Aller au contenu principal

Nouvelle phase dans la lutte contre la corruption

Lors d’une conférence de presse tenue ce mardi 30 novembre à Rabat, l’Instance nationale de la probité, de la prévention et de la lutte contre la corruption (INPPLC) a présenté son rapport annuel 2020. Le président de l’INPPLC a souligné que son organisme s’engage dans une nouvelle phase de lutte contre la corruption, reposant sur le principe de l’État de droit. L’objectif de cette nouvelle phase est de créer une dynamique équilibrée au service d’un développement fort, inclusif et durable.

Par Nora Jaafar, Publié le 01/12/2021 à 13:50, mis à jour le 01/12/2021 à 15:32
         Temps de lecture 5 min.
Teaser Media
INPPLC : l’instance de lutte contre la corruption s’engage dans une nouvelle phase

Une conférence de presse a été consacrée ce mardi 30 novembre à la présentation du rapport annuel 2020 de l’Instance nationale de la probité, de la prévention et de la lutte contre la corruption (INPPLC). Mohamed Bachir Rachdi, présent de l’INPPLC, a profité de cette occasion pour indiquer que son organisme s’engage dans une nouvelle phase de la lutte contre la corruption. Une phase qui selon lui, doit reposer sur le principe de l’État de droit et qui doit se conformer aux dispositions du Nouveau modèle de développement (NMD), notamment «la transparence et la gouvernance responsable» pour répondre aux attentes légitimes des citoyens.

Pour Bachir Rachdi, la publication de ce rapport intervient alors que le Royaume s’apprête à connaître des transformations profondes visant à assurer aux Marocains la dignité, l’accès équitable à leurs droits et la réponse à leur aspiration légitime à une vie prospère. Il a souligné que le NMD a appelé dans ce sens l’ensemble des institutions et acteurs du pays à appliquer ses recommandations en les déclinant en réformes et en politiques publiques audacieuses. Aussi, le président de l’INPPLC estime que la gouvernance responsable, la promotion des valeurs d’intégrité, la transparence et la lutte contre la corruption sont au coeur du Nouveau modèle de développement. Ils représentent, poursuit-il, des facteurs garantissant la crédibilité nécessaire à la consolidation de la confiance et à la mobilisation la plus large.

Lire aussi : Lutte contre la corruption au Maroc : un chantier qui avance

 

Poursuite des efforts de l’INPPLC

D’après Mohamed Bachir Rachdi, «consciente du rôle majeur qu’elle a à assurer au sein d’un arsenal institutionnel renforcé, pour un front anti-corruption, à même d’inscrire durablement le fléau de la corruption au Maroc dans une tendance fortement baissière, l’Instance a continué à anticiper sa situation cible, en poursuivant la consolidation de sa vision et la construction du référentiel et des fondements de son action future». En effet, l’INPPLC a réussi à rationaliser l’exploitation du facteur temps, des moyens et énergies disponibles afin de dépasser les difficultés et les contraintes imposées par sa situation transitoire.

D’ailleurs, la mise en place de la loi instituant l’INPPLC a permis à l’organisme d’effectuer ses missions et d’assumer ses responsabilités, tout en accompagnant le processus d’élaboration de la loi 46.19, jusqu’à son adoption lors de la session extraordinaire du Parlement du mois de mars 2021. «La ratification de cette loi ouvrirait l’horizon vers une mise en œuvre fluide et synergique dans le cadre de la complémentarité institutionnelle qu’exige une dimension des politiques publiques aussi stratégique et transverse que celle de la prévention, la lutte contre la corruption et la promotion des valeurs de probité et de responsabilité dans la gestion de la chose publique», avance Bachir Rachdi. Ce dernier a également précisé que ledit rapport concerne une période transitoire dans la vie de l’Instance, en raison du processus de concertation, de construction et d’élaboration du nouveau cadre légal qui régit ses missions et son action.

Lire aussi : Corruption : le projet de loi n°46.19 adopté par les représentants

 

Le détail des sections du rapport

La période transitoire de l’INPPLC, qui correspond à l’année 2020, a été marquée par les effets directs des dispositions exceptionnelles mises en place pour prévenir et endiguer la propagation de la pandémie de la Covid-19. Des mesures qui ont en conséquence affecté l’Instance en entravant la réalisation de plusieurs de ses travaux d’enquêtes et d’études de terrains. Ainsi, le rapport annuel 2020 de l’INPPLC, long de 170 pages, revient sur la stratégie de lutte contre la corruption de l’organisme, mais s’attarde aussi sur plusieurs autres volets.

Le document en question est divisé en quatre sections, dont la première porte sur le "Diagnostic et l’approfondissement de la connaissance objective du phénomène de la corruption". Cette partie souligne l’évolution de ce fléau aux niveaux international, régional et national. La deuxième section intitulée "Suivi du processus législatif et son aboutissement par l’adoption et la publication de la loi 46.19 relative à l’Instance Nationale de la Probité, de la prévention et de la Lutte contre la Corruption", comporte de son côté deux chapitres : l’accompagnement du travail parlementaire ; l’interaction avec les avis d’instances constitutionnelles.

S’agissant de la troisième section, elle est intitulée "Avis et recommandations, un axe principal pour opérationnaliser les missions de l’Instance en lien avec l’orientation stratégique, la supervision et la coordination des politiques publiques". Elle comporte cinq chapitres qui portent sur le cadrage méthodologique des missions de l’Instance dans l’élaboration de ses recommandations ainsi que l’interaction et la réactivité avec les recommandations de l’Instance. La quatrième et dernière section du rapport a été consacrée aux "Activités fonctionnelles et promotions du développement et de la coopération", et présente les activités de coopération nationale et internationale, ainsi que les activités de support.

Lire aussi : Lutte contre la corruption : nouvelles fonctions pour l'INPPLC

 

Enfin, il faut mentionner que le rapport annuel 2020 a également mis en avant des propositions, des pistes de recherche et d’analyse concernant des sujets de première importance. Et il a mis en garde contre la capacité du fléau de la corruption à s’adapter et à évoluer dans des contextes changeants, notamment ceux marqués par des mesures d’exception comme celles que le monde entier subit depuis près de deux ans à cause de la pandémie du nouveau coronavirus.

Pourquoi le sommet arabe ne se tiendra pas en mars ?

Le sommet arabe, qui devait se dérouler au mois de mars prochain, a été une nouvelle fois reporté. ...

Maroc-Mali : entretien de Nasser Bourita avec le chef de la diplomatie malienne

Nasser Bourita, ministre des Affaires étrangères, de la coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, a échangé, jeudi par téléphone, avec le ministre des Affaires étrangères et de la ...

Awrach : attention à l'effet cocotte-minute !

Lancement officiel ce vendredi du programme gouvernemental Awrach pour la création de 250.000 emplo...

Les projets de décret adoptés jeudi par le Conseil de gouvernement

Le Conseil de gouvernement a adopté deux projets de décret. Le premier est relatif à la composition de la commission nationale chargée de l’application des sanctions prises par le Conseil de sécurité ...

100 premiers jours du gouvernement : les précisions de Aziz Akhannouch

Lors d’une émission spéciale retransmise en différé par Al Aoula et 2M, Aziz Akhannouch, chef de l’...

Sahara : la tournée régionale de De Mistura prend fin, l'Espagne veut intervenir

La tournée régionale de Staffan De Mistura, envoyé personnel du secrétaire général des Nations Unie...