Temps de lecture : 3 minutes


Le Maroc dénonce la position hostile d’Amnesty International à son égard

Temps de lecture : 3 minutes

Catégorie Politique , Gros plan

Temps de lecture : 3 minutes

Le Maroc dénonce les allégations injustes et fausses qu’Amnesty International lui impute. L’Organisation non gouvernementale (ONG) a publié le 22 juin 2020 un rapport accusant les autorités du royaume d’espionner le téléphone du journaliste Omar Radi. En réponse, le gouvernement marocain réclame à l’ONG, spécialisée dans la défense des droits de l’Homme, de soumettre les preuves sur lesquelles elle s’est appuyée pour élaborer son rapport.

Temps de lecture : 3 minutes

«Amnesty International (AI) a procédé à une campagne internationale de diffamation mobilisant des dizaines de journaux internationaux qui ont relayé – sans vérifications des faits – un rapport nuisant à la réputation du Maroc», a martelé ce jeudi 2 juillet Nasser Bourita, ministre des Affaires étrangères, lors d’une conférence de presse conjointe avec Saïd Amzazi, porte-parole du gouvernement, et Mustapha Ramid, ministre des Droits de l’Homme. Selon Challenge, Bourita a pointé du doigt la position hostile adoptée par l’Organisation non gouvernementale (ONG) à l’égard du royaume, soulignant que cette dernière soulève des interrogations quant à ses motivations. Le ministre soutient que le gouvernement réclame «une réponse officielle de la part de cette Organisation qui prétend défendre les droits de l’Homme : une réponse qui comprend toutes les preuves matérielles auxquelles elle aurait eu recours pour porter préjudice au Maroc».



H24Info rapporte pour sa part que cette affaire a été au cœur du Conseil du gouvernement, qui a été présidé par Saad Dine El Otmani, chef de l’Exécutif. La même source rapporte qu’El Otmani a condamné l’ingérence d’Amnesty dans la politique intérieure du pays, en affirmant que l’Organisation est devenue un acteur politique dont les ficelles sont contrôlées par des opposants aux institutions marocaines. Il a cité dans ce sens «deux rapports publiés en octobre 2019 et en juin 2020 par l’ONG, lesquels vont sciemment à l’encontre de l’histoire et des orientations de la communauté internationale, qui ne cesse de saluer et d’apprécier les efforts et les initiatives du Maroc, notamment dans le domaine des Droits de l’Homme». Hespress Fr ajoute que le Chef du gouvernement a adressé une lettre à AI, dans laquelle il «affirme que le royaume prendra les mesures nécessaires pour défendre sa sécurité nationale, ainsi que pour éclairer l’opinion publique nationale et internationale au sujet des allégations» qu’on lui impute.



 



Pour rappel, le rapport controversé d’Amnesty a accusé le pays d’espionner le téléphone du journaliste Omar Radi. Ce dernier fait actuellement l’objet d’une enquête judiciaire pour ses liens présumés avec des agents étrangers de renseignements, qui ont servi sous couverture diplomatique depuis 1979. Par ailleurs, des sources informées ont déclaré à Le360 que l’un des contacts du journaliste est un officier des services de renseignements britanniques « MI6 ». L’identité de l’agent aurait été révélée en 2013 par le dénonciateur Edward Snowden, qui a soutenu que ce dernier a servi à Téhéran, Kaboul et Moscou, et a également travaillé comme consultant politique pour le Haut Commissariat britannique à Ottawa (Canada).


Union africaine : adoption d'un livre blanc pour exclure le Polisario

Union africaine : adoption d’un livre blanc pour exclure le Polisario

Les premiers ministres et les chefs africains de différents départements se sont réunis à Marrakech le 28 janvier. L'objectif de cette rencontre : exclure la "pseudo République ara…
Maroc-Irak : début d’une nouvelle ère des relations

Maroc-Irak : début d’une nouvelle ère des relations

Le Maroc et l’Irak sont décidés à entamer une nouvelle étape dans leurs relations. Ce samedi 28 janvier, le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Mar…
Le Maroc reconsidère son partenariat avec le Parlement européen

Le Maroc reconsidère son partenariat avec le Parlement européen

Le Parlement européen (PE) a vivement critiqué le Maroc. Ce dernier s’est arrogé le droit de juger la justice marocaine de manière flagrante, partiale et n’a accordé aucune considé…
Le Maroc reconsidère son partenariat avec le Parlement européen

Le Maroc rejette les critiques du Parlement européen

Une nouvelle fois, l'institution législative européenne adopte un texte très dur envers le Royaume. Les députés européens ont vivement critiqué la détérioration de la liberté de la…
Sahara, Maroc-UE… les dernières révélations de Aziz Akhannouch

Sahara, Maroc-UE… les dernières révélations de Aziz Akhannouch

Pour la première fois depuis la prise de sa fonction, le chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, accorde une interview exclusive à un média étranger. Il s’agit du journal français L…
Le 11 janvier 1944 : un tournant de l’histoire du Maroc

Le 11 janvier 1944 : un tournant dans l’histoire du Maroc

Le 11 janvier est une date célébrée chaque année au Maroc. Elle constitue un tournant dans l’histoire du Royaume. Cette année 2023, on commémore le 79ᵉ anniversaire de la présentat…
Maroc-Israël : des perspectives prometteuses, selon Simon Skira

Maroc-Israël : des perspectives prometteuses, selon Simon Skira

LeBrief : Le mois de décembre dernier a vu la célébration des deux ans de reprise des relations entre le Maroc-Israël. Quel bilan faites-vous ? Simon Skira : Le Maroc et Israël ont…
Sahara : l’UE soutient fortement le Maroc

Sahara : l’UE soutient fortement le Maroc

Le Maroc a accueilli, le 5 janvier, le haut représentant de l’Union européenne (UE) pour les Affaires étrangères, Josep Borrell. Il s’agit de la première visite officielle du repré…