Aller au contenu principal

Lutte contre la corruption : nouvelles fonctions pour l'INPPLC

Le projet de loi sur la réforme de l’Instance centrale de prévention contre la corruption (ICPC) a été présenté lundi devant la Commission de la justice et de la législation. Le texte adopté le 11 juin dernier lors du conseil du gouvernement prévoit plusieurs changements dans le fonctionnement et la dénomination de cette institution.

Par Mohamed Laabi, Publié le 21/07/2020 à 17:28, mis à jour le 21/07/2020 à 20:08
Teaser Media
Corruption

La lutte contre la corruption au Maroc passe un nouveau cap. Ce lundi, le projet de la réforme de l’Instance centrale de prévention contre la corruption a été présenté devant la Commission de la justice et de la législation à la Chambre des représentants. L’instance changera de dénomination pour devenir l’instance de probité, de la prévention et de la lutte contre la corruption (INPPLC). Elle sera gérée par un conseil composé de 12 membres, désignés pour un mandat de 5 ans. En plus du président qui sera nommé par Dahir, 4 autres membres seront désignés par le Chef du gouvernement Saad Dine El Otmani et autant de membres seront désignés par les présidents des deux Chambres du parlement, souligne le quotidien l’Économiste dans son édition du mardi 21 juillet 2020.

Ce nouveau projet de loi accorde à cette nouvelle instance le droit de recevoir les plaintes liées aux affaires de corruption. L’instance sera aussi amenée à effectuer des opérations d’investigations pour examiner la véracité des informations reçues. Pour cela, elle s’appuiera sur un observatoire chargé d’examiner les différentes formes de corruption dans les secteurs public et privé et d’évaluer leurs répercussions, rappelle la même source.

 

Des conditions pour la recevabilité des plaintes

Le projet de loi adopté au conseil du gouvernement le 11 juin dernier consacre une partie à la mise en œuvre des nouvelles missions en matière de réception des plaintes et les dénonciations concernant des affaires précises de corruption. L’article 21 de ce projet de loi précise que «toute personne physique ou morale, simple citoyen, directeur d’administration ou fonctionnaire, peut saisir le président de l’Instance de probité et de lutte contre la corruption, concernant des affaires précises».

Cet article met une seule condition à cette demande. Celle de disposer d’informations et de preuves appuyant ces allégations. Le texte précise que la recevabilité d’une plainte doit être déposée par écrit, en précisant toutes les informations du plaignant. Elle doit aussi être accompagnée de tous les documents prouvant la situation de corruption dénoncée.

La dénonciation doit préciser également les personnes ou les entités concernées par l’affaire. Les plaignants devront également présenter une déclaration attestant que le dossier concerné n’a pas été soumis à la justice. Si le président de cette instance juge que les informations reçues imposent une réaction urgente pour statuer sur un dossier, il sera habilité à transférer l’affaire directement au procureur général.

Covid-19 : où et comment peuvent voyager les Marocains ?

Avec l’amélioration de la situation épidémiologique liée à la pandémie de la Covid-19, plusieurs pa...

Affaires Raissouni et Radi : le gouvernement marocain saisi par des responsables onusiens

Avant de soumettre leur rapport final au sujet des affaires des journalistes Soulaïman Raissouni et Omar Radi, quatre rapporteuses spéciales des Nations Unies (ONU) ont saisi ce dimanche le gouverneme...

Le Canada prolonge la suspension des vols en provenance du Maroc

Très mauvaise nouvelle pour les Marocains résidant au Canada. La suspension des vols directs commerciaux et privés de passagers en provenance du Maroc, en vigueur depuis le 29 août dernier, a été prol...

Enseignement supérieur : une énième réforme

Alors que la réforme de l’enseignement supérieur prévoyait l’application du nouveau système Bachelo...

Traitements anti-cancer : des manifestations contre la pénurie

Ce vendredi 24 septembre, des dizaines de personnes ont organisé une manifestation à Casablanca pour exiger un accès rapide aux médicaments contre le cancer. Des patients et leurs familles ont scandé ...

Développement énergétique durable : l’ONEE, le GSEP et l’UM6P s’associent pour la promotion de l’excellence académique

Dans un communiqué publié ce jeudi 23 septembre, l’Office national de l’Électricité et de l’Eau potable (ONEE) a annoncé avoir conclu un partenariat avec le Partenariat mondial pour l’électricité dura...