Aller au contenu principal

TGV Marrakech-Agadir : les Chinois entrent dans la course

L’Office national des chemins de fer (ONCF) a reçu cette semaine une délégation chinoise qui représente la société publique « China Railway Construction Corp ». Selon plusieurs sources médiatiques, les « coûts compétitifs » et le « lobbying intensif » de cette entreprise au Maroc pourraient tourner en sa faveur pour décrocher le marché de l’extension de la ligne à grande vitesse (LGV) Marrakech-Agadir. Si cela venait à se concrétiser, cette situation risque de déplaire à la France, grand partenaire économique du Maroc.

Par Mohamed Laabi, Publié le 06/12/2019 à 11:59, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

La Chine est au coude à coude avec la France pour remporter le marché de la prochaine Ligne à Grande Vitesse (LGV) du Maroc annoncé par le souverain lors de son discours du 6 novembre 2019. Des responsables de la société chinoise « China Railway Construction Corp » spécialisée dans les infrastructures ferroviaires ont rencontré leurs homologues de l’ONCF au Maroc pour étudier tous les détails de ce projet, rapporte le quotidien arabophone Al Ahdath Al Maghribia, dans son édition du 6 décembre 2019. La même source affirme que Abdelkader Amara, ministre d’équipement, de transport, de la logistique et de l’eau a déclaré lors de la session des questions orales au parlement, que le projet est en pourparlers avec un pays étranger, sans préciser lequel. Le ministre a mentionné que le projet est toujours dans la phase des « études techniques », et que ces dernières risquent de durer plusieurs années en raison de l’ampleur du projet.

 

L’Économiste estime de son côté que les coûts compétitifs des entreprises chinoises et leur lobbying intensif au Maroc plaident en faveur d’une LGV « made in China » au Maroc. Le journal affirme que « si cela se confirme, la France et la SNCF risquent de perdre un gros marché dans le Royaume ». Un avis partagé par l’hebdomadaire Maghreb confidentiel. Ce dernier explique que cette situation peut entraver les relations diplomatiques entre les deux pays. Il ajoute qu’elle serait même la raison derrière le report de la visite de Bruno Le Maire, ministre français de l’Économie et des Finances, qui était prévue le 23 novembre 2019 au Maroc. Une information relayée en masse par la presse française.

 

La France, un partenaire stratégique

Partenaire historique du royaume, les entreprises françaises (SNCF-Alstom-Systra-Colas Rail, Thales, Engie Ineo) ont réalisé le premier projet de la Ligne à Grande Vitesse de Tanger-Casablanca, lancé en 2011 et inauguré en décembre 2018. Ce projet de grande envergure a coûté 2,1 milliards d’euros (plus de 20 milliards de dirhams), dont 51 % ont été financés par la France (1,1 milliard d’euros).

 

Ce projet fait aujourd’hui la fierté du royaume. « Il y a bien un avant et un après Al Boraq », se réjouit Amara lors d’un colloque organisé par l’ONCF à Rabat la semaine dernière. Dès sa première année de lancement, Al Boraq a transporté plus de 3 millions de voyageurs avec une moyenne de 8250 voyageurs par jour.

 

Nul doute que le Maroc souhaite réussir un autre projet tout aussi pertinent. Pour cela, il prendra le temps de choisir ses alliés…

La Banque mondiale révise la croissance du Maroc à la hausse

La croissance du PIB du Maroc devrait atteindre 4,6% en 2021, selon les dernières projections de la Banque mondiale. «Au Maroc, la production devrait rebondir à 4,6% en 2021 sous l'effet de plusieu...

Innovation et entrepreneuriat : le CAM et l'UM6P partenaires

Le groupe Crédit Agricole du Maroc (CAM) et l'Université Mohammed VI Polytechnique (UM6P) ont signé, mercredi, deux conventions de partenariat pour développer l'innovation et l'entrepreneuriat au Maro...

Antoum : la radio interne de la Société Générale

Société Générale Maroc vient de lancer "Antoum Radio", une radio interne à destination des collaborateurs de la banque. Par ce nouveau canal de communication interne, Société Générale Maroc vise à...

LafargeHolcim : la cimenterie de Settat très performante

LafargeHolcim peut être fière de la performance de ses unités marocaines et surtout de cette de Settat. La cimenterie de la capitale de la Chaouia, dont la capacité annuelle de production est de 1,7 m...

AMMC : un nouveau plan stratégique 2021-2023

La présidente de l'Autorité marocaine du marché des capitaux (AMMC) a présenté, jeudi à Rabat, le nouveau plan stratégique de l'Autorité couvrant la période 2021-2023. Fruit d'un travail collaborat...

Comment certaines entreprises échappent-elles aux impôts ?

Il existe des sociétés qui ne paient pas d’impôts sur le bénéfice. Les entreprises des GAFA, notamment Apple Facebook, Amazon et Google, échappent également aux taxations dans les pays dans lesquels e...