L'affiche de la campagne de sensibilisation lancée par le ministère de l’Equipement et de l’eau © DR

Temps de lecture : 4 minutes


Crise hydrique : le Maroc a soif

Temps de lecture : 4 minutes

Catégorie Société , Gros plan

Temps de lecture : 4 minutes

Au Maroc, le stress hydrique s’est accentué cette année. La chute des taux de remplissage des grands barrages est alarmante. La sécheresse, le manque de précipitations et le gaspillage d’eau ont mis à mal plusieurs villes du Royaume, qui se sont même tournées vers des coupures d’eau pour rationaliser cette ressource. D’ailleurs, à Casablanca, tout gaspillage d’eau est désormais lourdement sanctionné. Précisions.

Temps de lecture : 4 minutes

La situation hydrique du Maroc est de plus en plus critique. La sécheresse, la chute des taux de remplissage des barrages, la désertification accélérée et l’absence de précipitations mettent à mal le pays. Rappelons que le ministère de l’Équipement et de l’Eau avait indiqué que 54 villes et villages sont touchés par le stress hydrique.

Les réserves en eau se sont largement détériorées cette année. Le taux de remplissage enregistré, au 6 juillet, ne dépasse pas 30,2%, contre plus de 46% enregistré l’année précédente. Selon la tutelle, le taux de remplissage du barrage Al Massira, deuxième plus grand barrage au Maroc, n’est plus que de 5%.

Alors qu’ils ont une capacité totale de 16,1 milliards de mètres cubes (m3), les retenues des barrages nationaux sont désormais à peine de 4,8 milliards de m3. Le barrage Sidi Mohammed Benabdellah, près de Rabat, a d’ailleurs enregistré un taux de remplissage de 34,2%, contre 61% l’année dernière. Pour le barrage Idriss 1ᵉʳ, près de Fès, il est rempli à 38,8%, contre 69,4% en 2021.

Lire aussi : Stress hydrique : les villes marocaines en souffrance

Casablanca : les mesures imposées contre le gaspillage d’eau

À partir du 3 août, la commune de Casablanca a décidé d’interdire tout type de gaspillage d’eau. L’arrosage en journée des espaces verts publics et privés, le lavage des véhicules et des engins avec de l’eau potable ou par le jet d’eau à haute pression, le nettoyage des avenues, espaces publics, rues, zones industrielles et divers commerces, sont dorénavant interdits.

De plus, il est interdit d’utiliser des projections d’eau sur les voies publiques, des lances d’incendie pour l’alimentation en eau, ainsi que le gaspillage des eaux usées.

Ces mesures prises par la commune visent à limiter l’utilisation anarchique de l’eau. De sévères sanctions sont ainsi prévues contre les contrevenants, et ce, conformément aux procédures légales en vigueur.

Lire aussi : Nouveau plan pour lutter contre le stress hydrique

Le Maroc manque d’eau

Lors de la présentation du Rapport de suivi de la situation économique au Maroc, le directeur des opérations de la Banque mondiale pour le Maghreb et Malte, Jesko Hentschel, s’est attardé sur la situation hydrique au Maroc.

«Les événements récents ont montré que les solutions techniques ne suffisent plus à protéger l’économie contre les chocs climatiques. Ils soulignent la nécessité d’adopter des politiques complémentaires, telles que celles décrites dans le NMD. Celles-ci permettraient de tenir compte de la véritable valeur des ressources en eau, ainsi que d’encourager des usages plus efficients et plus raisonnés», précise-t-il.

De ce fait, un plan d’urgence a été mis en place par le gouvernement et les intervenants locaux de la région de Marrakech-Safi. Le Conseil régional s’est en plus engagé dans la construction de 16 barrages collinaires entre 2022 et 2023. Par ailleurs, Samir Goudar, président de la région, a mis en relief un projet de création d’une station de dessalement de l’eau de mer à Safi. Un budget de 522 millions de DH (MDH) a été consacré à ces projets.

Un canal d’alimentation en eau à partir du barrage d’Al Massira sera mis en service dans les jours qui viennent pour faire face au déficit en eau potable à Marrakech. Il faut préciser aussi que plusieurs chantiers de dessalement de l’eau de mer ont commencé dans certaines villes du Royaume.

Aujourd’hui, l’utilisation rationnelle de l’eau est une mesure sine qua non pour préserver les ressources hydriques dont dispose le Maroc et pour combler les besoins de tous les citoyens.


Recommandé pour vous

Baignade : entre amusement et drames

Temps de lecture : 4 minutes

Au Maroc, la température a atteint des niveaux élevés dans plusieurs régions. Se baigner est un véritable plaisir et soulagement face à la cani…

Classement de Shanghai : bonnet d’âne pour le Maroc

Temps de lecture : 5 minutes

Le classement de Shanghai des 1.000 meilleures universités du monde est une autre preuve de la faillite du système académiq…

Stress hydrique : comment optimiser l’utilisation de l’eau ?

Temps de lecture : 6 minutes

Dans un village à 140 km de Casablanca, les habitants courent chaque matin vers la fontaine ou chez un voisin pour s’approvisionner en eau. «Ça…

Maroc : la jeunesse, moteur de l’économie nationale

Temps de lecture : 5 minutes

La pyramide démographique marocaine donne un aperçu sur le nombre de jeunes âgés de 15 à 24 ans. Cette tranche d’âge est considérée comme la pl…

OMP : zoom sur les dysfonctionnements des prisons marocaines

Temps de lecture : 5 minutes

L’Observatoire marocain des prisons (OMP) a présenté, jeudi 4 août à Rabat, les grandes lignes sur « la situation des prisons et des détenus au…

Voyages à l’étranger : quelles sont les conditions en vigueur ?

Temps de lecture : 4 minutes

Alors que l’été bat son plein, les Marocains sont en quête des destinations de vacances les plus intéressantes. Si certains préfèrent visiter d…

Pénurie de compétences : plusieurs pays assouplissent leurs lois sur la migration régulière

Temps de lecture : 5 minutes

C’est désormais une évidence, la crise sanitaire a bouleversé le monde du travail. Les pénuries de travailleurs atteignent des records. Une réa…

Intoxication alimentaire : un fléau qui s’aggrave en été  

Temps de lecture : 3 minutes

Une intoxication alimentaire survient après la digestion d’une bactérie, d’un virus, d’un parasite ou d’un produit chimique toxique. Ce malaise…

Tout savoir sur l’affaire Sébastien Raoult

Temps de lecture : 5 minutes

Sous le coup d’une « notice rouge » Interpol (une demande internationale de localisation et d’arrestation en attendant une extradition, ou tout…

Variole du singe : une propagation mondiale

Temps de lecture : 4 minutes

La Variole du singe continue de se propager partout dans le monde. Le nombre de cas ne cesse pas de croitre, ce qui inquiète de plus en plus le…

Baignade dans les barrages : une aventure à haut risque

Temps de lecture : 4 minutes

Pour affronter les épisodes de canicule, de nombreuses personnes se tournent vers la baignade pour se rafraichir. Qu’elle soit dans la mer, les…

Invasion de méduses : un phénomène annuel très gênant

Temps de lecture : 6 minutes

Chaque année, les plages du Nord du Royaume font de nouveau face à une invasion de méduses, l’animal marin le plus redouté par les nageurs.