Maroc-France : le blocage des visas se poursuit

Temps de lecture : 5 minutes


Maroc-France : le blocage des visas se poursuit

Temps de lecture : 5 minutes

Catégorie Politique , Gros plan

Temps de lecture : 5 minutes

Les tensions diplomatiques entre la France et le Maroc persistent. Les refus injustifiés des demandes de visas Schengen auprès des services consulaires français au Royaume deviennent de plus en plus nombreux et attisent l’indignation des Marocains. Le porte-parole du gouvernement français a réaffirmé que l’Hexagone n’a pas l’intention de mettre fin à ces restrictions. Le point avec Pr Nabil Adel, directeur du Groupe de recherche en géopolitique et géoéconomie de l’ESCA.

Temps de lecture : 5 minutes

Le problème de l’octroi des visas aux Marocains et les refus injustifiés continue de brouiller les relations entre Rabat et Paris. À la fin de 2021, la France a décidé de réduire de moitié le nombre de visas délivrés aux Marocains, Algériens et Tunisiens. Toutefois, en août 2022, la France a normalisé les modalités de délivrance des visas pour la Tunisie, avec un effet immédiat. Une décision qui a provoqué l’indignation des citoyens des deux autres pays.

L’Hexagone explique sa décision par le nombre croissant de migrants maghrébins en situation irrégulière sur son territoire. L’objectif de cette sanction est d’obliger les gouvernements marocain, algérien et tunisien à récupérer leurs ressortissants expulsés de France.

Le porte-parole du gouvernement, Olivier Véran, qui a été l’invité du « Grand rendez-vous » sur CNEWS, s’est prononcé sur ce sujet et a renvoyé la responsabilité aux pays d’origine. «Le blocage vient de la capacité de faire accepter, par les pays destinataires, les personnes qui relèvent de leur nationalité (…) les autorités françaises travaillent diplomatiquement avec tous les pays dont relèvent un certain nombre de ressortissants, notamment l’Algérie et le Maroc», précise-t-il.

 

 

Par ailleurs, la relation diplomatique entre Rabat et Paris reste « froide » puisqu’il n’y a actuellement aucun ambassadeur de l’Hexagone au Maroc depuis le départ de Hélène le Gall, ni d’ambassadeur du Royaume en France depuis que Mohamed Benchaâboun a été nommé directeur général du Fonds Mohammed VI pour l’investissement.

Après le départ de l’ambassadrice de la France à Rabat, Hélène Le Gal, qui commande désormais la direction Afrique du Nord et Moyen-Orient au sein du service européen pour l’action extérieure, Mohamed Benchâaboun a également quitté son poste d’ambassadeur du Maroc à Paris pour diriger le Fonds Mohammed VI pour l’investissement.

Lire aussi : Visas : stop à l’humiliation !

 

Ce que révèlent les chiffres

Ces dernières années, le nombre de visas octroyés par la France aux Marocains affiche une tendance baissière. En effet, en 2019, le nombre de visas délivré était de 346.042 et est passé à 69.410 en 2021, soit une réduction de près de 80% même si la période covid a également eu un effet sur ces chiffres.

Contacté par LeBrief pour avoir plus d’explications, Pr Nabil Adel, directeur du Groupe de recherche en géopolitique et géoéconomie de l’ESCA, dit qu’«aujourd’hui, il y a un blocage qu’on peut expliquer par plusieurs raisons. Les raisons qui sont avancées par la France concernent, d’abord, le laissez-passer consulaire. La France demande à ce que le Maroc accepte les citoyens refoulés, mais Rabat met une certaine condition. En fait, il s’agit d’un conflit entre deux gouvernements et on met les citoyens en otage, et cela, aucune règle de droit ou règle morale ne peut l’accepter». Cette démarche n’est basée sur aucun principe juridique, selon notre intervenant. «Une personne qui veut se rendre en France pour les études, emploi ou tourisme, si on lui refuse le visa, cela doit être lié à son dossier. Il ne faut pas la considérer comme un bouc-émissaire entre notre pays et la France. Cette démarche n’a aucun fondement juridique», souligne-t-il.

Lire aussi : Diplomatie : le Maroc sur tous les fronts

 

«La France regarde le Maroc d’aujourd’hui avec les lunettes d’hier»

Le Maroc continue de s’affirmer en diversifiant ses partenariats aux échelles continentale et internationale. Pr Nabil Adel explique comment la France considère cette montée en puissance : «Le Maroc aujourd’hui est dans une phase de diversification de partenariats et d’émancipation culturelle et économique. La France continue de regarder le Maroc d’aujourd’hui avec les lunettes d’hier. En revanche, le Royaume a beaucoup changé en matière de développement économique, infrastructure et capital humain». Aussi, concernant la question du Sahara, le Maroc demande à la France de se positionner officiellement et clairement.

Enfin, le porte-parole de la France a souligné que les pays concernés par cette politique restrictive (dont le Maroc), «doivent faire mieux dans leur capacité à accepter leurs ressortissants qui n’ont plus leur place sur le territoire national». Ces propos sont loin de calmer les tensions entre Rabat et Paris.

«La France doit savoir que le Maroc est en train de lui échapper des mains et son attitude va accélérer cette fuite», conclut notre intervenant.


Recommandé pour vous

Alliance des civilisations : le forum qui unit politique et culture

Temps de lecture : 4 minutes Renforcer le dialogue et la coopération entre les communautés, cultures et civilisations est l’objectif de l’Alliance des civilisations des Nations-Uni…

Énergies renouvelables : le Maroc rayonne

Temps de lecture : 5 minutes Une réunion de travail présidée par le Roi et consacrée au développement des énergies renouvelables s’est tenue le 22 novembre. Le Royaume s’est fixé d…

COP27 : et la montagne accoucha d’une souris

Temps de lecture : 4 minutes La 27ᵉ Conférence des parties à la convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (COP27) s’est achevée sur un accord historique. C…

67 ans d’évolution depuis l’indépendance du Maroc

Temps de lecture : 4 minutes Les Marocains commémorent la fin du protectorat le 18 novembre de chaque année. Six décennies après l’indépendance, le Maroc a enregistré des boulevers…

Les limites du PLF 2023 : analyse du Pr Nabil Adel

Temps de lecture : 9 minutes La trajectoire de ce projet de loi de Finances (PLF) n’annonce rien de bon. Ce dernier s’inscrit dans la continuité des précédents PLF, et ne prend pas…

COP27 : la grand-messe des promesses !

Temps de lecture : 6 minutes Le dérèglement climatique se fait de plus en plus sentir. Sauver la planète n’est plus un choix, mais une responsabilité partagée. Après six ans et qua…

PLF-2023 : voici les amendements adoptés par les députés en commission

Temps de lecture : 5 minutes Le rapport de la Commission des finances et du développement économique, relatif à la première partie du projet de loi des Finances (PLF) 2023, a été p…

Transport routier : les cinq priorités pour faire face aux problèmes du secteur

Temps de lecture : 4 minutes Ce mardi 8 novembre, Mohamed Abdeljalil, ministre du Transport et de la Logistique a affirmé que, pour faire face à certains problèmes que connaît le s…

Maroc-France : l’heure est-elle au réchauffement des relations ?

Temps de lecture : 4 minutes En septembre 2021, Paris avait décidé de réduire de 50% le nombre de visas accordés au Maroc, au motif que le Royaume refusait de délivrer des laissez-…

Droits de l’Homme : le Maroc passe son examen

Temps de lecture : 4 minutes Le Maroc fait partie des pays examinés par le groupe de travail de l’Examen périodique universel (EPU) lors de sa 41ᵉ session qui se tient du 7 a…

Justice : Abdellatif Ouahbi expose ses priorités stratégiques pour 2023

Temps de lecture : 7 minutes Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, a présenté, mercredi 2 novembre à la Chambre des représentants, un exposé exhaustif sur le bilan de son d…

Discours de la Marche Verte : la vision progressiste du Roi

Temps de lecture : 7 minutes Le 6 novembre 1975, Feu le roi Hassan II annonçait le départ de la plus grande marche pacifique de l’histoire. La Marche Verte à laquelle avaient parti…