Aller au contenu principal

Crise Maroc-Espagne : Madrid veut enterrer la hache de guerre

Après avoir cédé son fauteuil à son successeur à la tête du ministère espagnol des Affaires étrangères, Arancha Gonzalez Laya a déclaré qu’elle regrette que son départ intervienne avant le rétablissement des relations entre Rabat et Madrid. Elle a reconnu que la maladresse de ses décisions durant le récent incident diplomatique a aggravé la situation et brisé la confiance liant les deux pays. Isabel Rodriguez, nouvelle porte-parole du gouvernement ibérique, et José Manuel Albares, nouveau chef de la diplomatie, ont de leur côté souligné l’importance de la reprise de relations diplomatiques stables avec le Maroc.

Par Nora Jaafar, Publié le 14/07/2021 à 14:48, mis à jour le 14/07/2021 à 18:33
         Temps de lecture 3 min.
Teaser Media
Crise Maroc-Espagne : Madrid veut enterrer la hache de guerre

L’Espagne tente de se rattraper et tend la main au Maroc. Ce lundi 12 juillet, Arancha Gonzalez Laya, principale responsable de la crise diplomatique maroco-espagnole, a officiellement été remplacée par José Manuel Albares à la tête du département espagnol des Affaires étrangères. Lors de la cérémonie de passation de pouvoirs, l’ex-ministre a remercié le Premier ministre, Pedro Sanchez, ainsi que son équipe pour leur confiance durant l’année et demie passée. Elle a aussi souligné qu’elle regrette que son départ intervienne avant qu’elle ne puisse contribuer au rétablissement des bonnes relations avec le Maroc. Gonzalez Laya a ainsi profité de cette occasion pour reconnaître sa mauvaise gestion de l’épisode Brahim Ghali ainsi que la maladresse des décisions qu’elle a par la suite prises. «Toutes les erreurs sont miennes», a-t-elle confirmé. Elle est cependant revenue sur ses réalisations en tant que ministre des Affaires étrangères, notamment dans le cadre du contexte difficile de la Covid-19. Elle a évoqué dans ce sens la réussite du chantier de «contrôle de l’immigration».

Lire aussi : Crise Maroc-Espagne : l’étau se resserre autour d'Arancha Gonzalez Laya

 

Le nouveau gouvernement espagnol déterminé à résoudre le conflit Rabat-Madrid

Sacrifiée sur l’autel des relations diplomatiques avec Rabat après l’accueil en Espagne de Brahim Ghali, l’ex-ministre a ainsi été remplacée par José Manuel Albares, ancien ambassadeur d'Espagne à Paris et très proche camarade de Sanchez depuis ses débuts au Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) et au gouvernement. Désormais, le défi que ce dernier doit relever n’est pas des moindres, car il doit en premier trouver le moyen de rouvrir le dialogue avec le Maroc afin de reconstruire la confiance que sa prédécesseure a brisée. L’homme de confiance du Premier ministre, qui a été le sherpa de Sanchez sur de nombreux dossiers internationaux, a assuré s’être fixé comme objectif le renforcement «des relations avec le Maroc, ce grand ami et voisin du Sud».

Lire aussi : Maroc-Espagne : l’affaire Brahim Ghali attise l’ire de la diplomatie et des partis marocains

De son côté, Isabel Rodriguez, nouvelle porte-parole du gouvernement ibérique, a déclaré ce mardi 13 juillet lors de son premier point de presse tenu juste après la réunion du Conseil des ministres que «le Maroc est un pays ami, nous sommes partenaires, nous sommes la frontière européenne avec le Maroc et nous jouons un rôle très important». Faisant écho à Albares, la responsable a avancé qu’il est «nécessaire» de rétablir des «relations diplomatiques stables entre les deux pays». Notant que le partenariat Maroc-Espagne concerne plusieurs domaines, allant des luttes contre la migration irrégulière et contre le terrorisme aux accords d’accès à l’espace maritime marocain, entre autres.

Lire aussi : Affaire Brahim Ghali : quel sort pour les relations Maroc-Espagne ?

Enfin, malgré les déclarations élogieuses et prometteuses d’Albares et de Rodriguez, l’Espagne n’a toujours pas précisé sa position quant à la question épineuse du Sahara marocain. Il faut bien souligner qu’il s’agit bien là du véritable problème opposant les deux pays et qui s’est aggravé après la collusion des exécutifs espagnol et algérien pour infiltrer en secret et en toute illégalité en Espagne le chef des séparatistes du Polisario. Reste désormais à voir comment le nouveau chef de la diplomatie espagnole, connu pour être un grand connaisseur du Royaume, va-t-il gérer cette situation et s’il est capable de relancer le dialogue entre les deux pays ? En attendant, la position du Maroc ne risque pas de choir. Le pays tient à son intégrité territoriale et à la marocanité de son Sahara, et il est prêt à tout pour les défendre.

Affaire Brahim Ghali : l’ex-cheffe de la diplomatie espagnole sera auditionnée le 4 octobre

L’ex-ministre espagnole des Affaires étrangères, Arancha Gonzalez Laya, sera auditionnée le 4 octobre prochain à 13h par le juge d’instruction du tribunal de Saragosse. Cette audience s’inscrit dans l...

Les frontières du Maroc avec Sebta et Melilia resteront fermées jusqu’au 31 octobre

L’Espagne a décidé de prolonger d’un mois la fermeture des frontières de Sebta et Melilia avec le Maroc. Cette décision a été signée par Fernando Grande-Marlaska, ministre de tutelle, qui a prolongé l...

Nouveau gouvernement : quelle est la prochaine étape ?

L’identité des profils éligibles aux postes ministériels dans le prochain gouvernement sera bientôt...

Coalition RNI-PAM-PI : quelles sont les chances de briller ?

Dans ce podcast, TelQuel s’intéresse à la coalition gouvernementale 2021-2026 et ses perspectives de réussite. Le journal reçoit Nabil Abdel, enseignant chercheur, membre du mouvement Maan, et Mehdi L...

Guelmim : le parquet classe l'affaire du décès de Abdelouahab Belfquih

Abdelouahab Belfquih s'est bel et bien suicidé. C'est la conclusion de l'enquête menée par le parquet à Guelmim. Le Procureur général du Roi près la Cour d'appel de Guelmim a annoncé, vendredi, que...

Quelle place pour l'opposition dans la nouvelle Chambre des représentants ?

Maintenant que la majorité est formée, les autres partis politiques marocains passent automatiqueme...