Leïla Benali, ministre de la Transition énergétique et du Développement durable © DR

Temps de lecture : 4 minutes


Crise de la « Samir » : Leïla Benali fait le point

Temps de lecture : 4 minutes

Catégorie Économie , Gros plan

Temps de lecture : 4 minutes

La question du redémarrage de l’activité de raffinage de la Samir fait toujours couler beaucoup d’encre. Lundi 18 juillet, la ministre de la Transition énergétique, Leïla Benali, a souligné que «le Maroc n’est pas un pays producteur du pétrole pour que le raffinage soit un pilier de sa stratégie énergétique». Elle a avancé que le dossier de la « Samir » est très complexe, tout en assurant que le marché marocain ne connait aucune rupture d’approvisionnement en énergie. Détails.

Temps de lecture : 4 minutes

La ministre de la Transition énergétique et du Développement durable, Leïla Benali, est revenue, lundi 18 juillet, sur le dossier de la société de raffinage du pétrole « Samir ».

Interpellée à ce sujet lors de la séance des questions orales à la Chambre des représentants, la ministre a indiqué que son département examine les scénarios techniques et économiques pour trouver des solutions, qui seront annoncées au moment opportun.

Lire aussi : Prix des carburants : l’offre et la demande ?

 

Le dossier de la « Samir » doit être géré de manière intelligente

La responsable a également fait savoir que son ministère est conscient de l’importance de la raffinerie et de tout son écosystème pour Mohammedia et ses habitants. C’est pour cette raison que ce dossier doit être géré de manière intelligente pour protéger les intérêts du Royaume, des travailleurs de la raffinerie ainsi que ceux des résidents de la ville.

Selon Leïla Benali, l’affaire de la « Samir » se caractérise par «une complexité sans précédent», au vu d’une accumulation de problèmes depuis plus de 20 ans. Une situation qui a engendré un arrêt de la raffinerie, la transmission du dossier à la justice et une mise en liquidation judiciaire, avec une poursuite de son activité sous la supervision du syndic et d’un juge-commissaire.

«On a suffisamment évoqué ce sujet devant le Parlement et le fait d’en parler à chaque fois ne fait que diminuer la valeur de la raffinerie», a-t-elle déploré.

Lire aussi : Prix des carburants : les vacances d’été compromises ?

 

Le raffinage ne fait pas partie des piliers de la stratégie nationale de l’énergie

Concernant l’activité de raffinage dans le pays, la ministre a signalé que «le Maroc n’est pas un pays producteur du pétrole pour que le raffinage soit un pilier de sa stratégie énergétique».

Les propos de la ministre ont toutefois été fortement critiqués par certains experts. Sur son compte Twitter, Mohammed Benmoussa, économiste et vice-président du Front national pour la sauvegarde de la raffinerie marocaine de pétrole, a martelé que «certains ministres du gouvernement ont un sérieux besoin de formation. La ministre de la Transition énergétique a montré (…) au Parlement qu’elle ignorait que le Maroc a raffiné du pétrole de 1959 à 2015 sans jamais avoir été un producteur de pétrole brut».

«Elle (la ministre) ignore aussi que plusieurs pays européens raffinent du pétrole sans produire la moindre goutte de brut : Allemagne 2,73 millions de barils par jour / Belgique 0,81 M / Espagne 1,53 M / France 1,47 M / Italie 1,91 M / Pays-Bas 1,44 M / Turquie 0,76 M / Maroc 0,13 M», a-t-il expliqué.

Lire aussi : Transport routier : un soutien exceptionnel supplémentaire pour les professionnels du secteur

 

Le système énergétique n’a enregistré aucun déséquilibre dans l’approvisionnement

Par ailleurs, Leïla Benali a assuré que «l’écosystème énergétique national n’a enregistré aucun déséquilibre dans l’approvisionnement. Tous les besoins du marché national ont entièrement été satisfaits».

Cependant, ajoute-t-elle, l’unique matière énergétique qui a connu un souci d’approvisionnement cette année est le gaz naturel. Mais ce problème a été réglé.

Pour rappel, la Samir est en faillite depuis 2014, eu égard à son incapacité à rembourser ses dettes auprès de plusieurs institutions, dont l’Administration des douanes et des impôts indirects, à laquelle elle doit 13 milliards de DH. La dette totale de la société est estimée à près de 3,7 milliards de dollars.


Recommandé pour vous

Journée mondiale du tourisme : repenser le secteur pour un avenir meilleur

Temps de lecture : 5 minutes

L’ensemble du secteur du tourisme célèbre, ce mardi 27 septembre, la journée mondiale du secteu…

Hydrocarbures : ce que préconise le Conseil de la concurrence dans son nouvel avis

Temps de lecture : 6 minutes

Le Conseil de la concurrence a publié, lundi 26 septembre, son avis n°A/3/22 sur « la flambée d…

Conseil de BAM : faut-il s’attendre à une hausse du taux directeur ?

Temps de lecture : 5 minutes

Bank Al-Maghrib (BAM) tiendra, mardi 27 septembre, sa troisième réunion de politique monétaire …

Politique monétaire : Bank Al-Maghrib à un tournant

Temps de lecture : 3 minutes

Garantes de la stabilité des prix à moyen terme, les banques centrales sont engagées dans un co…

Impériales : les médias, une force et une influence

Temps de lecture : 4 minutes

“Les Impériales” est de retour cette année, avec une nouvelle vision, de nouvelles perspectives…

Les Impériales 2022 : le nation branding s’invite au débat

Temps de lecture : 4 minutes

Le lancement officiel de la cinquième édition « Les Impériales 2022 », rendez-vous annuel des p…

Programme de développement des zones de montagne : quel bilan ?

Temps de lecture : 4 minutes

Mis en œuvre depuis 2015, le Programme de développement des zones de montagne (PDRZM) a été clô…

Gazoduc Nigeria-Maroc : le projet prend forme

Temps de lecture : 4 minutes

Le projet de gazoduc reliant le Nigeria au Maroc, et qui doit aussi approvisionner l’Afrique de…

Tourisme : une saison estivale qui dépasse les espérances

Temps de lecture : 5 minutes

La fréquentation touristique au Maroc a retrouvé des couleurs, malgré l’inflation. Bien que les…

Comptes régionaux 2020 : les disparités entre les régions persistent

Temps de lecture : 4 minutes

L’année 2020 a été marquée par la pandémie de la Covid-19 et sa propagation à l’échelle mondial…

Maroc-Royaume-Uni : décès d’Elizabeth II, sa visite au Royaume et les relations bilatérales

Temps de lecture : 6 minutes

Le décès d’Elizabeth II, reine d’Angleterre dans sa résidence d’été de Balmoral en Écosse, a ét…

Agroalimentaire au Maroc : quel potentiel ?

Temps de lecture : 3 minutes

Au Maroc, l’Industrie agro-alimentaire (IAA) représente 26% du Produit intérieur brut (PIB) et …