Temps de lecture : 6 minutes


Rétro 2021 – Politique : les faits marquants de l’année

Temps de lecture : 6 minutes

Catégorie Politique , Gros plan

Temps de lecture : 6 minutes

À quelques jours du terme de l’année 2021, LeBrief vous propose un rappel des événements marquants de l’année. 2021 a été une année 100% électorale puisqu’une fois n’est pas coutume, elle a connu le déroulement des élections législatives, communales et régionales, et ce, la même année et le même jour. Ces élections ont connu la victoire du parti de la colombe dirigé par son président Aziz Akhannouch, nommé par la suite au poste de Chef du gouvernement. L’année 2021 a également connu plusieurs tensions que ce soit avec l’Algérie, l’Espagne ou encore l’Allemagne.

Temps de lecture : 6 minutes

2021, une année 3 en 1 puisque les élections législatives, communales et régionales ont été tenues la même année. Le Rassemblement national de indépendants (RNI), le Parti authenticité et modernité (PAM) et l’Istiqlal ont dominé un scrutin auquel plus de la moitié des inscrits aux listes électorales (50,35%) ont pris part. Ces trois partis ont d’ailleurs uni leurs forces pour constituer la majorité gouvernementale.




Lire aussi : Élections 2021 : les résultats des élections préfectorales et provinciales dévoilés




La grosse surprise de ces élections n’est autre que le Parti de la justice et de développement (PJD). Au pouvoir depuis 2011, le parti de la lampe a connu un vote sanction avec l’obtention de 13 sièges seulement aux législatives contre 125 sièges obtenus 5 ans plus tôt.



 



Maroc-Espagne : la visite qui fâche



La crise Maroc-Espagne a démarré lorsque le Royaume a découvert que Brahim Ghali, chef du Polisario, a été admis au mois d’avril par les Espagnols dans un hôpital à Logroño sous un faux nom. Brahim Ghali avait été transféré en urgence à la suite de complications liées à la Covid-19. Le Maroc a d’abord exprimé son exaspération et a demandé des explications à son voisin du nord avant de convoquer en mai son ambassadrice à Madrid pour concertations.



Quelques semaines plus tard, 6.000 migrants avaient atteint Sebta depuis Fnideq. Les migrants sont arrivés le 17 mai 2021 à la nage quand d’autres ont utilisé des bouées gonflables et des canots pneumatiques. L’Union européenne avait ensuite accusé le Maroc d’utiliser des migrants dans son conflit avec l’Espagne.




Lire aussi : Espagne : des politiciens exigent une enquête parlementaire sur l’Affaire Brahim Ghali




Ces faits ont créé une réelle polémique dans les médias espagnols. Arancha Gonzalez Laya, ministre des Affaires étrangères a été très critiquée par plusieurs politiciens pour sa gestion de ce dossier. Le 10 juillet, elle sera limogée suite au remaniement ministériel opéré par le premier ministre Pedro Sanchez et sera remplacée par José Manuel Albares à ce poste. Ce dernier a assuré dès sa nomination qu’il travaillera dans le sens d’une reprise rapide des relations avec le Maroc. Affaire à suivre.



 



Maroc – Allemagne : le calme après la tempête



Le 1er mars 2021, le Maroc annonçait la rupture de tous ses contacts avec Berlin et rappellait son ambassadrice à Berlin, Zouhour Alaoui pour consultations. Le Royaume justifie alors cette convocation par la multiplication des actes hostiles et les actions attentatoires de l’Allemagne «à l’égard des intérêts supérieurs du pays».



La position de l’Allemagne sur la question du Sahara marocain a été l’une des sources du conflit. L’Allemagne avait critiqué les États-Unis pour avoir reconnu la souveraineté du Maroc sur son territoire. De l’autre côté, le Maroc reprochait aux autorités germaniques de ne l’avoir pas invité aux négociations concernant l’avenir de la Libye tenue en janvier 2020 dans la capitale, Berlin.




Lire aussi : Maroc-Allemagne : les raisons du conflit




Récemment, la situation a retrouvé le calme et les relations bilatérales connaîtront certainement un nouveau départ en 2022. En témoigne, les récentes déclarations de la part des chefs des diplomaties des deux pays. L’Allemagne a salué le caractère important de l’autonomie formulé par le Maroc dans le dossier du Sahara. De l’autre côté, la diplomatie a précisé que ces annonces permettent d’envisager une relance de la coopération bilatérale entre les deux pays tout en espérant voir que ces déclarations se joignent à des actes sur le terrain.



 



Maroc-Algérie : c’est toujours aussi tendu



La tension Maroc-Algérie ne date pas d’aujourd’hui, mais il faut dire que ce conflit entre les deux voisins maghrébins a pris une autre dimension en 2021. En août 2021, l’Algérie annonçait la rupture des relations avec le Maroc et l’accusait «d’actions hostiles» à son égard. Une annonce intervenue un mois seulement après que le roi Mohammed VI ait tendu la main aux Algériens en appelant le président Abdelmajid Tebboune à faire prévaloir la sagesse dans les relations entre les deux pays.




Lire aussi : Fermeture du Gazoduc Maghreb-Europe : «le Maroc dispose de plusieurs alternatives»




Le dirigeant algérien n’en fera rien. Bien au contraire, Tebboune décidera de fermer l’espace aérien de son pays et de suspendre le contrat du Gazoduc Maghreb-Europe (GME). Les provocations ne s’arrêteront pas là puisque l’Algérie accusera le Maroc d’être derrière les incendies qui ont coûté la vie à plus de 69 personnes en août dernier dans la région de Kabylie.



Depuis l’annonce de la rupture des relations diplomatiques, plusieurs pays dont la France, la Libye et les Émirats arabes unis, se sont désolés de l’état des choses, appelant ainsi les deux pays au dialogue afin de régler ce différend. Un dialogue qui n’interviendra pas encore, du moins pas en 2021.


Maroc-Espagne : lancement de la Réunion de haut niveau

Maroc-Espagne : clôture de la Réunion de haut niveau

Le Maroc et l’Espagne entament une nouvelle phase dans leurs relations. Les deux pays ont tenu, ce jeudi 2 février à Rabat, la 12e session de leur Réunion de haut niveau (RHN). Cel…
Maroc-Espagne : début d’une nouvelle ère des relations

Maroc-Espagne : une nouvelle ère pour les relations bilatérales

Partenaires historiques du bassin méditerranéen, le Maroc et l'Espagne affichent l'ambition résolue de consolider leurs liens économiques, à la lumière de leurs récents rapprocheme…
Aziz Akhannouch et Pedro Sanchez

Maroc-Espagne : nouvel élan à la coopération bilatérale

Le brouillard épais qui enveloppait les liens entre les royaumes du Maroc et d'Espagne est en train de se dissiper. Depuis la fin de la brouille diplomatique déclenchée par l'accue…
Promotion de l’investissement : Akhannouch fait le point

Promotion de l’investissement : Akhannouch fait le point

Aziz Akhannouch a présenté la politique adoptée pour la promotion de l’investissement. Ce lundi, lors de la séance plénière consacrée aux questions orales à la Chambre des représen…
Union africaine : adoption d'un livre blanc pour exclure le Polisario

Union africaine : adoption d’un livre blanc pour exclure le Polisario

Les premiers ministres et les chefs africains de différents départements se sont réunis à Marrakech le 28 janvier. L'objectif de cette rencontre : exclure la "pseudo République ara…
Maroc-Irak : début d’une nouvelle ère des relations

Maroc-Irak : début d’une nouvelle ère des relations

Le Maroc et l’Irak sont décidés à entamer une nouvelle étape dans leurs relations. Ce samedi 28 janvier, le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Mar…
Le Maroc reconsidère son partenariat avec le Parlement européen

Le Maroc reconsidère son partenariat avec le Parlement européen

Le Parlement européen (PE) a vivement critiqué le Maroc. Ce dernier s’est arrogé le droit de juger la justice marocaine de manière flagrante, partiale et n’a accordé aucune considé…
Le Maroc reconsidère son partenariat avec le Parlement européen

Le Maroc rejette les critiques du Parlement européen

Une nouvelle fois, l'institution législative européenne adopte un texte très dur envers le Royaume. Les députés européens ont vivement critiqué la détérioration de la liberté de la…