Temps de lecture : 4 minutes


Modèle de développement : rétablir la confiance en priorité

Temps de lecture : 4 minutes

Catégorie Société , Gros plan

Temps de lecture : 4 minutes

Chakib Benmoussa, président de la Commission spéciale sur le nouveau modèle de développement, a tenu ce mardi un point de presse par visioconférence pour présenter l’état d’avancement de ses travaux. Lors de cette rencontre, Benmoussa a souligné que plus de 6200 contributions citoyennes et 1200 personnes ont été entendues par les membres de sa Commission, précisant que le concept qui est souvent revenu parmi les demandes des parties rencontrées est le rétablissement de la confiance sociale.

Temps de lecture : 4 minutes

La Commission spéciale sur le modèle de développement a rencontré mardi des journalistes de différents supports médiatiques afin d’exposer l’état d’avancement de ses travaux. Ont pris part à cette réunion, le président Chakib Benmoussa, ainsi que 5 membres de la Commission, Mohamed Tozy, Larbi Jaïdi, Adnane Addioui, Ghita Lahlou El Yacoubi et Mohamed Fikrat, rapporte le site Hespress FR.



Chakib Benmoussa, président de cette Commission a profité de l’occasion pour étaler les premières conclusions auxquels ont abouti les différentes rencontres avec les partis politiques, artistes, influenceurs,  etc. Le premier constat étant la volonté de rétablir la confiance. Les 6200 contributions étudiées par la Commission font état d’un retard dans le domaine de la justice sociale et territoriale. Plusieurs observateurs ont noté un écart entre «les dispositions constitutionnelles et les modalités de leur mise en œuvre». Les attentes portent également sur la lutte contre la rente, la corruption et l’application du principe de réédition des comptes, rapporte le quotidien l’Économiste dans son édition du mercredi 15 juillet 2020.



De son côté, Mohamed Tozy, membre de la CSMD a souligné que la crise du Covid-19 a mis à nu l’absence d’une vision globale dans le système de la protection sociale au Maroc. Tozy précise qu’il est urgent de procéder à une réforme en profondeur, assurant une meilleure qualité de prestations et accompagné d’un système de ciblage des bénéficiaires.



Concernant la relance du secteur économique, la CSMD estime que le niveau de croissance actuel au Maroc ne permet pas de répondre aux attentes dans ce sens. Pour la commission, l’économie nationale souffre d’une faible présence du secteur privé en matière d’investissement. Mohamed Fikrat, membre de la CSMD a précisé que l’objectif aujourd’hui est de favoriser le développement d’une économie performante et durable capable de créer des opportunités d’emploi dans le futur.



 



L’éducation, ce gros chantier qui attend la CSMD



L’intervention de Ghita Lahlou El Yacoubi fut axée sur le domaine de l’enseignement et l’éducation au Maroc. «Le premier sujet qui remonte systématiquement durant les auditions qu’on a pu faire est celui de l’éducation», constate El Yacoubi. Cette dernière a fait le point sur la défaillance de ce secteur, mentionnant que le nombre d’années moyen de scolarisations au Maroc se situe autour de 6 ans. «À peine 25% des élèves âgés de 10 ans maîtrisent les compétences de base (langues, calcul, et mathématiques) et sur 100 élèves qui s’inscrivent en première année, seulement 40 atteignent le lycée», précise-t-elle, avant d’ajouter que 40% des étudiants qui rentrent à l’université sortent sans diplôme, rapporte le quotidien Aujourd’hui le Maroc ce mercredi. Ghita Lahlou El Yacoubi préconise de miser sur les enseignants, notamment en termes de sélection et de formations, afin de garantir une meilleure qualité d’éducation.



 



Pour rappel, le Roi a accordé un délai supplémentaire de 6 mois à la CSMD afin d’intégrer les transformations engendrées par la pandémie du Covid-19 dans ses travaux. À ce titre, le président de la CSMD a souligné que ce prolongement de délai permettra à la Commission d’élargir davantage le champ des consultations et des séances d’écoute.


Grippe saisonnière : le citoyen inquiet

Grippe saisonnière : le citoyen de plus en plus inquiet

La grippe saisonnière inquiète tout le monde autant que la Covid-19. À l’échelle nationale, plusieurs citoyens ont affirmé présenter des symptômes grippaux plus sévères que d’habit…
Concours du barreau : Ouahbi entre le marteau et l’enclume

Concours d’accès au barreau : Ouahbi entre le marteau et l’enclume

Après sa déclaration provocatrice, le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, a provoqué un tollé. L’acharnement médiatique contre lui a commencé lorsqu’il a répondu à un journa…
Forum de la MAP : Ouahbi s'explique sur la polémique du concours d’accès aux barreaux

Concours d’accès aux barreaux : les explications de Ouahbi

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, était, mardi 24 janvier, l'invité du Forum de la MAP, qui s’est tenu sous le thème "Code pénal : les enjeux de la réforme". Cette renc…
Grand froid : à la rescousse des zones enclavées

Grand froid : à la rescousse des zones enclavées

Sur instructions royales, la Fondation Mohammed V pour la solidarité a mis en place l’action solidaire "Grand Froid" dans les zones les plus touchées par la vague de froid inhabitu…
Le Maroc séduit toujours les retraités français

Le Maroc séduit toujours les retraités français

Même si la Grèce et le Portugal sont les nouvelles destinations favorites des Français à la recherche d'un supplément de qualité de vie, le Maroc conserve ses adeptes. Le Royaume a…
Stress hydrique : les dernières pluies sauveront elles la donne ?

Stress hydrique : les avantages et les inconvénients de la vague de froid

La sécheresse est l'un des principaux défis auxquels le Maroc est confronté. Ces derniers mois, la hausse des températures et la pénurie des précipitations, provoquées par le chang…
CMC : comment consolider l’économie nationale ?

CMC : comment consolider l’économie nationale ?

Le Centre marocain de conjoncture (CMC) vient de publier son Bulletin thématique intitulé "État social et développement humain". Sous le n°55-56, ce dernier rapport annuel du Centr…
NARSA : le programme d'action pour 2023 dévoilé

NARSA : le programme d’action pour 2023 dévoilé

L’Agence nationale de la sécurité routière (NARSA) a dévoilé, mardi 17 janvier à Rabat, les grandes lignes de son programme d’action au titre de l’exercice 2023. Lors d’un point de…