Comment lutter contre la sécheresse ?

Temps de lecture : 4 minutes


Pénurie d’eau : le monde en état d’alerte

Temps de lecture : 4 minutes

Catégorie Société , Gros plan

Temps de lecture : 4 minutes

La situation hydrique devient de plus en plus préoccupante. La sécheresse n’épargne aucune région du monde, y compris le Maroc. La Banque mondiale a alerté sur la rareté des ressources hydriques sous l’effet du changement climatique. D’ici 2030, la demande va dépasser l’offre de 40%, précise l’institution.

Temps de lecture : 4 minutes

Le monde a soif. C’est le constat de la Banque mondiale concernant la situation hydrique internationale. Le changement climatique, la surexploitation des ressources en eau, la pénurie des précipitations et la pollution accentuent la crise, qui pèse lourdement sur les réserves d’eau.

Au Maroc, ces réserves se sont largement détériorées cette année. Au 29 août, le taux de remplissage des barrages enregistré ne dépassait pas 25,9%, contre plus de 40,7% une année auparavant. Plusieurs villes marocaines ont opté pour des coupures d’eau afin de rationaliser cette ressource vitale.

La crise hydrique touche aujourd’hui le monde entier. La Banque mondiale (BM) avait indiqué que la demande en eau dépasserait l’offre de 40% d’ici 2030. Le directeur de l’institution internationale, Saroj Kumar Jha, a alerté, dans un article sur les bonnes pratiques relatives à l’eau, que «les sécheresses, les inondations et les autres risques liés à l’eau gagnent en intensité, les eaux souterraines sont surexploitées et polluées, et les villes et les exploitations agricoles sont en butte à de graves pénuries d’eau».

Il a souligné également que «ces phénomènes vont compromettre les acquis du développement et nécessiteront de nouveaux investissements dans des solutions de gestion de l’eau».

Lire aussi : Crise hydrique : le Maroc a soif

Maroc : vers une politique de rationalisation

Au Maroc, la pénurie d’eau se fait de plus en plus sentir. Les campagnes de sensibilisation, les coupures d’eau dans certaines villes et l’application de nouvelles mesures strictes contre le gaspillage visent à responsabiliser davantage les citoyens.

Par conséquent, les présidents des régions du Maroc ont tenu, le 8 août dernier, une réunion d’urgence à Rabat pour s’attarder sur le sujet de la pénurie d’eau et de la sécheresse à l’échelle nationale. Ils se sont engagés à conjuguer leurs efforts, en appelant à une coordination étroite avec le gouvernement. Cette coopération aura pour but de trouver des solutions radicales et structurelles et prendre des mesures urgentes face à cette situation.

À Casablanca, par exemple, la plus grande ville du Royaume, la commune avait décidé d’interdire tout type de gaspillage d’eau. L’arrosage en journée des espaces verts publics et privés, le lavage des véhicules et des engins avec de l’eau potable ou par le jet d’eau à haute pression, le nettoyage des avenues, espaces publics, rues, zones industrielles et divers commerces, sont dorénavant interdits.

De son côté, le Conseil régional de Marrakech s’est engagé dans la construction de 16 barrages collinaires entre 2022 et 2023. Samir Goudar, président de la région, avait annoncé la réalisation d’une station de dessalement de l’eau de mer à Safi. Pour l’exécution de ces projets, un budget total de 522 millions de DH (MDH) a été mobilisé.

Lire aussi : Casablanca : une série de mesures prises pour rationaliser l’usage de l’eau

La Banque mondiale lance un appel international

Cette année, les crises se sont multipliées et leurs répercussions s’exacerbent de jour en jour. La Banque mondiale a donc appelé la communauté internationale à agir face à cette conjoncture. Selon elle, une gestion équitable et inclusive des ressources en eau demeure essentielle. C’est une condition sine qua non pour réduire aussi la pauvreté et améliorer la sécurité alimentaire dans le monde.

«Sachant que deux milliards de personnes dans le monde sont encore privées d’eau potable et que 3,6 milliards ne disposent pas d’installations d’assainissement, il est urgent de prendre de nouvelles mesures pour relever le défi mondial de l’eau», a rappelé Saroj Kumar Jha. Il a également précisé que 150 milliards de dollars seraient nécessaires chaque année pour garantir l’accès universel à l’eau potable.

Préserver les ressources naturelles à l’échelle mondiale est une responsabilité partagée entre les gouvernements et les populations. Assurer la sécurité hydrique dans le monde ne sera réalisée qu’à travers la contribution de tous les acteurs de la société civile.

Lire aussi : Eau potable : un important projet pour sécuriser l’approvisionnement de Fès et Meknès


Recommandé pour vous

Qualité de vie numérique : le Maroc classé 71e au monde et 3e en Afrique

Temps de lecture : 3 minutes

La quatrième édition annuelle de l’indice de qualité numérique « Digital Quality of Life Index …

L’Boulevard : des festivités qui tournent au drame

Temps de lecture : 4 minutes

Après deux années d’absence, la première soirée de la 2ᵉ partie du festival L’Boulevard a viré …

CESE : présentation d’un avis sur l’aménagement durable du littoral

Temps de lecture : 4 minutes

Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) a organisé, jeudi 29 septembre à Tanger…

Stress hydrique : une problématique qui guette toujours le Maroc

Temps de lecture : 5 minutes

Le Maroc a connu cette année l’une des pires sécheresses de ces trois dernières décennies. Le s…

La santé mentale au travail : un sujet oublié !

Temps de lecture : 4 minutes

Nul ne peut nier que la santé mentale au travail n’est pas sérieusement prise en considération …

Quelle gestion pour les chiens errants au Maroc ?

Temps de lecture : 4 minutes

La situation est alarmante. La rage tue environ 60.000 personnes chaque année, selon les derniè…

Covid-19 au Maroc : le calme avant la tempête ?

Temps de lecture : 5 minutes

Depuis son apparition en 2019, le coronavirus s’est propagé à une vitesse vertigineuse dans le …

Taxis Vs VTC : une guerre sans fin ?

Temps de lecture : 4 minutes

Le conflit entre les taxis et les VTC s’est intensifié depuis que les applications de transport…

Décès de Aïcha Ech-Chenna : le Maroc perd une grande militante

Temps de lecture : 6 minutes

Aïcha Ech-Chenna, icône de l’action sociale, est décédée ce dimanche. La présidente fondatrice …

Pollution de l’air : risque accru d’arythmies cardiaques et de cancer du poumon

Temps de lecture : 3 minutes

Une nouvelle étude américaine révèle que le fait de respirer de minuscules particules d’air pol…

« Les Impériales 2022 » : une première journée riche en débats

Temps de lecture : 4 minutes

Deux ministres ont répondu présents à l’invitation des organisateurs de l’édition 2022 de l’évé…

Symptômes, vaccin, prévention…tout savoir sur la grippe saisonnière

Temps de lecture : 4 minutes

À l’instar des autres pays, le virus le plus répandu en cette période est le virus grippal A(H1…