Sommet arabe : tensions, renoncements et craintes d’échec

Temps de lecture : 5 minutes


Sommet arabe : tensions, renoncements et craintes d’échec

Temps de lecture : 5 minutes

Catégorie Politique , Gros plan

Temps de lecture : 5 minutes

Pendant deux jours, les dirigeants arabes se réunissent en sommet à partir de demain, mardi 1er novembre. Le premier en trois ans et qui portera sur l’ensemble des développements liés aux crises dans plusieurs pays. Ce rendez-vous a été précédé par une réunion préparatoire des ministres des Affaires étrangères arabes à laquelle Nasser Bourita a pris part. Et sans surprise, le ministre marocain a dû faire face à de premières tensions. Retour sur les coulisses de cette rencontre.

Temps de lecture : 5 minutes

En prévision de la 31ᵉ session du Sommet arabe, prévue mardi et mercredi, les travaux de la réunion préparatoire des ministres des Affaires étrangères arabes se sont tenus ce week-end au Centre international des conférences (CIC) Abdelatif-Rahal à Alger. Si l’Algérie a placé ce sommet sous le signe du « rassemblement », plusieurs pays n’y seront pas représentés par leurs chefs d’État.

Face à la presse, le secrétaire général adjoint de la Ligue arabe, Houssam Zaki, a affirmé que le projet d’ordre du jour de cette manifestation portera sur l’ensemble des développements liés aux crises dans plusieurs pays arabes. Les dossiers ne manquent pas : la Palestine bien évidemment, en plus du conflit sanglant au Yémen, l’instabilité politique en Libye ainsi que la situation en Syrie et au Soudan. Des projets de résolution spécifiques ont été d’ailleurs préparés pour chaque point.

Il a également fait état de convergence de vues autour de l’ensemble des projets de résolution présentés, assurant que tous les points inscrits à l’ordre du jour des travaux du Sommet ont été maintenus.

Lire aussi : Alger : Nasser Bourita prend part à la réunion des ministres arabes des Affaires étrangères 

 

Fake news, démenti et excuses

Le Maroc a été représenté à cette réunion ministérielle par une délégation présidée par le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita. Elle comptait aussi l’ambassadeur du Maroc en Égypte et son représentant permanent auprès de la Ligue arabe, Ahmed Tazi, du directeur de l’Orient, du Golfe, des Organisations arabes et islamiques au ministère des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des MRE, Fouad Akhrif, et du chef de division des organisations arabes et islamiques au ministère, Abdelali Al-Jahed.

À son arrivée, le ministre a été assailli par une meute de journalistes qui l’ont escorté, micros et caméras à la main, tout au long du chemin qui mène à la salle des conférences. Mais les travaux de cette réunion n’ont pas démarré du bon pied. Rapidement, des rumeurs ont fusé du côté des médias algériens, faisant état d’un retour anticipé du ministre à Rabat suite à un différend avec le chef de la diplomatie algérienne, Ramtane Lamamra.

La réalité est que la délégation marocaine est restée dans la salle. Elle a d’ailleurs protesté contre la diffusion par la chaîne algérienne « AL 24 news », sur son site électronique, d’une carte du monde arabe différente de celle adoptée par la Ligue arabe. Suite à cette contestation, le secrétariat général de la Ligue arabe a condamné cet acte, soulignant qu’il n’adoptait aucune carte officielle affichant les frontières politiques des pays arabes, pas même celles du Maroc, afin de consolider le concept de l’unité arabe. L’instance panarabe a également démenti avoir des «partenaires médiatiques» pour la couverture des travaux du 31e sommet, affirmant qu’elle n’entretient «aucun lien avec une quelconque organisation médiatique» qui prétendrait le contraire.

Plus tard, la chaîne algérienne a supprimé la carte contestée, en présentant ses excuses, précisant qu’il ne s’agit que d’une erreur technique du service graphique.

À cela s’ajoute le rejet de la proposition du Maroc de condamner l’armement du « Polisario » par l’Iran de drones suicides, rapporte plusieurs sources médiatiques. En effet, le ministre algérien a refusé de soumettre la proposition marocaine au vote, ce qui est contraire à toutes les pratiques de préparation des sommets des chefs d’État. De plus, le non-respect de l’ordre alphabétique des États devant être de rigueur pour donner la parole aux chefs des délégations.

Lire aussi : Sommet arabe : les défections s’enchaînent, un revers pour les efforts de l’Algérie

 

Un risque d’échec ?

Les enjeux pour le président algérien, Abdelmadjid Tebboune, sont élevés, mais les défections en série menacent déjà cette grand-messe de la diplomatie arabe. Surtout, que c’est le nombre de chefs d’État présents qui validera, ou non, la crédibilité internationale d’Alger.

Depuis quelques jours, plusieurs chefs d’État arabes se désistent l’un après l’autre. Cela a commencé avec le Prince héritier d’Arabie Saoudite, Mohammed ben Salmane, qui avait invoqué un «traumatisme de l’oreille» l’empêchant de voyager sur recommandations médicales. Les excuses du roi Abdallah II de Jordanie, du Sultan d’Oman, du roi Hamad bin Isa Al Khalifa de Bahreïn et du président libanais démissionnaire, Michel Aoun, se sont ensuite enchaînées. Ce lundi, l’Emir du Koweït, Cheikh Nawaf Al-Ahmad Al-Jaber Al-Sabah, a annoncé qu’il n’y sera pas lui aussi.

Concernant la participation du roi Mohammed VI, elle n’est toujours pas confirmée. Dimanche, Nasser Bourita a donné des nouvelles, faisant savoir que le Souverain conditionne son déplacement à une atmosphère saine.  «Le roi Mohammed VI décidera si les conditions de sa participation au sommet d’Alger sont réunies», a-t-il lancé.

À toutes ces absences de taille, s’ajoutent les violations du protocole et des pratiques organisationnelles, laissant planer un sérieux doute sur le succès de ce sommet, sur lequel le régime algérien tient énormément pour redorer son blason.


Recommandé pour vous

Sécurité : une réunion contre la prolifération pour l’Afrique du Nord

Temps de lecture : 5 minutes À l’initiative du ministère des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger et des départements…

Dialogue social : bilan du grand oral d’Akhannouch

Temps de lecture : 5 minutes Au début de ce mois de novembre, l’exécutif a révélé que le projet de loi de Finances 2023 (PLF 2023) œuvre à la consécration de l’État social. Le chef…

Alliance des civilisations : le forum qui unit politique et culture

Temps de lecture : 4 minutes Renforcer le dialogue et la coopération entre les communautés, cultures et civilisations est l’objectif de l’Alliance des civilisations des Nations-Uni…

Énergies renouvelables : le Maroc rayonne

Temps de lecture : 5 minutes Une réunion de travail présidée par le Roi et consacrée au développement des énergies renouvelables s’est tenue le 22 novembre. Le Royaume s’est fixé d…

COP27 : et la montagne accoucha d’une souris

Temps de lecture : 4 minutes La 27ᵉ Conférence des parties à la convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (COP27) s’est achevée sur un accord historique. C…

67 ans d’évolution depuis l’indépendance du Maroc

Temps de lecture : 4 minutes Les Marocains commémorent la fin du protectorat le 18 novembre de chaque année. Six décennies après l’indépendance, le Maroc a enregistré des boulevers…

Les limites du PLF 2023 : analyse du Pr Nabil Adel

Temps de lecture : 9 minutes La trajectoire de ce projet de loi de Finances (PLF) n’annonce rien de bon. Ce dernier s’inscrit dans la continuité des précédents PLF, et ne prend pas…

COP27 : la grand-messe des promesses !

Temps de lecture : 6 minutes Le dérèglement climatique se fait de plus en plus sentir. Sauver la planète n’est plus un choix, mais une responsabilité partagée. Après six ans et qua…

PLF-2023 : voici les amendements adoptés par les députés en commission

Temps de lecture : 5 minutes Le rapport de la Commission des finances et du développement économique, relatif à la première partie du projet de loi des Finances (PLF) 2023, a été p…

Transport routier : les cinq priorités pour faire face aux problèmes du secteur

Temps de lecture : 4 minutes Ce mardi 8 novembre, Mohamed Abdeljalil, ministre du Transport et de la Logistique a affirmé que, pour faire face à certains problèmes que connaît le s…

Maroc-France : l’heure est-elle au réchauffement des relations ?

Temps de lecture : 4 minutes En septembre 2021, Paris avait décidé de réduire de 50% le nombre de visas accordés au Maroc, au motif que le Royaume refusait de délivrer des laissez-…

Droits de l’Homme : le Maroc passe son examen

Temps de lecture : 4 minutes Le Maroc fait partie des pays examinés par le groupe de travail de l’Examen périodique universel (EPU) lors de sa 41ᵉ session qui se tient du 7 a…