Aller au contenu principal

Brexit : L'UE proroge la date de sortie

L'Union européenne a accepté ce vendredi (25 octobre) la requête de Londres concernant un nouveau délai de Brexit, mais n'a pas fixé de nouvelle date de départ, ce qui donne au Parlement britannique le temps de se prononcer sur l'appel du Premier ministre Boris Johnson quant à la tenue d'une élection anticipée.

Par Nora Jaafar, Publié le 25/10/2019 à 15:44, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

« On s’est mis d’accord sur la nécessité d’une prorogation », a déclaré un représentant de l’UE après la réunion des ambassadeurs des 27 pays du bloc, qui ont échangé sur le report de la sortie de la Grande-Bretagne. « Le travail se poursuivra pendant le week-end » et les envoyés se réuniront à nouveau à Bruxelles lundi ou mardi, a indiqué la source à The Guardian.

 

Un jour après avoir admis qu’il ne respecterait pas la date butoir du 31 octobre qu’il avait fixée, Johnson a indiqué qu’il incombait maintenant à l’UE de convenir d’une prolongation, mais que le Royaume-Uni « devrait partir le 31 octobre prochain ». « Bien sûr, le 31 octobre est encore possible — nous pourrions partir le 31 octobre — malheureusement, cela dépend de la réponse de l’UE », a-t-il affirmé, ajoutant que si ses opposants font échouer sa candidature pour les élections du 12 décembre, son gouvernement minoritaire ne se lancera pas dans la « Brexitologie » inutile du Parlement.

 

La même source rapporte qu’un autre responsable de l’UE a souligné que la France avait fait pression sur les 26 autres pays pour qu’ils fassent preuve de patience et a proposé une extension jusqu’au 15 ou 30 novembre afin de maintenir la pression sur la Chambre des communes et la pousser à approuver l’accord de Johnson ou de faire face à un Brexit chaotique.

 

Un diplomate français a toutefois annoncé au Times que l’UE a accepté par principe d’accorder un nouveau délai au Royaume-Uni et, contrairement aux autres propositions de divorce, de le confirmer sans convoquer un sommet d’urgence avec les dirigeants européens — un signe que l’UE est lassée par la saga Brexit.

 

Le président français Emmanuel Macron a déjà réussi à influencer considérablement les décisions de prorogation du bloc, notamment les options de retard correspondent à l’extension deux semaines à trois mois — jusqu’au 31 janvier 2020 — demandée par Johnson, voire plus si les Britanniques consentent à tenir de nouvelles élections anticipées, poursuit le quotidien.

 

Date indéterminée

Selon un document préliminaire examiné par Reuters avant la réunion de ce vendredi 25 octobre, un délai devrait être fixé « afin de permettre la finalisation de la ratification » de l’accord de divorce conclu la semaine dernière avec Johnson. Le texte ne précise toutefois pas la date du Brexit, mais indique que le divorce pourrait se faire plus vite si la ratification est achevée dans les jours qui viennent.

 

Un délai à deux vitesses est également prévu, ajoute l’agence de presse, révélant que L’UE pourrait proposer deux dates possibles pour le Brexit, dépendamment de si et quand l’accord sera ratifié. Le bloc a toujours l’intention d’éviter un divorce sans accord, mais il est aussi las de ce projet qui n’en finit pas.

 

C’est dans cet esprit, plaisante The Guardian, que les diplomates de l’UE partagent une blague : « Nous sommes en 2192. Le Premier ministre britannique se rend à Bruxelles pour demander une prolongation du délai Brexit. Personne ne se souvient d’où vient cette tradition, mais chaque année, elle attire des touristes de partout dans le monde ».

Maroc-Espagne : des migrants clandestins marocains encore à Sebta

3.000 migrants clandestins marocains, dont 830 mineurs, sont encore sur le "territoire espagnol", et ce un mois après la crise migratoire de Sebta. C’est ce qu’a affirmé Juan Vivas, chef du gouverneme...

Un dîner en l'honneur de la délégation du Hamas

Dans son journal télévisé arabophone de 21h, la première chaine de télévision marocaine a révélé que le roi Mohammed VI a offert un dîner en l’honneur d’Ismail Haniyeh, le chef du Hamas. Ce dernier, a...

Élections 2021 : une commission de suivi créée

Sur instructions royales, la commission centrale chargée du suivi des élections a été créée ce mard...

Résolution du conflit israélo-palestinien : le rôle significatif du Maroc

Convié par le Parti de la justice et du développement (PJD), Ismail Haniyeh, chef du mouvement pale...

Le Conseil de coopération du Golfe exprime son soutien au Maroc

Ce mercredi 16 juin à Riyad, le conseil ministériel du Conseil de coopération du Golfe (CCG) a tenu sa 148e session. À l’issue de cette réunion, le CCG a publié un communiqué dans lequel il souligne l...

Arrivée du chef du mouvement Hamas au Maroc

Une première. Ce mercredi 16 juin à Rabat, Saad Dine El Otmani, chef du gouvernement, ainsi que d’autres politiciens marocains ont reçu Ismail Haniyeh, le chef du Hamas. Ce dernier, accompagné par une...