Temps de lecture : 3 minutes


Budget : le gouvernement renonce aux privatisations

Temps de lecture : 3 minutes

Catégorie Économie , Gros plan

Temps de lecture : 3 minutes

La crise exceptionnelle engendrée par la pandémie du coronavirus va amputer les recettes fiscales de plus de 43 milliards de DH. Les dons au fond Covid-19 permettent d’atténuer l’impact du choc sur le budget. L’État dispose aussi de plusieurs leviers pour accroître ses ressources, mais il ne va pas tous les activer. C’est le cas des privatisations. Les opérations prévues cette année ont été reprogrammées en 2021 et 2022. En revanche, les recettes de monopole vont augmenter de 2,49 milliards de DH.

Temps de lecture : 3 minutes

Le gouvernement prévoit une décroissance de 5% dans le projet de loi de finance rectificative actuellement en débat au Parlement. La pandémie du coronavirus fausse complètement ses prévisions. Au contraire de l’augmentation des dépenses (+19 milliards de DH par rapport à la Loi de Finances 2020) pour endiguer la crise sanitaire et économique, les recettes fiscales, elles, vont plonger en raison de la chute de l’activité et des difficultés financières des entreprises et des ménages. Le manque à gagner est estimé à plus de 43 milliards de DH dont une baisse de 6,7 milliards de DH de l’impôt sur les sociétés et de 2 milliards de DH de l’IR sur les salaires. La baisse de la consommation entraînera aussi une dégringolade des recettes de la TVA et de la TIC de 19 milliards de DH.



 



Équilibrer le budget



Les dons au fond Covid-19 permettent d’atténuer l’impact de la crise sur les recettes. L’État dispose aussi de plusieurs leviers pour accroître ses ressources, mais il ne va pas tous les activer, notamment les privatisations. Initialement, le gouvernement avait prévu de céder 3 milliards de DH d’actifs. Il y a finalement renoncé, histoire notamment de ne pas brader ses bijoux.



Les opérations prévues pour cette année ont été reprogrammées pour 2021 et 2022, en raison des conditions de marché ainsi que des délais légaux et réglementaires et des procédures nécessaires à la réalisation des opérations de privatisation. Le vide laissé par le report des privatisations dans les recettes sera en partie compensé par l’augmentation de 2,49 milliards de DH des produits de monopole, d’exploitations et des participations financières de l’État. Le montant budgétisé de ces produits de monopole s’élève désormais à 14,7 milliards de DH. L’écart par rapport aux prévisions de la Loi de Finances 2020 tient essentiellement à la hausse de 3 milliards de DH du produit de cession d’actifs des établissements et entreprises publics. À contrario, le produit provenant de certains établissements et entreprises publics baisse de 810 millions de DH.


Emploi au Maroc : quelle évolution en 2022 ?

Emploi au Maroc : quelle évolution en 2022 ?

Le Maroc a réalisé des progrès significatifs pour stimuler la croissance économique et créer des opportunités d’emplois. Le gouvernement de Aziz Akhannouch a adopté une stratégie a…
Finance climatique : le Maroc en tête des pays du Maghreb en matière de réglementation

Finance climatique : le Maroc en tête des pays du Maghreb en matière de réglementation

Le Maroc a réussi encore une fois à se placer à la tête des pays maghrébins en matière de préparation des systèmes financiers pour soutenir l'action climatique. Tel est le constat …
Entrepreneuriat : comment être "IPO ready" ?

Entrepreneuriat : comment être « IPO ready » ?

Une "Initial public offering" (IPO), ou introduction en bourse, définie la cotation des actions d’une société sur un marché boursier. C’est un moyen important pour les entreprises …
Maroc-Espagne : un nouveau souffle à la coopération économique

Maroc-Espagne : un nouveau souffle pour la coopération économique

C’était la première étape de la Rencontre de haut niveau (RHN) entre le Maroc et l’Espagne, qui s’étale sur deux jours, à l’initiative de la Confédération générale des entreprises …
FMI : quelle croissance économique en Afrique et dans le monde en 2023 ?

FMI : quelle croissance économique en Afrique et dans le monde en 2023 ?

Le Fonds monétaire international (FMI) a légèrement revu à la hausse ses prévisions de croissance économique mondiale pour cette année. Elles sont estimées à 2,9% pour 2023 et à 3,…
CRI

Charte de l’investissement : le soutien étatique fixé

Encourager l'acte d'investir. C'est le but ultime de la nouvelle Charte de l'investissement dont l'exécutif a amorcé la mise en œuvre à travers un premier décret d'application adop…
Viandes rouges : des mesures pour contrer la flambée des prix

Viandes rouges : des mesures pour contrer la flambée des prix

Ces deux dernières semaines, les prix de la viande rouge sont montés en flèche au Maroc. Dans les abattoirs, le prix de la viande ovine varie entre 90 et 100 DH le kilogramme (kg) …
Crise économique : le FMI évalue la performance du Maroc

Crise économique : le FMI évalue la performance du Maroc

La sécheresse et les conséquences économiques de l'invasion russe en Ukraine ont affecté l'économie marocaine en 2022. Malgré les efforts déployés par le gouvernement pour remédier…