Temps de lecture : 3 minutes


Maroc : la Banque mondiale projette une croissance de 3,5% en 2023

Temps de lecture : 3 minutes

Catégorie Économie , Gros plan

Temps de lecture : 3 minutes

La Banque mondiale vient de dévoiler des perspectives actualisées pour les exercices 2023-2024. Les anticipations pour le Maroc augurent d’un redressement de l’activité économique avec un taux de croissance projeté de 3,5% en 2023. À l’échelle mondiale, le rapport dresse un panorama peu reluisant. En 2023, le taux de croissance économique mondial devrait chuter à 1,7% face à l’inflation élevée. Le point.

Temps de lecture : 3 minutes

La Banque mondiale (BM) a publié, le 11 janvier, son dernier rapport sur les perspectives économiques mondiales. Selon les projections de l’institution financière internationale basée à Washington, la croissance au Maroc devrait s’accélérer pour atteindre 3,5% en 2023 et 3,7% en 2024. Le secteur agricole devrait pour sa part se remettre progressivement de la sécheresse de l’année dernière.

Dans sa mise à jour des perspectives économiques du Maroc, la Banque mondiale relève également que «les dépenses publiques devraient compenser en partie la faiblesse de la consommation des ménages due à l’inflation élevée».

Lire aussi : La récession annoncée assombrit les perspectives de l’économie mondiale

 

La BM revoit à la baisse ses perspectives de croissance pour la région MENA

Pour la région Moyen-Orient et Afrique du Nord  (MENA), la croissance devrait ralentir à 3,5% en 2023 et à 2,7% en 2024.

Cette baisse est principalement due à «l’essoufflement du rebond» dans les pays exportateurs nets de pétrole, où la croissance devrait tomber à 3,3 et 2,3% en 2023 et 2024, respectivement, contre 6,1% en 2022.

Dans son analyse, la Banque mondiale souligne que «la région reste confrontée à des conditions économiques et des tendances de croissance très divergentes, des niveaux élevés de pauvreté et de chômage dans de nombreux pays, une faible progression de la productivité, des vulnérabilités élevées et des contextes politiques et sociaux fragiles».

Et d’ajouter que «la hausse de l’inflation et le resserrement des conditions financières ont pesé sur l’économie des importateurs nets de pétrole».

En glissement annuel, la hausse des prix à la consommation a atteint l’an dernier des taux à deux chiffres dans de nombreux pays qui ont subi une dépréciation importante de leur taux de change et une forte augmentation du prix des denrées alimentaires et de l’énergie.

Selon la Banque mondiale, «les perspectives de croissance pour la région restent exposées à des risques de dégradation».

Lire aussi : Banque mondiale : le spectre d’une imminente crise de la dette

 

Ralentissement de la croissance mondiale

La Banque mondiale prévoit que le taux de croissance économique mondial va ralentir à 1,7% en 2023. Il s’agit du troisième taux le plus bas en presque trente ans, après les récessions mondiales de 2009 et 2020.

La croissance mondiale ralentit fortement face à l’inflation élevée, à la hausse des taux d’intérêt, à la réduction des investissements et aux perturbations causées par la guerre entre la Russie et l’Ukraine, note le dernier rapport. Cette croissance devrait être de 2,7% en 2024.

Aux États-Unis, la croissance devrait être de 0,5% en 2023. Cette performance serait la plus faible enregistrée depuis 1970, en dehors des épisodes officiels de récession. En 2023, la croissance de la zone euro devrait être nulle, ce qui correspond à une révision à la baisse de 1,9 point de pourcentage. La Chine, quant à elle, devrait enregistrer une progression de 4,3% en 2023, soit 0,9 point de moins que les prévisions précédentes, détaille la même source.

CRI

Charte de l’investissement : le soutien étatique fixé

Encourager l'acte d'investir. C'est le but ultime de la nouvelle Charte de l'investissement dont l'exécutif a amorcé la mise en œuvre à travers un premier décret d'application adop…
Viandes rouges : des mesures pour contrer la flambée des prix

Viandes rouges : des mesures pour contrer la flambée des prix

Ces deux dernières semaines, les prix de la viande rouge sont montés en flèche au Maroc. Dans les abattoirs, le prix de la viande ovine varie entre 90 et 100 DH le kilogramme (kg) …
Crise économique : le FMI évalue la performance du Maroc

Crise économique : le FMI évalue la performance du Maroc

La sécheresse et les conséquences économiques de l'invasion russe en Ukraine ont affecté l'économie marocaine en 2022. Malgré les efforts déployés par le gouvernement pour remédier…
SCRT : amélioration des recettes fiscales et non fiscales à fin décembre

SCRT : amélioration des recettes fiscales et non fiscales à fin décembre

Le ministère de l'Economie et des Finances vient de publier un document sur la situation des charges et ressources du Trésor (SCRT) au titre du mois de décembre 2022. Le document f…
Maroc-Espagne : un forum économique aux attentes majeures

Maroc-Espagne : un forum économique aux attentes majeures

Ayant presque le statut d’un sommet, la réunion de haut niveau (RHN) entre le Maroc et l’Espagne se tiendra les 1ᵉʳ et 2 février 2023 à Rabat, avec une représentation importante de…
Économie nationale en 2023 : quelles perspectives de reprise ?

Économie nationale en 2023 : quelles perspectives de reprise ?

Les perspectives économiques nationales pour 2023 tiennent compte d'un environnement international fortement contraignant. Cet environnement est notamment marqué par la poursuite d…
Tourisme : le Maroc rayonne !

Tourisme : le Maroc rayonne !

Les objectifs du Maroc en matière de tourisme durable se concrétisent. Le prestigieux magazine espagnol, Viajar, a désigné le Royaume comme "meilleure destination durable émergente…
Entreprises au Maroc : quels enjeux économiques ?

Entreprises au Maroc : quels enjeux économiques ?

La loi de Finances pour l’année 2023 (LF 2023) prévoit plusieurs changements fiscaux. La Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) a tenu, le 18 janvier, son Conseil n…