Aller au contenu principal

Élections 2021 : les résultats des élections préfectorales et provinciales dévoilés

Plus de 30.000 élus communaux ont élu ce mardi 21 septembre les membres des conseils des provinces et préfectures. Grâce aux nouveautés apportées à la loi pour garantir une plus grande représentativité, les femmes ont réussi à obtenir 486 sièges dans les conseils des préfectures et des provinces, soit un taux de 35,60% de l’ensemble des sièges à pourvoir. Les détails.

Par Mohamed Laabi, Publié le 22/09/2021 à 17:07, mis à jour le 22/09/2021 à 17:31
         Temps de lecture 3 min.
Teaser Media
élections

On connaît désormais les résultats des élections des membres des Conseils des préfectures et provinces du Royaume. Ces instances jouent un rôle important dans la mise en œuvre du grand chantier de la régionalisation avancée. L’objectif étant de favoriser la modernisation de la gestion des affaires locales et l'émergence de nouvelles élites capables de mettre en œuvre les contenus du rapport général sur le nouveau modèle de développement.

 

La représentativité de la femme renforcée

L’une des principales nouveautés de ces élections est la participation renforcée de la gent féminine dans ces conseils. En effet, un ensemble de nouveautés ont été apportées à la loi organique n° 06.21, modifiant et complétant la loi organique n° 59.11. Parmi ces nouveautés, la mise en place d'un mécanisme pour garantir la représentativité des femmes au sein de ces conseils.

Cette loi attribue aux femmes un tiers des sièges au niveau de chaque conseil de préfecture ou de province, sans entraver leur droit de se porter candidates pour le compte d'autres sièges ouverts aux hommes et aux femmes. Cela veut dire que la femme peut être candidate dans la seconde liste qui lui est exclusivement dédiée et prendre part à la première partie de la liste.

Lire aussi : Cinq collectivités locales épinglées par la Cour des comptes

Résultat des courses, une participation record. Le nombre global des candidatures féminines a atteint 2060, soit 35,43 % du nombre total des candidatures déposées. Sur ces 2060 candidatures, 486 d’entre ont réussi à obtenir des sièges dans les conseils des préfectures et des provinces (35,60% de l’ensemble des sièges à pourvoir).

 

Le RNI en tête

Le Rassemblement national des indépendants (RNI) est arrivé en tête avec 429 sièges lors de l'élection des membres des conseils des préfectures et des provinces.

Le Parti authenticité et modernité (PAM) est arrivé en deuxième position avec 317 sièges, suivi du Parti de l’Istiqlal (PI, 254 sièges), de l’Union socialiste des forces populaires (USFP, 103 sièges), du Mouvement populaire (MP, 86 sièges), de l’Union constitutionnelle (UC, 74 sièges) et du Parti du progrès et du socialisme (PPS, 53 sièges).

Les autres formations politiques, au nombre de 12, ont obtenu un total de 41 sièges, alors que 8 sièges sont revenus à des candidates et candidats sans appartenance politique.

Lire aussi : Collectivités locales : Le chemin vers l’émergence encore loin

Le nombre des listes de candidature déposées lors de ce scrutin, qui visait à pourvoir 1.365 sièges des Conseils des préfectures et des provinces, a atteint un total de 312 listes, comprenant 5.814 candidats (hommes et femmes), soit une moyenne de plus de 4 candidatures pour chaque siège dans chaque préfecture ou province.

Un communiqué du ministère de l’Intérieur indique que l'opération de vote s'est déroulée dans des conditions normales et a connu une participation massive du collège électoral qui a atteint 97,20% à l'échelle nationale. Le communiqué ajoute également que les opérations de vote, de dépouillement, de recensement des voix et de proclamation des résultats ont eu lieu en présence des représentants des listes de candidature, aussi bien au niveau des bureaux de vote qu'au niveau des commissions de recensement relevant des préfectures et provinces, et ce, conformément aux dispositions de la loi organique n°59.11 relative à l'élection des membres des conseils des collectivités territoriales.

Interrogations autour de la démission de Nabila Rmili

Coup de théâtre au ministère de la Santé et de la Protection sociale. Six jours après sa nomination...

Un ministre néerlandais affirme que Omar Radi n’est pas un espion pour son pays

Dans une lettre adressée à la Chambre basse néerlandaise, le ministre néerlandais des Affaires étrangères, Ben Knapen, a assuré que Omar Radi n’a pas espionné le Maroc pour les Pays-Bas. Le journalist...

Ministère de la Santé : Khalid Aït Taleb reprend les rênes du département

Ce jeudi 14 octobre, Nabila Rmili a été démise de ses fonctions de ministre de la Santé et de la Protection sociale, annonce un communiqué du Cabinet royal. La même source indique que Khaled Aït Taleb...

Comment expliquer et limiter la flambée des prix de l’énergie ?

Ces derniers temps, les prix des carburants, du gaz et de l’électricité ont explosé. Le phénomène est mondial et met à mal le budget des ménages et des entreprises. Les pays les plus dépendants du gaz...

Sahara : un dossier toujours aussi compliqué

Après la nomination du nouvel envoyé personnel du secrétaire général des Nations Unies pour le Saha...

Gouvernement Akhannouch : vote de confiance accordé, place au travail !

Après une longue journée passée entre les deux chambres du Parlement, Aziz Akhannouch a pu obtenir ...