Lutte anti-corruption : le roi Mohammed VI complète la composition de l'INPPLC

Temps de lecture : 4 minutes


Lutte anti-corruption : le roi Mohammed VI complète la composition de l’INPPLC

Temps de lecture : 4 minutes

Catégorie Politique , Gros plan

Temps de lecture : 4 minutes

L’Instance nationale de la probité, de la prévention et de la lutte contre la corruption (INPPLCC) est enfin au complet. Le roi Mohammed VI a désigné hier les quatre membres de l’Instance. Le droit de nommer ces responsables est accordé au Souverain par la loi régissant l’INPPLCC. Celle-ci se charge de proposer les orientations stratégiques de la politique de l’État dans le domaine de la prévention et de la lutte contre la corruption, ainsi que les mécanismes et les mesures capables d’en assurer la mise en œuvre. Quelles sont donc les autres attributions de cette instance constitutionnelle ?

Temps de lecture : 4 minutes

Lundi 24 octobre, le roi Mohammed VI a nommé quatre membres de l’Instance nationale de la probité, de la prévention et de la lutte contre la corruption (INPPLCC) : Abdeslam Imani, Nadia Annouz, Dounia Ben Abbas Taarji et Abdessamad Saddouq. Il a en outre nommé Ahmed Laamoumri, secrétaire général de l’Instance. Cette dernière est présidée par Bachir Rachdi, nommé en 2018 par le Roi.

Selon un communiqué du Cabinet royal, ces nominations visent à parachever la composition de cette institution nationale et à lui permettre d’assumer les missions qui lui sont conférées par la Constitution, en particulier dans les domaines de la mise en œuvre des politiques de lutte contre la prévarication, la contribution à la moralisation de la vie publique et la consécration des principes de la bonne gouvernance, de la culture du service public et des valeurs de la citoyenneté responsable.

Aussi, «elles interviennent en application des dispositions de la Constitution et de la nouvelle loi régissant cette importante Instance constitutionnelle, ainsi qu’au regard de l’expérience, de l’expertise et des compétences dont disposent ses membres dans le domaine d’action de l’Instance, et de l’impartialité, de la neutralité, de la rectitude et de l’intégrité qui leur sont reconnues», indique le communiqué.

En outre, l’INPPLCC est composée de quatre membres nommés par le chef du gouvernement (Ghita Lahlou, Naima Benwakrim, Rachid Lamdouar et Abdelmounim Mouhsini), de deux membres désignés par le président de la Chambre des représentants (Amina Figuigui et Noureddine Mouaddib) et de deux membres désignés par le président de la Chambre des conseillers (Rabha Zedguiy et Abdelkhalek Chmmachi).

Lire aussi : Le Roi nomme les membres de l’Instance nationale de la probité, de la prévention et de la lutte contre la corruption

 

INPPLCC : qu’est-ce que c’est ?

L’Instance nationale de la probité, de la prévention et de la lutte contre la corruption est une institution nationale indépendante, dotée d’une personnalité morale et d’une autonomie financière et administrative.

Elle est créée en vertu de l’article 36, et la loi 46-19 fixe les missions, les attributions, la composition, l’organisation et les règles de fonctionnement de l’Instance en application des dispositions de l’article 167 de la Constitution. Cette loi a été adoptée à l’unanimité, en mars 2021, par la Chambre des représentants.

L’INPPLC a pour missions notamment d’initier, de coordonner, de superviser et d’assurer le suivi de la mise en œuvre des politiques de prévention et de lutte contre la corruption, de recueillir et de diffuser les informations dans ce domaine, de contribuer à la moralisation de la vie publique et de consolider les principes de bonne gouvernance, la culture du service public et les valeurs de citoyenneté responsable.

Outre ces missions qui lui sont attribuées par ladite loi, l’Instance contribue, de manière périodique et continue, à l’évaluation des politiques publiques de prévention et de lutte contre la corruption et de leur impact sur l’évolution de la situation de la corruption par secteurs et par territoires à l’échelle nationale. Elle présente toute recommandation ou proposition aux deux Chambres du Parlement ou au gouvernement, chacun en ce qui le concerne, afin de mettre en œuvre ces politiques, d’assurer leur efficacité et d’atteindre les objectifs escomptés.

Lire aussi : Corruption : François Hollande plaide pour une action commune

 

Situation de la corruption au Maroc

Dans son dernier rapport au titre de l’année 2020, l’INPPLC indique qu’il reste beaucoup à faire pour établir un véritable diagnostic de la situation de la corruption au Maroc, qui «continue à souffrir de l’ampleur de ce phénomène».

L’Indice de perception de la corruption pour l’année 2020 montre que «le Maroc a enregistré une note de 40 sur 100, reculant ainsi d’un point par rapport à 2019». Cet indice met en évidence que «le mesures exceptionnelles prises par le gouvernement pour faire face à la pandémie ne répondent pas suffisamment aux exigences de transparence et de contrôle, notamment en ce qui concerne les marchés publics et l’octroi de soutiens et de subventions, en plus des exemptions spéciales pour lesquelles le gouvernement n’a pas été assujetti au contrôle usuel en la matière», soulignant que «ces exemptions ont été étendues à d’autres domaines qui présentent des risques pouvant être importants en termes de corruption et de mauvaise gestion des deniers publics».


Recommandé pour vous

Dialogue social : bilan du grand oral d’Akhannouch

Temps de lecture : 5 minutes Au début de ce mois de novembre, l’exécutif a révélé que le projet de loi de Finances 2023 (PLF 2023) œuvre à la consécration de l’État social. Le chef…

Alliance des civilisations : le forum qui unit politique et culture

Temps de lecture : 4 minutes Renforcer le dialogue et la coopération entre les communautés, cultures et civilisations est l’objectif de l’Alliance des civilisations des Nations-Uni…

Énergies renouvelables : le Maroc rayonne

Temps de lecture : 5 minutes Une réunion de travail présidée par le Roi et consacrée au développement des énergies renouvelables s’est tenue le 22 novembre. Le Royaume s’est fixé d…

COP27 : et la montagne accoucha d’une souris

Temps de lecture : 4 minutes La 27ᵉ Conférence des parties à la convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (COP27) s’est achevée sur un accord historique. C…

67 ans d’évolution depuis l’indépendance du Maroc

Temps de lecture : 4 minutes Les Marocains commémorent la fin du protectorat le 18 novembre de chaque année. Six décennies après l’indépendance, le Maroc a enregistré des boulevers…

Les limites du PLF 2023 : analyse du Pr Nabil Adel

Temps de lecture : 9 minutes La trajectoire de ce projet de loi de Finances (PLF) n’annonce rien de bon. Ce dernier s’inscrit dans la continuité des précédents PLF, et ne prend pas…

COP27 : la grand-messe des promesses !

Temps de lecture : 6 minutes Le dérèglement climatique se fait de plus en plus sentir. Sauver la planète n’est plus un choix, mais une responsabilité partagée. Après six ans et qua…

PLF-2023 : voici les amendements adoptés par les députés en commission

Temps de lecture : 5 minutes Le rapport de la Commission des finances et du développement économique, relatif à la première partie du projet de loi des Finances (PLF) 2023, a été p…

Transport routier : les cinq priorités pour faire face aux problèmes du secteur

Temps de lecture : 4 minutes Ce mardi 8 novembre, Mohamed Abdeljalil, ministre du Transport et de la Logistique a affirmé que, pour faire face à certains problèmes que connaît le s…

Maroc-France : l’heure est-elle au réchauffement des relations ?

Temps de lecture : 4 minutes En septembre 2021, Paris avait décidé de réduire de 50% le nombre de visas accordés au Maroc, au motif que le Royaume refusait de délivrer des laissez-…

Droits de l’Homme : le Maroc passe son examen

Temps de lecture : 4 minutes Le Maroc fait partie des pays examinés par le groupe de travail de l’Examen périodique universel (EPU) lors de sa 41ᵉ session qui se tient du 7 a…

Justice : Abdellatif Ouahbi expose ses priorités stratégiques pour 2023

Temps de lecture : 7 minutes Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, a présenté, mercredi 2 novembre à la Chambre des représentants, un exposé exhaustif sur le bilan de son d…