Temps de lecture : 3 minutes


Tourisme : les pistes pour limiter la casse

Temps de lecture : 3 minutes

Catégorie Économie , Gros plan

Temps de lecture : 3 minutes

La Confédération nationale de tourisme (CNT) a adressé un rapport à la CGEM et au ministère du Tourisme dans lequel elle fait état des répercussions de la pandémie du Covid-19 sur le secteur. La CNT alerte qu’en cas de non-assistance, le secteur touristique enregistrera une perte de 138 milliards de dirhams de recettes en devises sur 3 ans. Pour remédier à cela, le CNT propose un investissement supplémentaire d’une valeur de 1,7 milliard de dirhams pour une meilleure relance du secteur.

Temps de lecture : 3 minutes

On dit bien qu’il vaut mieux prévenir que guérir ! La cellule de crise de la Confédération nationale de tourisme (CNT) l’a bien compris en publiant un rapport sur les dégâts collatéraux qu’engendrerait le Covid-19 sur son secteur.



La CNT indique que la non-assistance de l’activité serait synonyme de la «destruction du tissu économique et l’incapacité à recréer sa chaîne de valeur pour l’emploi en plus de la balance des paiements et les réserves en devises», tout en estimant les pertes à 138 milliards de dirhams en l’espace de 3 ans. Cependant, en cas d’activation d’un plan de relance, l’impact sur les recettes en devise serait atténué. Selon les estimations des professionnelles, les pertes seront réduites à 92 milliards de dirhams en devises d’ici 2022, soit une marge économisée de 46 milliards de dirhams, rapporte les Inspirations éco dans son édition du jeudi 23 avril 2020.



Par ailleurs, la CNT s’attend à une période estivale terne en raison de la suppression des congés annuels dans certaines entreprises, des évènements grand public, ainsi que l’affaiblissement du pouvoir d’achat et le report des dates d’examens et concours universitaires. La Confédération estime également que la reprise du secteur ne pourra se faire graduellement qu’à partir du mois d’avril 2021 et affirme par la même occasion que «tous les acteurs du secteur devront affronter une période très difficile jusqu’à décembre 2020».



 



Un investissement supplémentaire de 1,7 milliard de dirhams



Afin de limiter la casse, les professionnels du secteur souhaitent une réaction rapide et proactive de l’État. Pour cela, ils proposent la mise en place d’un dispositif de sauvegarde spécifique au secteur qui s’articule autour du maintien de l’outil de production et des emplois et la sauvegarde de la compétitivité avec un plan de relance, rapporte le journal l’Économiste ce jeudi. Ce dispositif de sauvegarde et de relance pour l’industrie comprend un investissement supplémentaire dans le secteur estimé à 1,7 milliard de DH (1,2 milliard de dirhams pour la sauvegarde du secteur, 500 millions de dirhams pour sa relance).



Les professionnels du secteur appellent à mettre en place des mesures de soutien, comme l’exonération des charges sociales et fiscales, dont l’IR et la CNSS pour 12 mois en faveur des entreprises qui maintiennent 80% des effectifs, mais aussi, le report de toutes les échéances de crédit de 12 mois minimum, au lieu des 3 mois accordés dans le pack CVE. La CNT souhaite également l’autorisation pour les entreprises qui conservent 80% des emplois de payer leurs salariés sur la base du net ainsi qu’une défiscalisation des départs en retraite anticipée applicable aux salariés proches de l’âge de la retraite et à leur demande. La Confédération estime qu’avec ce dispositif d’aide et de relance, le redressement serait plus rapide et pourrait transformer la crise en opportunité et reprendre rapidement des parts de marché auprès des pays émetteurs.


CRI

Charte de l’investissement : le soutien étatique fixé

Encourager l'acte d'investir. C'est le but ultime de la nouvelle Charte de l'investissement dont l'exécutif a amorcé la mise en œuvre à travers un premier décret d'application adop…
Viandes rouges : des mesures pour contrer la flambée des prix

Viandes rouges : des mesures pour contrer la flambée des prix

Ces deux dernières semaines, les prix de la viande rouge sont montés en flèche au Maroc. Dans les abattoirs, le prix de la viande ovine varie entre 90 et 100 DH le kilogramme (kg) …
Crise économique : le FMI évalue la performance du Maroc

Crise économique : le FMI évalue la performance du Maroc

La sécheresse et les conséquences économiques de l'invasion russe en Ukraine ont affecté l'économie marocaine en 2022. Malgré les efforts déployés par le gouvernement pour remédier…
SCRT : amélioration des recettes fiscales et non fiscales à fin décembre

SCRT : amélioration des recettes fiscales et non fiscales à fin décembre

Le ministère de l'Economie et des Finances vient de publier un document sur la situation des charges et ressources du Trésor (SCRT) au titre du mois de décembre 2022. Le document f…
Maroc-Espagne : un forum économique aux attentes majeures

Maroc-Espagne : un forum économique aux attentes majeures

Ayant presque le statut d’un sommet, la réunion de haut niveau (RHN) entre le Maroc et l’Espagne se tiendra les 1ᵉʳ et 2 février 2023 à Rabat, avec une représentation importante de…
Économie nationale en 2023 : quelles perspectives de reprise ?

Économie nationale en 2023 : quelles perspectives de reprise ?

Les perspectives économiques nationales pour 2023 tiennent compte d'un environnement international fortement contraignant. Cet environnement est notamment marqué par la poursuite d…
Tourisme : le Maroc rayonne !

Tourisme : le Maroc rayonne !

Les objectifs du Maroc en matière de tourisme durable se concrétisent. Le prestigieux magazine espagnol, Viajar, a désigné le Royaume comme "meilleure destination durable émergente…
Entreprises au Maroc : quels enjeux économiques ?

Entreprises au Maroc : quels enjeux économiques ?

La loi de Finances pour l’année 2023 (LF 2023) prévoit plusieurs changements fiscaux. La Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) a tenu, le 18 janvier, son Conseil n…