Temps de lecture : 3 minutes


Europe : la BCE prête à aller plus loin

Temps de lecture : 3 minutes

Catégorie Économie , Gros plan

Temps de lecture : 3 minutes

Avant la réunion de la BCE de ce jeudi, Eurostat a dévoilé les statistiques économiques de l’Union européenne au premier trimestre, et ils sont mauvais. L’activité dans la zone euro a baissé de 3,8% par rapport à la même période en 2019. Pour autant, la BCE n’a pas pris de décisions fortes à l’issue de sa réunion. Le Maroc suit de près les développements dans la région, puisqu’ils ont mécaniquement des répercussions sur ses réalisations. Le HCP prévoit une contraction de 6,8% du PIB en raison notamment de la baisse de 12,5% de la demande extérieure adressée au royaume.

Temps de lecture : 3 minutes

La réunion de la Baque centrale européenne (BCE) de ce jeudi coïncide avec la publication des statistiques économiques sur la zone euro (19 pays). Le PIB y a baissé de 3,8% selon Eurostat. L’activité économique a subi au premier trimestre la plus forte contraction de son histoire en raison de l’épidémie du coronavirus et des mesures de confinement mises en place pour endiguer sa contagion dans la plupart des pays de la région. Pour les 27 membres de l’Union européenne (UE), le PIB a fléchi de 2,7% par rapport au 1er trimestre de 2019 et de 3,5% par rapport à octobre-décembre 2019.



La baisse de l’activité sur les trois premiers mois de l’année est plus rude comparée à celle enregistrée en 2009, en pleine crise financière. Le recul du PIB est plus marqué qu’anticipé par les marchés. Ils prévoyaient un repli de 3,5%. Parmi les grandes économies européennes, la France accuse le plus le coup, puisque le PIB y a reculé de 5,8%. Tandis qu’il a baissé de 4,7% en Italie et de 5,2% en Espagne. Les chiffres de l’Allemagne, première économie de la zone, sont quant à eux attendus pour mi-mai.



 



La BCE, sans véritable décision



Au moment de la publication de ces chiffres, la BCE préparait sa réunion à Francfort. Au final, ses responsables politiques n’ont pas pris de nouvelles mesures fortes comme espérées par les marchés, entraînant une baisse des principaux indices.  



Notons qu’il y a quelques semaines, la BCE avait lancé un vaste programme de soutien à l’économie. Elle a indiqué qu’elle prévoyait d’acheter 1.100 milliards d’euros d’actifs sur les marchés cette année et qu’elle était prête à faire davantage. La réunion de jeudi n’a pas été l’occasion pour elle d’aller plus loin dans son action, malgré que la pandémie ait un impact sans précédent et que de nombreuses incertitudes entourent la reprise. La principale mesure annoncée, lors de cette rencontre, est l’abaissement des taux d’intérêt, déjà négatifs, des opérations de fourniture de liquidités à long terme aux banques et le lancement d’un nouveau programme de prêts, les « opérations de refinancement à long terme d’urgence pandémique ». Cependant, elle n’exclut pas de nouvelles mesures qui pourraient inclure l’achat de titres à haut risque.



 



Le Maroc suit de près les développements de la situation du vieux continent, puisqu’ils ont mécaniquement des répercussions sur ses réalisations. Le deuxième trimestre sera plus difficile dans la zone euro et affectera lourdement la demande étrangère adressée au royaume. Elle devrait baisser de 12,5% selon les dernières estimations du HCP, qui prévoit une contraction de 6,8% du PIB au deuxième trimestre.


CRI

Charte de l’investissement : le soutien étatique fixé

Encourager l'acte d'investir. C'est le but ultime de la nouvelle Charte de l'investissement dont l'exécutif a amorcé la mise en œuvre à travers un premier décret d'application adop…
Viandes rouges : des mesures pour contrer la flambée des prix

Viandes rouges : des mesures pour contrer la flambée des prix

Ces deux dernières semaines, les prix de la viande rouge sont montés en flèche au Maroc. Dans les abattoirs, le prix de la viande ovine varie entre 90 et 100 DH le kilogramme (kg) …
Crise économique : le FMI évalue la performance du Maroc

Crise économique : le FMI évalue la performance du Maroc

La sécheresse et les conséquences économiques de l'invasion russe en Ukraine ont affecté l'économie marocaine en 2022. Malgré les efforts déployés par le gouvernement pour remédier…
SCRT : amélioration des recettes fiscales et non fiscales à fin décembre

SCRT : amélioration des recettes fiscales et non fiscales à fin décembre

Le ministère de l'Economie et des Finances vient de publier un document sur la situation des charges et ressources du Trésor (SCRT) au titre du mois de décembre 2022. Le document f…
Maroc-Espagne : un forum économique aux attentes majeures

Maroc-Espagne : un forum économique aux attentes majeures

Ayant presque le statut d’un sommet, la réunion de haut niveau (RHN) entre le Maroc et l’Espagne se tiendra les 1ᵉʳ et 2 février 2023 à Rabat, avec une représentation importante de…
Économie nationale en 2023 : quelles perspectives de reprise ?

Économie nationale en 2023 : quelles perspectives de reprise ?

Les perspectives économiques nationales pour 2023 tiennent compte d'un environnement international fortement contraignant. Cet environnement est notamment marqué par la poursuite d…
Tourisme : le Maroc rayonne !

Tourisme : le Maroc rayonne !

Les objectifs du Maroc en matière de tourisme durable se concrétisent. Le prestigieux magazine espagnol, Viajar, a désigné le Royaume comme "meilleure destination durable émergente…
Entreprises au Maroc : quels enjeux économiques ?

Entreprises au Maroc : quels enjeux économiques ?

La loi de Finances pour l’année 2023 (LF 2023) prévoit plusieurs changements fiscaux. La Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) a tenu, le 18 janvier, son Conseil n…