Temps de lecture : 4 minutes


Situation économique : entre optimisme et craintes de nouvelles perturbations

Temps de lecture : 4 minutes

Catégorie Économie , Gros plan

Temps de lecture : 4 minutes

La Direction des études et prévisions financières (DEPF) et Bank al Maghrib ont affiché cette semaine leur optimisme quant aux prévisions de la croissance économique en 2021. Le Maroc devrait terminer l’année 2021 avec un rebond de croissance de 6%. Cependant, le risque de connaître une nouvelle perturbation économique reste omniprésent, notamment avec la propagation du variant Omicron. Les détails.

Temps de lecture : 4 minutes

L’économie marocaine se porte mieux en 2021. C’est ce qui ressort de la note de conjoncture publiée cette semaine par la Direction des études et prévisions financières (DEPF). L’institution signale que les perspectives de clôture de l’année 2021 s’annoncent globalement favorables et l’économie nationale devrait terminer l’année 2021 avec un rebond du PIB, en volume, aux alentours de 6%.



«Une telle progression permettrait au PIB de récupérer 99,5% de son niveau pré-Covid (2019), enregistrant ainsi l’un des meilleurs taux de croissance de la région MENA», note la DEPF.




Lire aussi : Flambée des prix : une nouvelle épreuve pour les économies africaines




La note de conjoncture souligne également que ces évolutions conjoncturelles interviennent dans un contexte international marqué par des perspectives de croissance favorables comme en atteste la dynamique des économies américaine et européenne, et celle des pays émergents.



«le regain de dynamisme de l’activité économique devrait permettre d’entamer un redressement progressif des équilibres macroéconomiques dès cette année avec un déficit budgétaire qui devrait se situer à 6,2% du PIB, contre 7,6% en 2020», explique la Direction à ce propos. Concernant le financement de l’économie, la DEPF note un ralentissement de la croissance des crédits bancaires à fin octobre, du fait de la baisse des crédits au secteur financier et du ralentissement du rythme de la croissance des crédits au secteur non financier.



 



Bank Al Maghrib prévoit un rebond de 6,7%



De son côté, la banque centrale estime que l’économie marocaine devrait connaître un rebond de 6,7% en 2021. L’institution marocaine fonde ses projections sur les progrès en matière de vaccination et l’excellente campagne agricole. Le taux directeur a été maintenu quant à lui à 1,5%. La Banque centrale souligne cependant que les prévisions des deux prochaines années resteront tributaires de l’évolution de la situation sanitaire aux niveaux national et international et des restrictions que les autorités seraient amenées à mettre en place.



La découverte de 28 nouveaux cas du variant Omicron durant la période du 15 au 21 décembre démontre une propagation rapide de cette nouvelle souche. L’annonce de nouvelles mesures de restrictions pourrait perturber la chaîne d’approvisionnement sur la production industrielle et augmenter les cours mondiaux des matières premières, ce qui aurait des répercussions négatives sur l’économie nationale.




Lire aussi : Économies africaines : une crise de la dette en gestation ?




Les projections de Bank Al-Maghrib tablent, dans le scénario central, sur une consolidation de la croissance à 2,9% en 2022 et à 3,4% en 2023. «La valeur ajoutée des activités non agricoles poursuivrait son amélioration aux rythmes de 3,2% en 2022 et de 3,4% en 2023 et, sous l’hypothèse de récoltes céréalières moyennes de 75 millions de quintaux annuellement, celle du secteur agricole reculerait de 2,8% en 2022 et progresserait de 2% en 2023», peut-on lire sur le communiqué de BAM.



Une chose est sûre, l’économie marocaine s’en sort plutôt bien en 2021. Mis à part le secteur du tourisme qui continue de souffrir des effets néfastes de la crise, les autres secteurs ont pu reprendre tant bien que mal leur activité. Ne reste plus qu’à espérer que la situation épidémiologique ne vienne pas enrayer cette relance.


Entrepreneuriat : l’ANAPEC relève le défi !

Entrepreneuriat : l’ANAPEC relève le défi !

"Accompagner plus de 100.000 entrepreneurs potentiels". C'est l’un des objectifs majeurs de l'Agence nationale de promotion des emplois et des compétences (ANAPEC). Quelques jours …
Agadir : bilan très positif du Salon international Halieutis

Agadir : bilan très positif du Salon international Halieutis

Le rideau est tombé, dimanche, sur la sixième édition du Salon international Halieutis, tenue à Agadir du 1er au 5 février, sous le thème : "Pêche et aquaculture durables : leviers…
Emploi au Maroc : quelle évolution en 2022 ?

Emploi au Maroc : quelle évolution en 2022 ?

Le Maroc a réalisé des progrès significatifs pour stimuler la croissance économique et créer des opportunités d’emplois. Le gouvernement de Aziz Akhannouch a adopté une stratégie a…
Finance climatique : le Maroc en tête des pays du Maghreb en matière de réglementation

Finance climatique : le Maroc en tête des pays du Maghreb en matière de réglementation

Le Maroc a réussi encore une fois à se placer à la tête des pays maghrébins en matière de préparation des systèmes financiers pour soutenir l'action climatique. Tel est le constat …
Entrepreneuriat : comment être "IPO ready" ?

Entrepreneuriat : comment être « IPO ready » ?

Une "Initial public offering" (IPO), ou introduction en bourse, définie la cotation des actions d’une société sur un marché boursier. C’est un moyen important pour les entreprises …
Maroc-Espagne : un nouveau souffle à la coopération économique

Maroc-Espagne : un nouveau souffle pour la coopération économique

C’était la première étape de la Rencontre de haut niveau (RHN) entre le Maroc et l’Espagne, qui s’étale sur deux jours, à l’initiative de la Confédération générale des entreprises …
FMI : quelle croissance économique en Afrique et dans le monde en 2023 ?

FMI : quelle croissance économique en Afrique et dans le monde en 2023 ?

Le Fonds monétaire international (FMI) a légèrement revu à la hausse ses prévisions de croissance économique mondiale pour cette année. Elles sont estimées à 2,9% pour 2023 et à 3,…
CRI

Charte de l’investissement : le soutien étatique fixé

Encourager l'acte d'investir. C'est le but ultime de la nouvelle Charte de l'investissement dont l'exécutif a amorcé la mise en œuvre à travers un premier décret d'application adop…