Le barrage Youssef Ibn Tachfin dans la province de Tiznit.

Temps de lecture : 4 minutes


Stress hydrique : entre élaboration d’un plan national et gaspillage excessif de l’eau

Temps de lecture : 4 minutes

Catégorie Société , Gros plan

Temps de lecture : 4 minutes

Le Maroc occupe aujourd’hui la 23e place sur 165 centrés exposés au risque hydrique. Face aux changements climatiques, causant sécheresse, désertification accélérée, asséchement des barrages… le gouvernement dévoile sa feuille de route pour assurer l’approvisionnement en eau. Retour sur les solutions proposées par Nizar Baraka, ministre de l’Équipement et de l’Eau.

Temps de lecture : 4 minutes

Les réserves en eau du Maroc se détériorent, accentuant le stress hydrique du pays. Cette année, les précipitations enregistrées lors des mois de mars et avril ont, quand même, résorbé le déficit pluviométrique. En revanche, s’attendre au pire et assurer, à l’avance, la sécurité hydrique du Royaume demeure une condition sine qua non.

Durant son passage au Parlement ce lundi 23 mai, Nizar Baraka, ministre de l’Équipement et de l’eau, a alerté sur la situation hydrique nationale. 80% des apports en eau durant la saison 2022 ont diminué. Un constat qui se répercute automatiquement sur les réserves des barrages. Elles ont atteint 5,4 milliards de mètres cubes (m3), donc un taux de remplissage de 33%.

Il a précisé également que les différents départements gouvernementaux travaillent actuellement sur l’élaboration d’un plan national de l’eau. «Tenant compte des changements climatiques auxquels nous faisons face aujourd’hui, nous travaillons, avec les autres départements, sur un plan national de l’eau que nous allons soumettre au Conseil supérieur de l’eau. L’objectif est de rationaliser l’utilisation des ressources hydriques dont nous disposons. Nous consommons annuellement un milliard de mètres cubes de plus que les ressources qui sont disponibles», a-t-il révélé.

Lire aussi : Pluviométrie : la sécheresse derrière nous ?

Les solutions proposées par Nizar Baraka

Pour assurer la sécurité de l’approvisionnement en eau et lutter contre le stress hydrique, le ministre a dévoilé ses stratégie et feuille de route. Ces dernières reposent sur quatre axes majeurs. Il s’agit de la poursuite de la réalisation de barrages, du plan de traitement des eaux usées, de la lutte contre la surexploitation et le gaspillage des ressources hydriques et de l’accélération de l’élaboration du programme de dessalement de l’eau de mer.

Nizar Baraka a aussi fait état des évolutions pour chaque axe. La réalisation de 16 barrages d’une capacité de 4 milliards de m3 a été lancée. Rappelons que l’objectif global du programme de renforcement des barrages est la construction de 20 barrages à l’horizon de 2027.

Par ailleurs, un programme de dessalement de l’eau de mer, mis en œuvre depuis quelques mois, a démarré à Dakhla et Agadir. Il prévoyait la construction d’une vingtaine de stations de dessalement d’eau de mer dans plusieurs zones côtières. En outre, le traitement des eaux usées est un axe important du plan proposé par le responsable gouvernemental. Seuls 70 millions de m3 sont exploités sur une capacité de 700 millions de m3. Néanmoins, la lutte contre le gaspillage de l’eau reste une solution très recommandée pour éviter la surexploitation des nappes souterraines.

Lire aussi : Crise hydrique : exacerbation de la pénurie d’eau au Maroc

Gaspillage de l’eau : ce qu’il faut éviter

Le gaspillage de l’eau et la surexploitation des nappes souterraines sont une préoccupation majeure pour la tutelle. Nizar Baraka a expliqué que le département n’a pas les statistiques exactes sur le nombre des petits puits creusés sans autorisation, de même pour les canaux d’exploitation illégale de l’eau. En revanche, le gaspillage coûte au Royaume l’équivalant de deux mètres de nappes phréatiques chaque année.

«Nous ne pouvons gérer les ressources hydriques sans mesurer la quantité d’eau exploitée chaque année par les puits non autorisés», a-t-il souligné. Plusieurs canaux d’irrigation perdent 30 à 40% de leurs ressources sans qu’ils soient exploités. Selon Baraka, les pertes, dans certains cas, peuvent atteindre les 60%.

Enfin, le ministère compte préparer un plan spécial afin d’améliorer la gestion des eaux allouées à l’agriculture et à la consommation domestique, surtout dans le monde rural. Cette proposition a pour objectif d’atténuer l’ampleur de ces exploitations anarchiques.


Recommandé pour vous

Eaux de baignade : 88,14% des plages marocaines déclarées conformes

Temps de lecture : 5 minutes

La saison estivale 2022 est marquée par la relance du secteur touristique. L’ouverture des frontières maritimes et aériennes, ainsi que le lanc…

Covid-19 : une nouvelle vague s’installe au Maroc

Temps de lecture : 4 minutes

Le Maroc enregistre une nouvelle détérioration de la situation épidémiologique. Bien que le nombre d’infections ne soit pas encore alarmant, ma…

Harcèlement sexuel : comprendre l’affaire Jacques Bouthier

Temps de lecture : 4 minutes

Emprisonné en France depuis mai dernier, l’ancien PDG du groupe Assu 2000, rebaptisé Vilavi, a fait l’objet de quatre plaintes déposées par de …

Étudiants marocains d’Ukraine, un dossier qui sera résolu en juillet

Temps de lecture : 6 minutes

Le dossier des étudiants marocains rentrés d’Ukraine sera définitivement réglé en juillet prochain. C’est ce qu’a indiqué, mardi 21 juin à Raba…

Maroc : l’abolition de la peine de mort n’est toujours pas envisagée

Temps de lecture : 5 minutes

Au Maroc, bien que les peines de mort soient encore prononcées, leurs exécutions sont toujours reportées. Depuis les exécutions effectuées en 1…

Code pénal : le CNDH présente un projet d’avis sur les peines alternatives

Temps de lecture : 5 minutes

Le Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) a examiné, samedi 18 juin, à Rabat, lors de la 8eme session de son assemblée générale ordinair…

Aïd Al-Adha : quid des prix du cheptel

Temps de lecture : 5 minutes

Prévu début juillet, Aïd Al-Adha est non seulement une fête religieuse, mais aussi une tradition culturelle particulière. Pour cette célébratio…

Bac 2022 : coup d’envoi des épreuves de la session ordinaire

Temps de lecture : 4 minutes

La période des épreuves du baccalauréat est de retour. Comme chaque année, cette période est très stressante pour des milliers d’élèves qui amb…

Variole du singe : faut-il craindre une nouvelle épidémie ?

Temps de lecture : 4 minutes

En mai 2022, le Royaume-Uni a enregistré son premier cas de variole du singe. Une nouvelle qui a inquiété le monde entier, qui est une nouvelle…

Egalité dans l’héritage : le débat revient au devant de la scène

Temps de lecture : 5 minutes

La question de l’égalité dans l’héritage, entre femme et homme, continue de susciter une large polémique au Maroc entre intellectuels, chercheu…

Protection sociale : beaucoup reste à faire

Temps de lecture : 5 minutes

Accompagné des ministres Abdelouafi Laftit, Khalid Aït Taleb, Mohamed Sadiki, Fatim-Zahra Ammor et Faouzi Lekjaa, le chef du gouvernement a reç…

Canicule : quelles sont les précautions à prendre ?

Temps de lecture : 3 minutes

Le Maroc connaît ces derniers jours un épisode de très forte chaleur. Les températures s’élèvent, voire même dépassent, les 40°C dans certaines…