Daz : la liberté de l’art et l’art de la liberté

Temps de lecture : 6 minutes


Daz : la liberté de l’art et l’art de la liberté

Temps de lecture : 6 minutes

Catégorie Culture , Gros plan

Temps de lecture : 6 minutes

À Paris, Casablanca, Marrakech ou encore Abu Dhabi, Driss Benwahoud, alias Daz, a su marquer les esprits grâce à la beauté excentrique de ses chefs-d’œuvre. Ancien assureur reconverti à plein temps en artiste-peintre, ses toiles, tableaux et fresques diffèrent de taille et de couleurs, mais appellent tous à se faire confiance, à croire en son talent et à surtout s’exprimer librement à travers son art.

Temps de lecture : 6 minutes

Driss Benwahoud, alias Daz, ancien assureur devenu artiste-peintre, défend la liberté d’expression et dénonce les limites et les contraintes d’une vie conventionnelle à travers son art. Il a exposé ses œuvres à Paris, Casablanca, Marrakech ou encore Abu Dhabi. Et dans tous ces pays, il est resté fidèle à son identité et aux messages forts de ses toiles, tableaux et fresques. Daz affiche un goût prononcé pour le Pop Street-Art en mêlant graffiti, personnages emblématiques et sujets controversés, tout en utilisant sa propre technique de peinture en monochromie.

Le jeune artiste a bien voulu accorder à LeBrief.ma un petit moment pour parler de ses motivations, inspirations, messages et ses projets, dont la nouvelle fresque Blue Waters.

Lire aussi : À la rencontre de l’artiste peintre Driss Benwahoud, alias DAZ

 

LeBrief.ma : Qu’est-ce qui vous a motivé pour vous lancer dans le Pop Street-Art ?

Daz : Honnêtement, je pense que c’est plutôt cet art qui m’a choisi, et non le contraire. Ce que j’apprécie le plus dans le Pop Street-Art c’est qu’il n’a pas de limites et qu’il est libre. On ne peut pas vraiment le caser ou l’inscrire dans un genre spécifique ou académique. Il permet de s’exprimer librement et d’envoyer des messages assez fort sans contrarier ni agresser les gens.

 

LeBrief.ma : Quels sont les principaux messages que vous essayez de véhiculer à travers vos œuvres ?

Daz : Toutes mes créations défendent en particulier la liberté, sous toutes ses formes : être libre, se battre pour sa liberté de vivre ou de penser sans heurter qui que ce soit et dans le respect des autres. J’essaie d’encourager les gens à lâcher prise pour se défaire des contraintes et des moules qui les oppressent ainsi que d’oser la liberté, que ce soit au Maroc ou à l’étranger. À travers mes tableaux, je cherche à briser les notions conventionnelles et les étiquettes qui nous privent d’être nous même, de laisser libre cours à nos passions ainsi que d’assumer et d’être fiers de ce que nous sommes.

 

LeBrief.ma : D’assureur à artiste, comment s’est produite cette reconversion ?

Daz : Pour moi, la transition était magnifique. Elle était cependant brutale pour mon entourage et était truffée de jugements et de préjugés. Mais j’étais toujours sûr et confiant de mon choix, qui m’a permis de me réconcilier avec moi-même et de me dépasser un peu plus avec chaque nouveau projet.

 

LeBrief.ma : Pour la fresque « Blue waters » réalisée à Dar Bouzza, quelle a été l’inspiration derrière cette œuvre et quel est son message ?

Daz : Cette fresque murale est le fruit d’un travail collectif avec Simo Aouina, un artiste avec lequel j’ai précédemment fait une exposition à la galerie « Atelier 21 » à Casablanca. Nous avons travaillé en duo sur ce projet. Le personnage représenté dans cette fresque est une femme d’affaires, qui porte un costume et une cravate, et qui tourne le dos à la capitale économique. Elle fuit ainsi le stress et le cadre conventionnel de la ville blanche pour se réfugier dans le petit village qu’est Dar Bouazza, pour profiter de la mer. Le message de cette toile est qu’aujourd’hui le monde change. Qu’être chef d’entreprises, président-directeur général, cadre ou autre ne vous empêche pas de choisir de finir votre journée loin du rythme effréné de Casablanca ou n’importe quel ville ou espace stressants. Qu’aujourd’hui, on peut se faire plaisir, que ce soit en faisant du surf, du sport ou manger du bon poisson, etc.

Blue Waters

Œuvre de 16m x 15m, sur le mûr de la résidence Blue waters house à Dar Bouazza, réalisée en six jours par Driss Benwahoud (Daz) et Aouina Simo

LeBrief.ma : Pourquoi « Blue waters » ?

Daz : Parce que la fresque a été réalisée dans la résidence Blue Waters House du groupe Chaabane Immobilier. Les responsables de ce groupe m’ont laissé libre cours pour peindre sans imposer une thématique ou des caractéristiques particulières. D’ailleurs, je ne peux jamais travailler avec quelqu’un qui limite ma liberté d’expression.

 

LeBrief.ma : Pouvez-vous partager avec nous vos projets en cours ?

Daz : Je travaille actuellement avec une designer marocaine, Rita Benabbes Taarji. Nous allons créer une collection de vêtements, principalement des vestes, qui sera limitée et qui sera signée Berbertouch. C’est une marque qui existe depuis trois ans et qui se spécialise dans le prêt-à-porter et la décoration. Et tous ses produits sont réalisés par des artisans marocains. À travers ce genre de collaboration, j’essaie de promouvoir à la fois les talents des jeunes de notre Royaume, mais aussi de valoriser la richesse de notre culture.

 

LeBrief.ma : En tant qu’artiste qui se consacre à 100% à son art, quels conseils donneriez-vous aux jeunes talents en herbe ?

Daz : La première chose : ne jamais écouter les autres (rire). Ne jamais se laisser abattre par les « c’est trop difficile » et les « tu n’es pas le fils/la fille de telle famille », ce sont des commentaires et des critiques vides et absurdes. Il faut surtout apprendre à s’écouter soi-même, à se faire confiance et à suivre son instinct.

Lire aussi : Le marocain DAZ, premier artiste au monde à peindre une toile en live à 225m de hauteur


Recommandé pour vous

Alliance des civilisations : le forum qui unit politique et culture

Temps de lecture : 4 minutes Renforcer le dialogue et la coopération entre les communautés, cultures et civilisations est l’objectif de l’Alliance des civilisations des Nations-Uni…

FIFM : une 19e édition pleine de succès

Temps de lecture : 4 minutes La 19e édition du Festival international du film de Marrakech s’est clôturée, samedi 19 novembre, au somptueux Palais des Congrès de la cité ocre. Aprè…

FIFM 2022 : le 7e art à l’honneur

Temps de lecture : 4 minutes Le cinéma est la voix de la réalité. Le Festival international du film de Marrakech (FIFM) rend ainsi hommage aux meilleurs films internationaux en pré…

Promotion du cannabis, plaintes, mea culpa… tout sur la polémique autour d’ElGrandeToto

Temps de lecture : 5 minutes Après l’affaire de son visa, ElGrandeToto a créé une nouvelle fois la polémique et s’est attiré les foudres des internautes, des journalistes et même d…

Salon du cheval d’El Jadida : coup d’envoi d’une 13e édition prometteuse

Temps de lecture : 5 minutes Le Salon du cheval d’El Jadida est de retour après deux années d’absence en raison de la pandémie de la Covid-19. Inauguré hier par le prince héritier …

Apprentissage et développement humain : les chiffres inquiètent

Temps de lecture : 5 minutes Bien que l’apprentissage soit la clé du développement humain, le Maroc a encore du mal à s’améliorer dans ce domaine. La 2ᵉ édition des Assises n…

Cirad : la radio est de plus en plus appréciée par les jeunes

Temps de lecture : 3 minutes La radio est un ancien média, qui existe depuis le 19ᵉ siècle. Il s’agit d’un moyen de communication pratique qui permet aux auditeurs de suivre l’actu…

Comment réussir sa rentrée scolaire ?

Temps de lecture : 5 minutes La rentrée approche et nombreux sont ceux qui entameront un nouveau cursus scolaire. Et qui dit nouveau cursus, dit réadapter sa méthode de travail. Su…

Festival des musiques sacrées de Fès : la paix a frappé à la bonne porte, Bab Al Makina

Temps de lecture : 3 minutes Sous le haut patronage du roi Mohamed VI et sous la présidence effective de la princesse Lalla Hasna, la 26ᵉ édition des musiques sacrées de F…

Salon du livre : le rendez-vous incontournable des littératures

Temps de lecture : 3 minutes En trois jours seulement, le nombre de visiteurs du Salon international de l’édition et du livre (SIEL) a atteint les 46.036. L’édition de 2022 n’est t…

Comment les festivals préparent leur reprise ?

Temps de lecture : 4 minutes Rendez-vous majeur du cinéma, le Festival international du Film de Marrakech fera son retour dans la ville ocre pour une 19e édition du 11 au 19 no…

Patrimoine culturel : lancement du Label « Moroccan Heritage »

Temps de lecture : 8 minutes Une cérémonie de lancement du Label « Moroccan Heritage » pour promouvoir le patrimoine culturel national a été organisée, lundi à Rabat, en présence …