Omar-Faraj

Temps de lecture : 3 minutes


Administration fiscale : Omar Faraj aura posé des actes forts

Temps de lecture : 3 minutes

Catégorie Économie , Gros plan

Temps de lecture : 3 minutes

C’est l’une des informations fortes de cette rentrée. Omar Faraj, directeur général des impôts quitte ses fonctions. Officiellement, il va faire valoir ses droits à la retraite. L’intéressé lui-même aurait indiqué que son départ était acté avant les assises de la fiscalité en mai dernier. Il a déjà dépassé l’âge de la retraite depuis quelques années et ne voulait plus renouveler un autre contrat de deux ans. Il n’empêche que le timing de ce départ soulève de nombreuses interrogations.

Temps de lecture : 3 minutes

Il sera resté cinq ans à la tête de la direction générale des impôts. Omar Faraj qui vient de démissionner de son poste a fait aboutir plusieurs réformes et surtout a engagé l’administration fiscale sur la voie de la modernisation.



 



Des réformes efficaces



En s’aidant des nouvelles technologies, le fisc est devenu redoutable. Grâce à la data, il a amélioré ses performances en matière de recouvrement. Sur les trois dernières années, les missions de contrôle ont rapporté près de 27 milliards de DH. L’usage de la technologie devrait permettre de traquer les vrais fraudeurs et réduire la pression sur les bons contribuables.



 



L’ICE en tête d’affiche



Parmi les réformes majeures au cours du mandat de l’ex-directeur des domaines, il y a la mise en place de l’identifiant commun de l’entreprise (ICE). Il s’agit d’un numéro qui identifie l’entreprise et ses succursales de façon unique et uniforme par toutes les administrations. Il vient s’ajouter aux autres identifiants légaux notamment l’identifiant fiscal, le numéro de registre de commerce et le numéro de CNSS. L’objectif est de fluidifier la communication inter-administration et les procédures impliquant plusieurs administrations pour l’accomplissement d’un même service administratif. La généralisation de l’ICE permet aussi de mettre fin à de nombreuses combines. L’idée d’être contrôlé sur la base des factures dissuade de jouer sur le montant des factures. Par exemple, certains dentistes ou médecins avaient pour habitude de gonfler les honoraires pour faire bénéficier à leurs patients des taux de remboursement plus élevé pour l’assurance maladie. La dématérialisation du paiement de la vignette auto est également à mettre à l’actif de Faraj.



 



Moins de complaisance envers les professionnels



Sur d’autres sujets, le désormais ex-patron du fisc, a, contrairement à ces prédécesseurs, eu le courage de s’attaquer à certains contribuables qui grugeaient le fisc. Il a fait de l’impôt sur le revenu professionnel, un cheval de bataille durant son mandat en multipliant les contrôles des professionnels. Ce qui lui a valu quelques inimitiés. Lors des assises de la fiscalité, il a reçu un soutien public de poids en la personne du secrétaire général du ministère des finances qui fustigeait l’attitude de certaines professions libérales devant l’impôt.



 



Aujourd’hui, Près de 75 % des recettes de l’impôt sur le revenu sont assurés par les salariés du privé et les fonctionnaires. La contribution de l’impôt sur le revenu professionnel, lui, reste bien inférieure à ce qu’on peut normalement espérer. L’administration fiscale a ouvert le dialogue avec les professions libérales. Mais, sur le principe, elle est intransigeante. Elles doivent participer à l’effort de l’impôt au même titre que les autres contribuables. Il faut espérer que le prochain directeur général des impôts maintienne le cap sur l’ensemble de ces dossiers.



Recommandé pour vous

11 ans d’exercice : le CESE dresse son bilan

Temps de lecture : 4 minutes

Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) a organisé, mardi 27 septembre à Rabat…

Réunion trimestrielle de BAM : ce qu’il faut retenir

Temps de lecture : 3 minutes

Le Conseil de Bank Al-Maghrib (BAM) a décidé d’élever le taux directeur (TR), le passant de 1,…

Journée mondiale du tourisme : repenser le secteur pour un avenir meilleur

Temps de lecture : 5 minutes

L’ensemble du secteur du tourisme célèbre, ce mardi 27 septembre, la journée mondiale du secte…

Hydrocarbures : ce que préconise le Conseil de la concurrence dans son nouvel avis

Temps de lecture : 6 minutes

Le Conseil de la concurrence a publié, lundi 26 septembre, son avis n°A/3/22 sur « la flambée …

Conseil de BAM : faut-il s’attendre à une hausse du taux directeur ?

Temps de lecture : 5 minutes

Bank Al-Maghrib (BAM) tiendra, mardi 27 septembre, sa troisième réunion de politique monétaire…

Politique monétaire : Bank Al-Maghrib à un tournant

Temps de lecture : 3 minutes

Garantes de la stabilité des prix à moyen terme, les banques centrales sont engagées dans un c…

Impériales : les médias, une force et une influence

Temps de lecture : 4 minutes

“Les Impériales” est de retour cette année, avec une nouvelle vision, de nouvelles perspective…

Les Impériales 2022 : le nation branding s’invite au débat

Temps de lecture : 4 minutes

Le lancement officiel de la cinquième édition « Les Impériales 2022 », rendez-vous annuel des …

Programme de développement des zones de montagne : quel bilan ?

Temps de lecture : 4 minutes

Mis en œuvre depuis 2015, le Programme de développement des zones de montagne (PDRZM) a été cl…

Gazoduc Nigeria-Maroc : le projet prend forme

Temps de lecture : 4 minutes

Le projet de gazoduc reliant le Nigeria au Maroc, et qui doit aussi approvisionner l’Afrique d…

Tourisme : une saison estivale qui dépasse les espérances

Temps de lecture : 5 minutes

La fréquentation touristique au Maroc a retrouvé des couleurs, malgré l’inflation. Bien que le…

Comptes régionaux 2020 : les disparités entre les régions persistent

Temps de lecture : 4 minutes

L’année 2020 a été marquée par la pandémie de la Covid-19 et sa propagation à l’échelle mondia…