Temps de lecture : 4 minutes


Industrie : promouvoir le “made in Morocco” coûte que coûte

Temps de lecture : 4 minutes

Catégorie Économie , Gros plan

Temps de lecture : 4 minutes

Le ministre de l’Industrie et du Commerce, Ryad Mezzour, a eu ce lundi un échange avec les membres de la Confédération des entreprises du Maroc (CGEM) sur la promotion de l’investissement industriel. Il a profité de cette occasion pour faire le point sur la compétitivité de la production locale et pour sensibiliser les patrons d’entreprises quant à leur rôle dans la réalisation des objectifs du gouvernement. Les détails.

Temps de lecture : 4 minutes

Le ministre de l’Industrie et du Commerce, Ryad Mezzour, a rencontré ce lundi les membres de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM). Ce dernier connaît bien le patronat, puisqu’il y a déjà occupé entre 2012 et 2015 le poste de vice-président de la Commission économie verte.



Durant cette réunion, plusieurs sujets ont été abordés, dont la création d’un million d’emplois d’ici 2026, un des objectifs principaux du gouvernement actuel. Il a été également question du renforcement du « made in Morocco » et de la mise en place d’une task force pour la souveraineté de l’industrie.



Lire aussi : Export : une délégation de l’ASMEX rencontre Ryad Mezzour



Concernant la création d’un million d’emplois d’ici 2026, le ministre juge que ce dernier est «à portée de main». Il a sensibilisé le patronat quant à son rôle dans la réalisation de cet objectif. «Cela sera possible grâce à vous et avec vous», a-t-il affirmé. Ryad Mezzour a également souligné l’importance de la promotion du produit local pour la réalisation des objectifs. Pour ce dernier, le développement du Maroc passe nécessairement par le rayonnement du « made in Morocco ». Il a précisé que cette devise implique un accompagnement de bout en bout, qui ne concerne pas uniquement l’export, mais aussi la capacité des Marocains à appréhender cette marque et à essayer ensuite de déployer les capacités exportatrices.



 



683 projets d’investissement retenus à fin septembre 2021



Mezzour a par ailleurs déclaré qu’un total de 683 projets d’investissement ont été retenus à fin septembre 2021 dans le cadre de la banque de projets, représentant ainsi un potentiel de substitution de 42,4 milliards de DH (MMDH) d’importations et 53,3 MMDH de potentiel à l’export. Les investisseurs nationaux se sont accaparés 90% de ces projets, ce qui reflète un basculement et un retour des capitaux marocains vers le secteur industriel, estime le ministre.



Ce dernier a en outre avancé que 1.200 normes ont été produites au cours de l’année dernière pour la protection des Marocains contre les agressions du marché.



 



Crise des semi-conducteurs, une dizaine de MMDH au Maroc



«La crise des semi-conducteurs a fait perdre au Royaume entre 10 à 15 MMDH d’export en 2021», a déclaré Ryad Mezzour. Il a d’ailleurs partagé à cette occasion sa volonté de monter une usine de semi-conducteurs, à laquelle contribueront les secteurs privé et public pour répondre à la problématique de matières premières dans ce domaine.



De son côté, Chakib Alj, président de la CGEM, a souligné lors de sa prise de parole que malgré les avancées réalisées ces dernières années, les industries et commerces font face à plusieurs défis, et ce bien avant la Covid-19. Il a noté qu’en dépit de toutes les difficultés, les entrepreneurs marocains ont fait preuve de flexibilité et d’innovation.




Lire aussi : Crédit TVA : la CGEM appelle à l’accélération du remboursement



«La crise a engendré une double transformation au niveau de la chaîne d’approvisionnement et de la digitalisation, résultant d’une redistribution des cartes de la production à l’échelle mondiale. Elle nous a également ouvert les yeux sur la grande dépendance de notre pays aux importations. Il est donc impératif de renforcer la souveraineté industrielle de notre pays et d’encourager le made in Morocco», explique Chakib El Alj.



Rappelons enfin qu’avant de se rendre à la CGEM, Ryad Mezzour s’est entretenu samedi dernier avec la Fédération nationale de l’électricité, de l’électronique et des énergies renouvelables (Fenelec). Une rencontre qui a permis au ministre de présenter les avantages offerts aux acteurs industriels basés au Maroc.

 

Emploi au Maroc : quelle évolution en 2022 ?

Emploi au Maroc : quelle évolution en 2022 ?

Le Maroc a réalisé des progrès significatifs pour stimuler la croissance économique et créer des opportunités d’emplois. Le gouvernement de Aziz Akhannouch a adopté une stratégie a…
Finance climatique : le Maroc en tête des pays du Maghreb en matière de réglementation

Finance climatique : le Maroc en tête des pays du Maghreb en matière de réglementation

Le Maroc a réussi encore une fois à se placer à la tête des pays maghrébins en matière de préparation des systèmes financiers pour soutenir l'action climatique. Tel est le constat …
Entrepreneuriat : comment être "IPO ready" ?

Entrepreneuriat : comment être « IPO ready » ?

Une "Initial public offering" (IPO), ou introduction en bourse, définie la cotation des actions d’une société sur un marché boursier. C’est un moyen important pour les entreprises …
Maroc-Espagne : un nouveau souffle à la coopération économique

Maroc-Espagne : un nouveau souffle pour la coopération économique

C’était la première étape de la Rencontre de haut niveau (RHN) entre le Maroc et l’Espagne, qui s’étale sur deux jours, à l’initiative de la Confédération générale des entreprises …
FMI : quelle croissance économique en Afrique et dans le monde en 2023 ?

FMI : quelle croissance économique en Afrique et dans le monde en 2023 ?

Le Fonds monétaire international (FMI) a légèrement revu à la hausse ses prévisions de croissance économique mondiale pour cette année. Elles sont estimées à 2,9% pour 2023 et à 3,…
CRI

Charte de l’investissement : le soutien étatique fixé

Encourager l'acte d'investir. C'est le but ultime de la nouvelle Charte de l'investissement dont l'exécutif a amorcé la mise en œuvre à travers un premier décret d'application adop…
Viandes rouges : des mesures pour contrer la flambée des prix

Viandes rouges : des mesures pour contrer la flambée des prix

Ces deux dernières semaines, les prix de la viande rouge sont montés en flèche au Maroc. Dans les abattoirs, le prix de la viande ovine varie entre 90 et 100 DH le kilogramme (kg) …
Crise économique : le FMI évalue la performance du Maroc

Crise économique : le FMI évalue la performance du Maroc

La sécheresse et les conséquences économiques de l'invasion russe en Ukraine ont affecté l'économie marocaine en 2022. Malgré les efforts déployés par le gouvernement pour remédier…