Jouahri

Temps de lecture : 3 minutes


L’interdiction de la saisie des biens de l’Etat adoptée au parlement

Temps de lecture : 3 minutes

Catégorie Économie , Gros plan

Temps de lecture : 3 minutes

Les députés parlementaires ont validé et entériné, le mercredi 13 novembre, le très controversé article 9 du projet de loi de finances 2020. Ce texte de loi a fait l’objet de longues discussions entre la majorité et l’opposition. Les deux parties se sont finalement mises d’accord sur une version améliorée de l’article 9 présenté par le gouvernement. Par ailleurs, 271 amendements ont été présentés par les groupes parlementaires de la majorité et de l’opposition dans la première partie du PLF.

Temps de lecture : 3 minutes

L’article 9 du projet de loi de finances 2020 a été approuvé ce mercredi à Rabat, rapporte le quotidien arabophone Al Ahdath Al Maghribia, ce jeudi 14 novembre 2019. Ce projet de loi stipule que les biens de l’État ne peuvent faire l’objet d’une saisie même en cas d’un verdict favorable de la justice.



 



La version de l’article 9 adoptée, impose à l’État et aux collectivités territoriales, dès qu’ils font l’objet d’un jugement « susceptible d’être exécuté », l’ordonnancement de la somme jugée dans un délai de 90 jours (au lieu de 60 dans la version initiale) à compter de la date de notification de l’exécution, soulignent nos confrères de Médias24. En cas d’insuffisance de fonds, l’ordonnateur prend ses dispositions pour les inscrire au budget de l’exercice suivant. Cette opération peut se répéter pendant cinq ans, et durant toute cette période où les biens de l’État et des collectivités territoriales ne peuvent être saisis. La même source affirme que le comptable public est désormais un nouvel acteur dans la transaction. Ce dernier peut procéder au paiement spontané de la dette après l’écoulement des 90 jours, si l’ordonnateur refuse d’exécuter le jugement.



 



Le quotidien arabophone « Al Akhbar » estime pour sa part dans son édition du jeudi 14 novembre 2019 que personne ne s’attendait à ce que le PAM et l’Istiqlal votent pour l’interdiction de la saisie des biens de l’État alors qu’ils se sont longtemps interposés à cette mesure. Les députés des deux parties jugeaient que la mesure était contre le principe constitutionnel sulignant que tout jugement doit être exécuté. Le journal affirme que le député du PAM, Abdellatif Ouahbi, est celui qui a encouragé le changement de position de son parti et de l’Istiqlal.



 



271 amendements pour la première partie du PLF2020



 



La commission des finances et du développement économique de la Chambre des représentants a adopté à la majorité, la première partie du projet de loi de finances 2020. Le texte a été entériné par 24 députés, alors que 13 autres s’y sont opposés. Au total, 271 amendements ont été présentés par les groupes parlementaires de la majorité et de l’opposition, rappel le site d’informations économiques, Challenge. Ledit site indique que l’exécutif a interagi positivement avec plusieurs propositions et que la commission parlementaire a examiné le projet pendant deux semaines et a fixé vendredi comme date pour la présentation des amendements.



 



Rappelons que les amendements approuvés par la commission des finances sont répartis comme suit : 57 du groupe de la majorité, 83 du groupe authenticité et modernité, 65 de l’Istiqlal, 31 du groupe progrès et socialisme et 25 des parlementaires de la Fédération de la gauche démocratique (FGD).



Recommandé pour vous

10 août : le Maroc célèbre la Journée nationale du migrant

Temps de lecture : 4 minutes

Le 10 août marque la Journée nationale du migrant. Cette année, le thème de cette célébration concerne la contribution des Marocains résidant …

Les orientations du NMD au cœur de la Stratégie nationale de développement durable

Temps de lecture : 4 minutes

Le développement durable est devenu un réel projet de société au Maroc. Le Royaume s’est engagé à mettre en place divers chantiers liés à ce d…

Made in Morocco : pour la valorisation du savoir-faire marocain

Temps de lecture : 5 minutes

Faire du Made In Morocco une véritable marque de fabrique, sur les plans national et international, ainsi qu’un véritable moteur de développem…

PLF 2023 : ce qu’il faut retenir de la note de cadrage de Aziz Akhannouch

Temps de lecture : 5 minutes

Dans sa note de cadrage du projet de loi de Finances (PLF), Aziz Akhannouch réitère la détermination du gouvernement à continuer de mener en 2…

Forbes : le Maroc, un modèle de transition énergétique

Temps de lecture : 3 minutes

Le magazine économique Forbes vante le grand potentiel du Maroc à produire de l’énergie propre grâce à la richesse de ses ressources naturelle…

DTFE : la dette publique s’est établie à 388,1 MMDH à fin mars 2022

Temps de lecture : 2 minutes

Selon le bulletin de la direction du Trésor et des finances extérieures (DTFE), la dette publique s’établit à 388,1 milliards de DH (MMDH) en …

Emploi : le taux de chômage au Maroc est passé de 12,8% à 11,2%

Temps de lecture : 4 minutes

Depuis le début de la crise économique liée à la pandémie de la Covid-19, l’accès à l’emploi est devenu de plus en plus compliqué. Au Maroc, c…

Balance commerciale : le tourisme et l’OCP en tête de liste

Temps de lecture : 3 minutes

«La hausse des importations de biens concerne la quasi-totalité des groupes de produits», révèle le dernier rapport de l’Office des changes. O…

Étude : 75% des Marocains n’utilisent pas les applications de livraison de repas

Temps de lecture : 4 minutes

La crise sanitaire a entraîné des changements considérables dans la façon de consommer les repas hors domicile. La fermeture des restaurants a…

Ce qu’il faut retenir du rapport annuel de Bank Al-Maghrib

Temps de lecture : 6 minutes

Durant l’année 2021, l’économie marocaine a connu une croissance exceptionnelle de 7,9%, soit la plus forte depuis 1997. Plusieurs facteurs ex…

DGI : les recettes fiscales en 2021 ont atteint 153 MMDH

Temps de lecture : 4 minutes

Au Maroc, l’activité économique en 2021 a connu une nette reprise après le ralentissement économique enregistré en 2020 en raison de la pandém…

Maroc : la croissance prévue à 1,5% en 2022 et à 4,5% en 2023

Temps de lecture : 6 minutes

Nadia Fettah Alaoui, ministre de l’Économie et des finances, a présenté, mercredi 27 juillet, devant la Commission des finances et du développ…