Choc inflationniste : les principales recommandations du CESE

Temps de lecture : 5 minutes


Choc inflationniste : les principales recommandations du CESE

Temps de lecture : 5 minutes

Catégorie Économie , Gros plan

Temps de lecture : 5 minutes

Depuis plusieurs mois, le Royaume subit les répercussions de l’inflation qui a durement impacté le pouvoir d’achat des citoyens. Conscient de la gravité de la conjoncture, le Conseil économique, social et environnemental (CESE) vient de publier dans son rapport annuel un point de vigilance. Ce dernier préconise un certain nombre d’actions à entreprendre dans le but de réduire les méfaits des poussées inflationnistes sur l’économie nationale et le niveau de vie des Marocains. Détails.

Temps de lecture : 5 minutes

À l’instar de tous les pays, le Maroc subit, depuis 2021 à ce jour, les répercussions d’une montée inflationniste incessante qui a occasionné des pertes significatives en termes de pouvoir d’achat.

Dans son dernier rapport annuel, le Conseil économique, social et environnemental (CESE) a consacré un point de vigilance de portée conjoncturelle et prospective. Le document dresse une liste d’actions à entreprendre pour minimiser les méfaits de ce choc inflationniste sur l’économie nationale et le niveau de vie des Marocains.

Lire aussi : HCP : la pandémie de la Covid-19 a aggravé les inégalités sociales

 

Une accélération quasi-continue du taux d’inflation en 2021

D’après le rapport annuel du CESE, l’année 2021 a connu une accélération quasi-continue du taux d’inflation, particulièrement à partir du mois d’avril. Cette tendance haussière s’est poursuivie durant le premier semestre de 2022, impactant significativement le pouvoir d’achat des citoyens.

Le taux d’inflation n’a pas dépassé 1,4% en moyenne annuelle sur l’ensemble de l’année 2021. Cependant, les taux observés au cours des derniers mois de la même année indiquent une accélération. En témoigne l’inflation moyenne durant le dernier trimestre 2021 qui s’est établie à 2,5%, avant d’atteindre 3,1%, 3,6% et 5,3% respectivement en janvier, février et mars 2022.

Les perspectives de l’inflation pour 2022 laissent entrevoir une hausse plus accentuée, soit 4,7% en moyenne selon BAM, avant de revenir à 1,9% en 2023.

Choc inflationniste : les principales recommandations du CESE

© HCP

Aussi, selon le même document, la part des personnes qui estiment que le coût de la vie a connu une forte augmentation est passée de 55% en 2021 à 97% pendant les premiers mois de 2022.

Choc inflationniste : les principales recommandations du CESE

© HCP

Lire aussi : Flambée des prix : le ras-le-bol des Marocains

 

Les principales causes de la hausse des prix au Maroc depuis 2021

Dans son rapport, le Conseil note que «le Maroc n’est évidemment pas un cas isolé». L’inflation récente est «un phénomène mondial qui est apparu en 2021» suite aux répercussions des mesures de lutte contre les effets de la pandémie.

Et d’ajouter : «Si les tensions inflationnistes sont généralement d’origines multiples, force est de constater que pour le cas du Maroc les hausses importantes de prix observées récemment sont majoritairement d’origine externe (inflation importée)».

Parmi les facteurs internes, le rapport souligne la problématique du manque d’organisation des marchés des produits agricoles et la multiplicité des intermédiaires entre l’agriculteur et le consommateur final.

Quant aux facteurs externes, ils sont multiples et jouent un rôle prépondérant dans la hausse récente des prix au Maroc. Le rapport cite notamment l’impact important du renchérissement des prix des matières premières énergétiques sur le marché international, en particulier le pétrole et le gaz naturel, qui a été rapidement répercuté sur les prix domestiques des carburants.

Ensuite, le renchérissement du prix du carburant a été répercuté sur le coût de transport domestique des marchandises, ainsi que sur les prix des différents produits dont le processus de production est intensif en intrants énergétiques.

Le CESE évoque aussi comme facteur externe le renchérissement des cours internationaux des matières premières hors énergie, notamment, les céréales et les huiles, qui a entrainé une hausse significative des prix internes de ces produits. S’y ajoutent les effets des mauvaises campagnes agricoles dans plusieurs pays producteurs, la guerre en Ukraine et l’évolution rapide de la demande chinoise.

Lire aussi : Inflation et salaires : le citoyen en difficulté

 

Que recommande le CESE ?

Pour réduire l’impact des poussées inflationnistes que connait le Royaume, le CESE a formulé un ensemble de recommandations, à court et moyen termes.

S’agissant des actions à caractère immédiat, le Conseil préconise la distribution d’aides ciblées aux catégories les plus vulnérables qui ont subi les effets du renchérissement du coût de la vie.

En plus, il exhorte les pouvoirs publics à continuer à maintenir les droits de douane sur les prix de certains produits de base importés à des niveaux bas et diminuer momentanément les exportations des biens essentiels qui ont connu récemment des hausses importantes.

Sur le plan du fonctionnement du marché, le Conseil recommande le renforcement du contrôle du respect de la concurrence dans les différents secteurs, en particulier ceux relatifs aux biens de première nécessité et produits de base, avec des sanctions suffisamment dissuasives en cas d’infractions.

À moyen terme, et dans l’objectif de contenir les futures phases de flambée des prix, le CESE insiste notamment sur l’accélération de la mise en place du Registre social unifié (RSU) pour un ciblage optimal des aides aux plus défavorisés.

Aussi, l’institution constitutionnelle recommande d’étudier la possibilité de création d’un fonds permanent de stabilisation face aux chocs majeurs, d’investir davantage dans les capacités de stockage internes des produits énergétiques et d’envisager les modalités possibles d’une mobilisation des capacités de stockage de la SAMIR.

Il est par ailleurs question de procéder à la réforme et l’organisation des espaces de commercialisation des produits agricoles, d’étudier la faisabilité de création d’une compagnie nationale de transport maritime de marchandises et de mettre en place un observatoire des prix et des marges des produits de base et de première nécessité.

Lire aussi : Généralisation du RSU : quel impact ?


Recommandé pour vous

Sommet ONU-Eau : l’urgence de la gestion des eaux souterraines

Temps de lecture : 5 minutes Le Maroc a participé, les 7 et 8 décembre, aux travaux du Sommet mondial ONU-Eau sur les eaux souterraines, qui se sont tenus au siège de l’Organ…

PLF 2023 : le verdict est prononcé

Temps de lecture : 6 minutes C’est officiel. La Chambre des représentants a adopté, le 8 décembre, en deuxième lecture et à la majorité, l’intégralité du projet de loi de Finances …

Adoption de l’intégralité du PLF : ce qui va changer en 2023

Temps de lecture : 5 minutes Réunie le 5 décembre en plénière, la Chambre des conseillers a donné son feu vert au projet de loi de Finances 2023 (PLF 2023). Il a reçu l’aval …

Marrakech : coup d’envoi de la 7e Semaine nationale de l’artisanat

Temps de lecture : 6 minutes Le coup d’envoi de la septième édition de la Semaine nationale de l’artisanat (SNA), un événement emblématique de l’artisanat marocai…

Le salarié marocain, est-il heureux ?

Temps de lecture : 4 minutes Le bonheur des employés au Maroc sous la loupe de ReKrute. La plateforme en ligne spécialisée dans le recrutement et l’emploi a rendu publique son enqu…

Pleins feux sur les atouts logistiques du Maroc

Temps de lecture : 7 minutes Le Maroc a fait des infrastructures routières, maritimes, aériennes et ferroviaires un levier de développement, en y consacrant de lourds investissemen…

PLF 2023 : la réforme fiscale dans le collimateur

Temps de lecture : 5 minutes La réforme fiscale inscrite dans le projet de loi de Finances 2023 (PLF 2023) continue de susciter la colère des professionnels libéraux. Du côté des a…

Un Black Friday en temps de crise économique et d’inflation

Temps de lecture : 6 minutes Le Black Friday (vendredi noir) marque le grand jour des soldes à l’échelle internationale, lançant la saison des achats de fin d’année. Célébré …

Énergies renouvelables : le Maroc rayonne

Temps de lecture : 5 minutes Une réunion de travail présidée par le Roi et consacrée au développement des énergies renouvelables s’est tenue le 22 novembre. Le Royaume s’est fixé d…

Avocats vs gouvernement : les tensions se poursuivent

Temps de lecture : 4 minutes Le gouvernement et les représentants de l’Association des barreaux d’avocats du Maroc (ABAM) sont parvenus, le 15 novembre, à un nouvel accord. Après q…

PLF-2023 : Nadia Fettah présente les principales mesures fiscales

Temps de lecture : 5 minutes La ministre de l’Économie et des Finances, Nadia Fettah Alaoui, a présenté, lundi 14 novembre, les principales mesures fiscales prévues dans le cadre d…

Les limites du PLF 2023 : analyse du Pr Nabil Adel

Temps de lecture : 9 minutes La trajectoire de ce projet de loi de Finances (PLF) n’annonce rien de bon. Ce dernier s’inscrit dans la continuité des précédents PLF, et ne prend pas…