Temps de lecture : 3 minutes


Les défaillances d’entreprises s’accélèrent

Temps de lecture : 3 minutes

Catégorie Société , Gros plan

Temps de lecture : 3 minutes

Les défaillances d’entreprises risquent de se multiplier dans le monde à cause de la pandémie du Covid-19. L’Espagne et l’Italie figurent parmi les pays les plus touchés par cette crise. Au Maroc, la situation est tout aussi critique, et se traduit par de multiples impayés bancaires. Selon le dernier rapport de Bank Al-Maghrib, ces derniers ont augmenté plus rapidement que l’encours global des crédits. Ils totalisent 73,7 milliards de dirhams, soit un taux d’impayés de 8% à fin mai 2020.

Temps de lecture : 3 minutes

Dure la reprise ! C’est ce que se disent de nombreuses entreprises marocaines touchées de plein fouet par la pandémie du Covid-19. Même si l’activité a repris pour la plupart des commerces après trois mois de confinement, ces derniers font face à plusieurs obstacles. Problème de trésorerie, manque de clientèle, fermetures des frontières…etc.



«Avoir survécu jusque-là est déjà un exploit en soi», souligne l’Économiste dans son éditorial du vendredi 3 juillet 2020. Le journal souligne qu’«il est urgent que le gouvernement lâche sa loi de finances pour rassurer les opérateurs, relancer les commandes et ramener la confiance».



Selon Médias24, l’arrêt d’activité avec le confinement a stoppé les ventes et a généré une cascade d’impayés qui bloque l’activité. Le client n’était pas au rendez-vous, la parole donnée au grossiste ou le chèque laissé en garantie ne sont pas honorés ; le producteur non plus n’est pas payé. Ce qui implique une crise à effet domino.



Plusieurs associations de commerçants ont formulé certaines propositions au ministre de l’Industrie Moulay Hafid El Alamy pour faciliter la reprise et encourager la relance. Parmi leurs propositions, l’intervention de l’État pour trouver des solutions au manque de liquidités dans le cycle économique notamment en encourageant le secteur bancaire à accorder des crédits sans intérêts au secteur du commerce.



– Le rallongement des délais légaux relatifs aux déclarations et aux dépôts de liquidités chez les banques instaurés dans le cadre de la loi de Finances 2020 avec une exonération de l’impôt afin de permettre aux commerçants, aux professionnels et aux consommateurs d’injecter des liquidités dans le cycle économique en toute confiance.



– La création d’une ligne de crédit pour couvrir les dépenses de fonctionnement des commerçants impactés par la crise avec un délai de remboursement qui ne peut être inférieur à deux ans.



– L’implication des banques participatives dans les programmes de soutien au secteur du commerce.



Rappelons que l’Espagne et l’Italie sont les pays européens avec le plus de défaillances d’entreprises. L’économie espagnole connaîtrait ainsi une contraction de 12,8% contre 13,6% pour l’Italie.



Hausse des impayés bancaires



La Banque centrale a annoncé, ce jeudi, que les impayés bancaires se sont établis à 73,7 milliards de DH, en hausse de 5,5% depuis le début de l’année, et de 9% par rapport à fin 2019. Avec ce niveau de créances en souffrance, le taux d’impayés bancaire au niveau du secteur s’établit à environ 8%, un taux que certains considèrent comme élevé et que d’autres trouvent convenable pour une économie comme celle du Maroc.


Vague de froid : les habitants de certaines régions en difficulté

Vague de froid : les habitants de certaines régions en difficulté

Le Maroc fait face à une vague de froid intense qui touche plusieurs régions. La baisse des températures a un impact dévastateur sur les populations des zones reculées, où les rude…
Khalid Aït Taleb

Réforme de la santé : Aït Taleb rassure

Invité dimanche de l’émission "Décryptage" diffusée par la radio MFM, le ministre de la Santé et de la Protection sociale, Khalid Aït Taleb, a répondu en direct, deux heures durant…
Grippe saisonnière : le citoyen inquiet

Grippe saisonnière : le citoyen de plus en plus inquiet

La grippe saisonnière inquiète tout le monde autant que la Covid-19. À l’échelle nationale, plusieurs citoyens ont affirmé présenter des symptômes grippaux plus sévères que d’habit…
Concours du barreau : Ouahbi entre le marteau et l’enclume

Concours d’accès au barreau : Ouahbi entre le marteau et l’enclume

Après sa déclaration provocatrice, le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, a provoqué un tollé. L’acharnement médiatique contre lui a commencé lorsqu’il a répondu à un journa…
Forum de la MAP : Ouahbi s'explique sur la polémique du concours d’accès aux barreaux

Concours d’accès aux barreaux : les explications de Ouahbi

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, était, mardi 24 janvier, l'invité du Forum de la MAP, qui s’est tenu sous le thème "Code pénal : les enjeux de la réforme". Cette renc…
Grand froid : à la rescousse des zones enclavées

Grand froid : à la rescousse des zones enclavées

Sur instructions royales, la Fondation Mohammed V pour la solidarité a mis en place l’action solidaire "Grand Froid" dans les zones les plus touchées par la vague de froid inhabitu…
Le Maroc séduit toujours les retraités français

Le Maroc séduit toujours les retraités français

Même si la Grèce et le Portugal sont les nouvelles destinations favorites des Français à la recherche d'un supplément de qualité de vie, le Maroc conserve ses adeptes. Le Royaume a…
Stress hydrique : les dernières pluies sauveront elles la donne ?

Stress hydrique : les avantages et les inconvénients de la vague de froid

La sécheresse est l'un des principaux défis auxquels le Maroc est confronté. Ces derniers mois, la hausse des températures et la pénurie des précipitations, provoquées par le chang…