Temps de lecture : 4 minutes


Le CPS de l’UA sous présidence marocaine

Temps de lecture : 4 minutes

Catégorie Afrique, Politique , Gros plan

Temps de lecture : 4 minutes

Le Maroc assure, à partir du samedi 1ᵉʳ octobre, pour un mois la présidence tournante du Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’Union africaine (UA). C’est la deuxième fois que le pays préside cette instance décisionnelle depuis son retour au sein de l’organisation panafricaine en 2017. Détails.

Temps de lecture : 4 minutes

La présidence tournante du Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’Union africaine (UA) tombe à point nommé pour le Royaume du Maroc. Elle coïncide avec l’agenda onusien pour le dossier du Sahara et les grandes manœuvres des séparatistes et de leurs soutiens pour influencer les membres du Conseil de sécurité de l’ONU qui doivent se prononcer sur le renouvellement du mandat de la Minurso. Au sein de l’UA, la pseudo république arabe sahraouie démocratique (RASD) s’active chaque année au mois d’octobre pour parasiter l’action du Maroc et essayer de faire en sorte que le CPS se saisisse de ce dossier.

Lire aussi : Sahara : le Maroc appelle l’Algérie à reprendre le processus des tables rondes

Leadership incontestable

Depuis son retour au sein de l’organisation panafricaine en 2017, le Maroc a damé le pion à l’Algérie et a pris le leadership de l’organisation. Fini les gesticulations d’un certain Smaïl Chergui, ex-commissaire chargé de la paix et de la sécurité, le Maroc n’a plus besoin de défendre le règlement du différend régional sur le Sahara dans le cadre du processus politique exclusif des Nations Unies. Néanmoins, tant que les séparatistes siègent au sein de l’UA, le Royaume doit rester vigilant, surtout dans les instances décisionnelles où tout relâchement peut coûter cher.

Le Royaume ne rate aucune réunion du CPS et fait tout pour consolider sa position. La semaine dernière, le chef de la diplomatie marocaine, Nasser Bourita, a pris part, à New York, à la réunion ministérielle du CPS en marge de la 77ᵉ session de l’Assemblée générale des Nations Unies. «La présidence marocaine du CPS-UA s’inscrit dans la continuité des engagements du Royaume pour une Afrique pacifique, stable et prospère et constitue une consécration des efforts de la diplomatie du Royaume au niveau du Continent africain, sous le leadership de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, en faveur de la paix, de la sécurité et de la stabilité en Afrique», souligne un communiqué du ministère des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger.

Lire aussi : Sommet de l’UA : ce qu’il faut retenir de la 35e session ordinaire

Un programme chargé

Pour la présidence du CPS durant le mois d’octobre, la diplomatie marocaine compte prendre les devants en suscitant des réponses collectives à plusieurs thématiques globales et régionales, précise le département dirigé par Nasser Bourita. Plusieurs réunions de ministres, d’ambassadeurs et d’experts seront organisées autour de sujets comme le terrorisme, les enfants soldats, le changement climatique, la sécurité alimentaire, la situation dans le Sahel et en République centrafricaine. La présidence marocaine prévoit également plusieurs réunions statutaires, notamment celles impliquant le Conseil de sécurité des Nations Unies, ainsi que l’examen de rapports, dont ceux sur l’état de la paix en Afrique et la mise en œuvre de la Feuille de route principale de l’UA pour faire taire les armes en Afrique, poursuit le communiqué. Et pour couronner le tout, le Maroc abritera une conférence politique, à Tanger, du 25 au 27 octobre 2022, portant sur « La promotion du Nexus Paix, Sécurité et Développement, perspective d’une intégration régionale ».

 

Pour rappel, depuis son retour à l’UA en janvier 2017, le Royaume du Maroc avait siégé au CPS-UA, en tant que membre pour un mandat de deux années (2018 à 2020) avant d’être réélu en février 2022 pour un nouveau mandat (2022-2025). Le Maroc avait eu plus de deux tiers des voix lors de l’élection des 15 membres du CPS. En 2019, le CPS avait tenu sa 12ᵉ retraite à Skhirate du 24 au 26 juin. Le Manuel sur les méthodes de travail du CPS avait alors été adopté.

Lire aussi : Le Maroc élu au Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine


Recommandé pour vous

Dialogue social : bilan du grand oral d’Akhannouch

Temps de lecture : 5 minutes Au début de ce mois de novembre, l’exécutif a révélé que le projet de loi de Finances 2023 (PLF 2023) œuvre à la consécration de l’État social. Le chef…

Mondial 2022 : quelles sont encore les chances des pays africains ?

Temps de lecture : 5 minutes Le Maroc, le Sénégal, la Tunisie, le Ghana et le Cameroun gardent tous une chance de se qualifier pour les huitièmes de finale de la Coupe du monde, Qa…

BAD : l’Afrique progresse sur la voie de l’industrialisation

Temps de lecture : 6 minutes La Banque africaine de développement (BAD), l’Union africaine (UA) et l’Organisation des Nations unies pour le développement industriel (ONUDI) viennen…

Alliance des civilisations : le forum qui unit politique et culture

Temps de lecture : 4 minutes Renforcer le dialogue et la coopération entre les communautés, cultures et civilisations est l’objectif de l’Alliance des civilisations des Nations-Uni…

Énergies renouvelables : le Maroc rayonne

Temps de lecture : 5 minutes Une réunion de travail présidée par le Roi et consacrée au développement des énergies renouvelables s’est tenue le 22 novembre. Le Royaume s’est fixé d…

COP27 : et la montagne accoucha d’une souris

Temps de lecture : 4 minutes La 27ᵉ Conférence des parties à la convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (COP27) s’est achevée sur un accord historique. C…

67 ans d’évolution depuis l’indépendance du Maroc

Temps de lecture : 4 minutes Les Marocains commémorent la fin du protectorat le 18 novembre de chaque année. Six décennies après l’indépendance, le Maroc a enregistré des boulevers…

Les limites du PLF 2023 : analyse du Pr Nabil Adel

Temps de lecture : 9 minutes La trajectoire de ce projet de loi de Finances (PLF) n’annonce rien de bon. Ce dernier s’inscrit dans la continuité des précédents PLF, et ne prend pas…

COP27 : la grand-messe des promesses !

Temps de lecture : 6 minutes Le dérèglement climatique se fait de plus en plus sentir. Sauver la planète n’est plus un choix, mais une responsabilité partagée. Après six ans et qua…

PLF-2023 : voici les amendements adoptés par les députés en commission

Temps de lecture : 5 minutes Le rapport de la Commission des finances et du développement économique, relatif à la première partie du projet de loi des Finances (PLF) 2023, a été p…

Transport routier : les cinq priorités pour faire face aux problèmes du secteur

Temps de lecture : 4 minutes Ce mardi 8 novembre, Mohamed Abdeljalil, ministre du Transport et de la Logistique a affirmé que, pour faire face à certains problèmes que connaît le s…

Maroc-France : l’heure est-elle au réchauffement des relations ?

Temps de lecture : 4 minutes En septembre 2021, Paris avait décidé de réduire de 50% le nombre de visas accordés au Maroc, au motif que le Royaume refusait de délivrer des laissez-…