made in morocco

Temps de lecture : 5 minutes


Made in Morocco : pour la valorisation du savoir-faire marocain

Temps de lecture : 5 minutes

Catégorie Économie , Gros plan

Temps de lecture : 5 minutes

Lentement, mais sûrement ! Le Made in Morocco gagne du terrain, au Royaume et à l’étranger. Les marques marocaines s’imposent progressivement malgré les nombreux défis, dont l’influence de la concurrence étrangère. Elles sont d’ailleurs de plus en plus nombreuses à batailler et à relever le challenge. LeBrief fait le point avec Adil Lamnini, président de l’Association professionnelle des marques marocaines (APMM).

Temps de lecture : 5 minutes

Faire du Made In Morocco une véritable marque de fabrique, sur les plans national et international, ainsi qu’un véritable moteur de développement, c’est la mission de l’Association professionnelle des marques marocaines (APMM), présidée par Adil Lamnini.

La crise de la Covid-19 a, en effet, ramené le Made in Morocco sur le devant de la scène. Mais selon Lamnini, sa promotion nécessite une mobilisation générale : État, opérateurs économiques, société civile et citoyens pour entamer une nouvelle ère économique durable.

Lire aussi : Industrie : promouvoir le “made in Morocco” coûte que coûte

 

Le Made in Morocco, un enjeu de relance économique

Acheter marocain, c’est consommer local, tout en préservant le savoir-faire national. D’un point de vue économique, la logique est évidente. Les Marocains devraient être les premiers à dépenser leur argent auprès d’entreprises qui affichent des produits fabriqués au Maroc. C’est comme une contribution au « bien vivre » de la santé économique du pays. «Depuis huit ans, on travaille pour défendre le label Made in Morocco. Ces TPE et PME marocaines qui se battent quotidiennement pour pouvoir mettre en avant nos couleurs nationales», déclare Adil Lamnini.

Après la pandémie, un regain d’intérêt pour les produits marocains est enregistré chez les entrepreneurs qui, selon notre interlocuteur, ont fait preuve de résilience. «Aujourd’hui, nos marques marocaines se sont avérées des marques résilientes, agiles et créatives. On a aussi un constat très important, celui de l’avancée médiatique qu’a connu le Made in Morocco, grâce à l’action gouvernementale sous les orientations du roi Mohammed VI. La cause nationale a été associée à ce Made in Morococo pour produire localement et consolider ainsi la souveraineté industrielle».

Le président de l’APMM se dit optimiste pour l’avenir du fait qu’il y a un vrai potentiel. «C’est très important de pouvoir être optimiste. Si après cette crise, on résiste encore, c’est parce qu’il y a des fondements qui sont importants et que les marques marocaines auront un avenir meilleur», poursuit-il.

Le Made in Morocco paraît aujourd’hui nécessaire et bénéfique. «Il faut qu’on prenne conscience qu’en consommant des produits marocains, on aide nos frères et nos sœurs, ces entrepreneurs marocains à créer de la valeur et des emplois. On va aussi consolider notre base de consommateurs locaux et faire rayonner la marque marocaine à l’international. Pour ce faire, il est essentiel de véhiculer l’image d’un pays fort qui va mettre en avant ses produits, sa culture et son industrie», a-t-il fait remarquer.

 

Isolbox, un leader du Made in Morocco

Certaines entreprises ont misé sur la confection locale pour afficher le tampon Made in Morocco. En exemple, Isolbox qui a remporté cette année le Brand Award lors de la 2e edition des Industry Meeting Awards, tenue en avril dernier à Tanger. C’est un prix gratifiant l’entreprise qui a le mieux valorisé sa marque.

Créée par Anas El Bouyousfi depuis 2013, cette PME marocaine est spécialisée dans la conception, la fabrication et la commercialisation d’une innovation majeure et disruptive dans le secteur du bâtiment marocain. Le caisson isolant pour volet roulant, conçu pour la rupture de pont thermique et phonique au niveau du volet roulant, ainsi que pour l’optimisation des cloisons. Elle est aujourd’hui la première entreprise à produire et à exporter cette solution vers l’Europe et l’Afrique.

«C’est une marque maroco-marocaine. Au début, nous faisions qu’importer le produit, puis, après des années d’expériences sur le terrain, nous avons développé notre propre produit en le fabriquant au Maroc. Aujourd’hui, tout est 100% marocain, à savoir le produit en soi et ses accessoires», indique ce jeune entrepreneur.

Lire aussi : VivaTech : l’UM6P présente l’innovation technologique Made in Morocco

 

Que pensent les Marocains du Made in Morocco

Selon une récente étude intitulée «Préférences de consommation : marques marocaines vs étrangères», 60% des Marocains préfèrent les marques nationales, contre 20%, qui préfèrent les marques étrangères et 20% pour qui cela n’importe pas.

Menée par le cabinet d’études marketing Sunergia, en partenariat avec L’Économiste, l’étude révèle que 60% des hommes et 55% des femmes interrogés ont affirmé préférer des marques marocaines.

Les personnes âgées de 55 ans et plus préfèrent davantage acheter des produits de marques marocaines, notant que cette tendance est plus visible chez les populations des zones rurales.

En outre, ladite étude indique que les habitants du nord-est et du sud affichent les taux les plus élevés en termes de préférence de produits marocains, avec respectivement 61% et 64%, tandis que 25 % des habitants du centre préfèrent les marques étrangères.


Recommandé pour vous

Politique commerciale : les recommendations du Policy Center for the New South

Temps de lecture : 4 minutes

C’est un policy paper qui met en exergue les voies d’amélioration de la politique commerciale m…

Baisse de l’IR : les négociations sont en cours

Temps de lecture : 4 minutes

Les réunions entre les centrales syndicales et le ministre délégué chargé du Budget, Fouzi Lekj…

11 ans d’exercice : le CESE dresse son bilan

Temps de lecture : 4 minutes

Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) a organisé, mardi 27 septembre à Rabat,…

Réunion trimestrielle de BAM : ce qu’il faut retenir

Temps de lecture : 3 minutes

Le Conseil de Bank Al-Maghrib (BAM) a décidé d’élever le taux directeur (TR), le passant de 1,5…

Journée mondiale du tourisme : repenser le secteur pour un avenir meilleur

Temps de lecture : 5 minutes

L’ensemble du secteur du tourisme célèbre, ce mardi 27 septembre, la journée mondiale du secteu…

Hydrocarbures : ce que préconise le Conseil de la concurrence dans son nouvel avis

Temps de lecture : 6 minutes

Le Conseil de la concurrence a publié, lundi 26 septembre, son avis n°A/3/22 sur « la flambée d…

Conseil de BAM : faut-il s’attendre à une hausse du taux directeur ?

Temps de lecture : 5 minutes

Bank Al-Maghrib (BAM) tiendra, mardi 27 septembre, sa troisième réunion de politique monétaire …

Politique monétaire : Bank Al-Maghrib à un tournant

Temps de lecture : 3 minutes

Garantes de la stabilité des prix à moyen terme, les banques centrales sont engagées dans un co…

Impériales : les médias, une force et une influence

Temps de lecture : 4 minutes

“Les Impériales” est de retour cette année, avec une nouvelle vision, de nouvelles perspectives…

Les Impériales 2022 : le nation branding s’invite au débat

Temps de lecture : 4 minutes

Le lancement officiel de la cinquième édition « Les Impériales 2022 », rendez-vous annuel des p…

Programme de développement des zones de montagne : quel bilan ?

Temps de lecture : 4 minutes

Mis en œuvre depuis 2015, le Programme de développement des zones de montagne (PDRZM) a été clô…

Gazoduc Nigeria-Maroc : le projet prend forme

Temps de lecture : 4 minutes

Le projet de gazoduc reliant le Nigeria au Maroc, et qui doit aussi approvisionner l’Afrique de…