater de l’actualité

Et sur nos réseaux sociaux :

Aïta mon Amour

Rites, pratiques mystiques et transe : quelles similitudes entre les Gnawa et les lébous du Sénégal ?

L’origine des Gnawas est à chercher du côté de la Guinée. En effet, le terme «Gnawa» signifie, selon certains, les habitants de la Guinée, c…
Aïta mon Amour

Festival Gnaoua : quel impact économique sur Essaouira?

Lors du coup d’envoi de la cérémonie d’ouverture des festivités, le ministre de la Jeunesse et de la Culture a rappelé l’importance, aux inv…
Aïta mon Amour

Festival de Gnaoua 2024 : un coup d’envoi haut en couleur

C’est parti pour la 25ᵉ édition du festival Gnaoua et Musiques du monde qui se déroule du 27 au 29 juin. Chaque année le coup d'envoi est do…
Aïta mon Amour

Musiques sacrées de Fès : le concert de la discorde

Dès son apparition sur la scène de Bab El Makina, le public n’a pas caché sa joie. Et le chanteur britannique musulman né à Téhéran, leur a …
Aïta mon Amour

Appropriation d’un caftan fassi : le Maroc saisit l’UNESCO contre l’Algérie

Une nouvelle bataille culturelle vient de s'ouvrir entre le Maroc et l'Algérie. Le Royaume, riche de son histoire millénaire et dépositaire …
Aïta mon Amour

Le SIEL 2024 aurait-il réconcilié les Marocains à la littérature ?

Année après année, les communiqués de presse tombent. Ils se ressemblent tous et relatent les mêmes faits. Une conférence par-ci, une présen…
Aïta mon Amour

Livres : la langue amazighe toujours à la traîne (rapport)

Dans le monde passionnant des livres, les publications imprimées dominent largement le paysage éditorial marocain, représentant 92% de la pr…
Aïta mon Amour

Festivals 2024 : la scène culturelle s’anime à nouveau

De la musique aux arts visuels, en passant par la danse et le théâtre, plusieurs rendez-vous culturels sont attendus cet été. Ils réuniront …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Poster commentaire