Aller au contenu principal

Maroc-France : des accords signés dans un climat politique "tendu"

Lors de la 14e rencontre de haut niveau Maroc-France, les deux pays ont approuvé un ensemble d’accords visant à renforcer la dynamique de leurs coopérations bilatérales. Les accords signés en présence du chef du gouvernement, Saad Dine El Otmani, et du Premier ministre français, Édouard Philippe, concernent plusieurs secteurs, dont celui de l’économie, de l’enseignement, du social, de la culture et de l’urbanisme. Cette réunion intervient alors que les relations politiques entre les deux nations sont très « mouvementées ».

Par Mohamed Laabi, Publié le 20/12/2019 à 12:08, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

Plusieurs personnalités politiques ont assisté ce jeudi à Paris à la signature de plusieurs conventions entre le Maroc et la France. Pilotée par le chef du gouvernement, Saad Dine El Otmani, une importante délégation marocaine a pris part à ce rendez-vous. Étaient présent, Chakib Benmoussa, ambassadeur du Maroc en France, Said Amzazi, ministre de l’Éducation, Moulay Hafid El Alamy, ministre de l’Industrie et du Commerce, Mohamed Benchaâboun, ministre de l’Économie et des Finances, Mohamed Abdelkader, ministre de la Justice, Nouzaha Bouchareb, ministre de l’Aménagement du territoire national et Aziz Rabbah, ministre de l’Énergie et des Mines, indique le Matin dans son numéro du vendredi 20 décembre 2019.

 

Au total, neuf accords ont été signés entre les deux parties, souligne Médias24. L’un des plus marquants est sans doute le prêt de 150 millions d’euros accordé par la France pour renforcer la politique de l’emploi et de l’insertion économique des jeunes au Maroc. Parmi les autres accords signés, un arrangement administratif pour le développement de la coopération en matière de propriété industrielle entre l’Institut national de la propriété industrielle (INPI) et l’Office marocain de la propriété industrielle et commerciale (OMPIC). Une déclaration d’intention de coopération dans les domaines de l’enseignement, de la formation des enseignants, de l’éducation et l’orientation scolaire, professionnelle et universitaire a également été approuvée est signée lors de cette rencontre.

 

Partenaire historique du royaume, la France est le second investisseur au Maroc derrière l’Irlande. L’Hexagone est aussi le deuxième client et le deuxième fournisseur commercial du royaume, souligne le journal Les Inspirations Éco. La France était aussi le premier partenaire économique du Maroc, mais a été détrônée en 2014 par l’Espagne en termes d’échanges commerciaux, rapporte Le Desk.

 

Une « mini-tension » s’installe 

Ces accords se sont déroulés dans un « climat politique froid », rapporte Akhbar Alyaoum dans son édition du 20 décembre 2019. Le journal donne trois explications à cette tension. La première concerne l’annulation d’une réunion entre le ministre des affaires étrangères français, Jean Yves LeDriand, et son homologue marocain, Nasser Bourita, qui était prévue lors de l’assemblée générale de l’ONU, qui s’est tenue en septembre dernier à New York.

 

La seconde correspond à la volonté de la France de remporter l’appel d’offres du prochain TGV devant relier Marrakech à Agadir. Le royaume n’a pas encore choisi son prochain partenaire pour ce projet, mais considère sérieusement l’offre du géant ferroviaire chinois CRCC. Une option qui reviendrait moins chère que celle de la France.

 

La troisième raison de la tension entre les deux parties est la déclaration de Bruno Le Maire, ministre français de l’Économie et des Finances. Ce dernier a critiqué l’ouverture au Maroc de deux usines érigées par les constructeurs automobiles français Peugeot et Renault. « Qu’est-ce que cela veut dire ? Nous produisons et assemblons au Maroc, en Slovaquie, en Turquie pour réimporter en France à des fins commerciales. Je ne me satisfais pas d’un modèle où les deux véhicules les plus vendus en France, la Clio et la 208, ne sont plus produits en France », avait déploré le Maire.

 

Selon Assabah, cette déclaration avait pour objectif de faire pression sur le Maroc. Le journal estime que pour remporter le projet de la Ligne à Grande Vitesse (LGV), la France fait chanter le royaume en menaçant de fermer ses usines Peugeot et Renault au Maroc. Ce jeudi lors d’une conférence de presse, le chef du gouvernement, Saad Dine El Otmani, s’est déclaré tout de même « très confiant » à propos de la coopération future Maroc-France portant sur la LGV, en soulignant qu’il n’y a « pas d’inquiétude à avoir » à ce sujet.

Élections : la HACA fixe les règles de couverture médiatique

Mercredi dernier, la Haute autorité de la communication audiovisuelle (HACA) a organisé une rencontre avec les représentants des opérateurs audiovisuels publics et privés. L’objectif était de présente...

Hamid Chabat quitte l'Istiqlal

Le torchon brûle entre Hamid Chabat et la direction du parti de l'Istiqlal. L'ex-secrétaire général du parti de la balance a pris la parole dimanche soir dans un live pour annoncer sa décision de quit...

Maroc-Algérie : analyse du discours du roi Mohammed VI

Le roi Mohammed VI a consacré la majorité de son discours de la fête du Trône au conflit entre le M...

Maroc : visite du Chef d’État-Major de l’Armée de Terre US

Nouvelle visite d’un haut responsable militaire américain dans le Royaume. Le général James C. McConville, chef d’État-Major de l’armée de terre des États-Unis d’Amérique, a entamé ce lundi une visite...

La justice espagnole classe la plainte pour génocide visant Brahim Ghali

Dans un communiqué publié jeudi 29 juillet, le haut tribunal de l’Audience nationale en Espagne a annoncé que la plainte pour "génocide" visant Brahim Ghali, chef du Polisario, dans le pays ibérique, ...

Le "chef des renseignements" du Polisario n’est plus

Ce dimanche 1er août, Abdellah Lahbib Belal, le "chef des renseignements" du Polisario, est décédé à l’hôpital Aïn Naaja d’Alger. Il a péri suite à son infection par la Covid-19. Notons que ce soi-...