Prix des carburants : les vacances d’été compromises ?

Temps de lecture : 5 minutes


Prix des carburants : les vacances d’été compromises ?

Temps de lecture : 5 minutes

Catégorie Économie , Gros plan

Temps de lecture : 5 minutes

Cet été, les vacances sont marquées par les prix record des carburants. En cette période de dégradation du pouvoir d’achat des Marocains, l’inquiétude grandit et ceux qui partiront en voiture en feront les frais. L’État n’a d’ailleurs rien pu faire pour alléger le portefeuille des consommateurs. Détails.

Temps de lecture : 5 minutes

Depuis le début d’année, les prix des carburants affichent des records et aucun signe d’accalmie à l’horizon. L’explosion des prix rend les voyages particulièrement coûteux. Pour les Marocains qui ont décidé de prendre leur véhicule cet été, l’addition s’annonce salée.

 

Des vacances plus chères que jamais

Après plusieurs étés sous restrictions Covid-19, les vacanciers subiront cet été la flambée du prix des carburants. En raison de la hausse des prix de l’énergie, le litre d’essence se vend actuellement à 18 DH, alors que celui du diesel frôle les 17 DH.

Le conflit entre la Russie et l’Ukraine n’est pas sans rapport avec cette crise, il en est même l’un des principaux accélérateurs. Depuis février dernier, les ressources énergétiques sont devenues de plus en plus rares, ce qui a provoqué une flambée des prix à la pompe.

Lors des dernières grandes vacances d’été, le litre du diesel était à 10.10 DH contre 11.79 DH pour l’essence. L’augmentation de 7 DH pour les prix des carburants va donc se répercuter sur le budget des consommateurs.

À titre d’exemple, un trajet Casablanca-Tanger pour une voiture économique essence coûtait en moyenne 300 DH. Avec les prix actuels, il faut prévoir presque le double et évidemment, le montant doit être multiplié par deux pour un aller-retour. À cela s’ajoutent le coût des péages et les pauses dans les aires de repos.

Et ce n’est malheureusement pas fini. Une fois arrivés sur le lieu des vacances, les consommateurs risquent également de payer plus cher l’hébergement. Les professionnels du tourisme ont besoin de réaliser un maximum de chiffres d’affaires durant la haute saison, car beaucoup d’entre eux ferment ou restent vides le reste de l’année et ont souffert de la période de pandémie. Cela devrait forcément avoir une répercussion sur les tarifs pratiqués.

Lire aussi : Prix des carburants : le ras le bol des citoyens marocains

 

Retour à la Caisse de Compensation, option écartée

Le gouvernement marocain a refusé, à plusieurs reprises, de soutenir ses citoyens par des mesures qui pourraient stimuler une baisse des prix des carburants. Le 6 juin dernier, Nadia Fettah Alaoui, ministre de l’Économie et des finances, s’est excusée devant le Parlement, arguant que «l’État ne dispose pas de budget pour une subvention des prix».

Pour sa part, Fouzi Lekjaa a répondu avec fermeté aux députés de l’opposition qui l’ont interpellé sur les mesures prises pour préserver le pouvoir d’achat des citoyens et atténuer la hausse des prix des produits de base. Selon le ministre chargé du Budget, subventionner à nouveau les carburants coûterait quelque 60 milliards de DH (MMDH) supplémentaires. «Cela se fera au détriment des politiques d’éducation, de santé, de sécurité et d’investissement», avait-il rétorqué.

Pour faire face à la hausse des prix des carburants, l’État a choisi la voie la moins conflictuelle, celle de l’aide directe aux professionnels du transport. Mais cette subvention supplémentaire, non prévue dans la loi de finances 2022, fera davantage grimper la facture pour le budget du gouvernement alors même que les charges de compensation, dont les prévisions pour l’année sont fixées à 17 MMDH, ont déjà été dépassées.

Lire aussi : Prix de carburants : aide aux transporteurs, + 40% en juillet

 

40% des Marocains ne vont pas voyager cet été

Selon la dernière enquête menée par le quotidien L’Économiste et le cabinet d’études Sunergia, publiée en juin dernier, 40% des Marocains ont annulé leurs projets de voyage cet été. Il s’agit principalement des personnes dont les tranches d’âge sont comprises entre 55-65 ans (49%) et des seniors de plus de 65 ans (60%), au même titre que les populations du monde rural (51%) et la catégorie socioprofessionnelle « moyenne » ainsi que celles dites « vulnérables » avec, respectivement, 38% et 52%.

En revanche, 46% des sondés envisagent de partir en vacances cet été. Il s’agit des jeunes urbains de 18-24 ans, ainsi que les catégories socioprofessionnelles « aisées » A et B.

S’agissant de l’impact de la situation actuelle sur les budgets de voyage, neuf Marocains sur dix ont affirmé être touchés par la conjoncture de crise.

Notons que cette enquête a été dressée sur cinq critères de quota (sexe, âge, milieu, région et catégorie socioprofessionnelle). Elle s’est fondée sur un échantillon aléatoire de 1.057 personnes interrogées entre le 23 mai et le 22 juin dernier.


Recommandé pour vous

Baisse de l’IR : les négociations sont en cours

Temps de lecture : 4 minutes

Les réunions entre les centrales syndicales et le ministre délégué chargé du Budget, Fouzi Lekj…

11 ans d’exercice : le CESE dresse son bilan

Temps de lecture : 4 minutes

Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) a organisé, mardi 27 septembre à Rabat,…

Réunion trimestrielle de BAM : ce qu’il faut retenir

Temps de lecture : 3 minutes

Le Conseil de Bank Al-Maghrib (BAM) a décidé d’élever le taux directeur (TR), le passant de 1,5…

Journée mondiale du tourisme : repenser le secteur pour un avenir meilleur

Temps de lecture : 5 minutes

L’ensemble du secteur du tourisme célèbre, ce mardi 27 septembre, la journée mondiale du secteu…

Hydrocarbures : ce que préconise le Conseil de la concurrence dans son nouvel avis

Temps de lecture : 6 minutes

Le Conseil de la concurrence a publié, lundi 26 septembre, son avis n°A/3/22 sur « la flambée d…

Conseil de BAM : faut-il s’attendre à une hausse du taux directeur ?

Temps de lecture : 5 minutes

Bank Al-Maghrib (BAM) tiendra, mardi 27 septembre, sa troisième réunion de politique monétaire …

Politique monétaire : Bank Al-Maghrib à un tournant

Temps de lecture : 3 minutes

Garantes de la stabilité des prix à moyen terme, les banques centrales sont engagées dans un co…

Impériales : les médias, une force et une influence

Temps de lecture : 4 minutes

“Les Impériales” est de retour cette année, avec une nouvelle vision, de nouvelles perspectives…

Les Impériales 2022 : le nation branding s’invite au débat

Temps de lecture : 4 minutes

Le lancement officiel de la cinquième édition « Les Impériales 2022 », rendez-vous annuel des p…

Programme de développement des zones de montagne : quel bilan ?

Temps de lecture : 4 minutes

Mis en œuvre depuis 2015, le Programme de développement des zones de montagne (PDRZM) a été clô…

Gazoduc Nigeria-Maroc : le projet prend forme

Temps de lecture : 4 minutes

Le projet de gazoduc reliant le Nigeria au Maroc, et qui doit aussi approvisionner l’Afrique de…

Tourisme : une saison estivale qui dépasse les espérances

Temps de lecture : 5 minutes

La fréquentation touristique au Maroc a retrouvé des couleurs, malgré l’inflation. Bien que les…