Temps de lecture : 3 minutes


Affaire Kharchiche : la justice saisie

Temps de lecture : 3 minutes

Catégorie Société , Gros plan

Temps de lecture : 3 minutes

Le scandale de l’affaire Wahiba Kharchiche fait partie des événements phares de l’année 2020. Dans des vidéos partagées sur les réseaux sociaux, l’ex-officier de police suspendue accuse Aziz Boumehdi, chef de la sûreté préfectorale d’El Jadida, de présumé harcèlement sexuel. Cette semaine, La Direction générale de la sûreté nationale (DGSN), la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST) et la Direction générale des études et de la documentation (DGED) ont déposé plainte pour outrage à des fonctionnaires publics lors de l’exercice de leurs missions et envers les corps constitués, ainsi que pour dénonciation calomnieuse et crimes fictifs et diffusion d’allégations et de faits mensongers et diffamation.

Temps de lecture : 3 minutes

C’est une affaire qui a fait l’effet d’un coup de tonnerre au sein des institutions sécuritaires nationales. Wahiba Kharchich, ex-officier de la police en est la principale actrice. Installée à San Francisco aux États-Unis avec son mari et sa fille, cette dernière accuse Aziz Boumehdi, chef de la sûreté préfectorale d’El Jadida d’harcèlement sexuel. Les faits remontent à l’année 2014 selon elle.



Ayant rejoint les rangs de la sûreté nationale en 2003, Wahiba, suspendue aujourd’hui de ses fonctions, prétend que Boumehdi a été protégé par son beau-frère qui ne serait autre que Abdellatif Hammouchi, patron de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) et de la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST). Des accusations graves que les institutions sécuritaires nationales ont décidé de dénoncer.



Ainsi, la DGSN, la DGST et la Direction générale des études et de la documentation (DGED) ont déposé plainte mercredi devant le parquet près le tribunal de première instance de Rabat. Les trois institutions sécuritaires portent plainte contre «des individus établis à l’étranger pour outrage à des fonctionnaires publics lors de l’exercice de leurs missions et envers les corps constitués, ainsi que pour dénonciation calomnieuse et crimes fictifs et diffusion d’allégations et de faits mensongers et diffamation».



 



Un profil indiscipliné



Mohamed Dkhissi, directeur central de la police judiciaire avait souligné, dans un entretien accordé à la MAP récemment, que l’officier suspendu a fait l’objet de plusieurs remarques d’avertissement lors de son passage à la sûreté nationale. L’intéressée aurait été avertie pour le non-respect de ses collègues. En 2014, elle aurait reçu un avertissement après avoir agressé une collègue en mission, au sein du district de police d’Azemmour. Elle aurait également bénéficié de 300 jours de congé en 2017 en présentant des certificats médicaux et a fait 4 arrêts de travail au cours de l’année 2019.



Mohamed Dkhissi souligne que Wahiba Kharchich a menti à propos d’un nombre important de faits. «Lorsqu’une personne veut évoquer un sujet, elle se doit d’être objective et de dire toute la vérité et non le quart ou la moitié de la vérité ou la vérité qui lui convient, pour ainsi induire l’opinion publique en erreur», a-t-il dit.



Rappelons que le procureur général du Roi avait interdit à Wahiba Kharchiche de quitter le territoire en attendant que l’enquête préliminaire soit terminée. Elle l’aurait quitté de façon clandestine au moment où une enquête approfondie était menée. 


Vague de froid : les habitants de certaines régions en difficulté

Vague de froid : les habitants de certaines régions en difficulté

Le Maroc fait face à une vague de froid intense qui touche plusieurs régions. La baisse des températures a un impact dévastateur sur les populations des zones reculées, où les rude…
Khalid Aït Taleb

Réforme de la santé : Aït Taleb rassure

Invité dimanche de l’émission "Décryptage" diffusée par la radio MFM, le ministre de la Santé et de la Protection sociale, Khalid Aït Taleb, a répondu en direct, deux heures durant…
Grippe saisonnière : le citoyen inquiet

Grippe saisonnière : le citoyen de plus en plus inquiet

La grippe saisonnière inquiète tout le monde autant que la Covid-19. À l’échelle nationale, plusieurs citoyens ont affirmé présenter des symptômes grippaux plus sévères que d’habit…
Concours du barreau : Ouahbi entre le marteau et l’enclume

Concours d’accès au barreau : Ouahbi entre le marteau et l’enclume

Après sa déclaration provocatrice, le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, a provoqué un tollé. L’acharnement médiatique contre lui a commencé lorsqu’il a répondu à un journa…
Forum de la MAP : Ouahbi s'explique sur la polémique du concours d’accès aux barreaux

Concours d’accès aux barreaux : les explications de Ouahbi

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, était, mardi 24 janvier, l'invité du Forum de la MAP, qui s’est tenu sous le thème "Code pénal : les enjeux de la réforme". Cette renc…
Grand froid : à la rescousse des zones enclavées

Grand froid : à la rescousse des zones enclavées

Sur instructions royales, la Fondation Mohammed V pour la solidarité a mis en place l’action solidaire "Grand Froid" dans les zones les plus touchées par la vague de froid inhabitu…
Le Maroc séduit toujours les retraités français

Le Maroc séduit toujours les retraités français

Même si la Grèce et le Portugal sont les nouvelles destinations favorites des Français à la recherche d'un supplément de qualité de vie, le Maroc conserve ses adeptes. Le Royaume a…
Stress hydrique : les dernières pluies sauveront elles la donne ?

Stress hydrique : les avantages et les inconvénients de la vague de froid

La sécheresse est l'un des principaux défis auxquels le Maroc est confronté. Ces derniers mois, la hausse des températures et la pénurie des précipitations, provoquées par le chang…