Aller au contenu principal

L’Algérie va tenir son élection présidentielle le 12 décembre

Par Nora Jaafar, Publié le 16/09/2019 à 11:27, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

Les Algériens se rendront aux urnes le 12 décembre, a déclaré le président intérimaire du pays, alors que les manifestations hebdomadaires se poursuivent depuis plus de six mois.

 

Abdelkader Bensalah en a fait l’annonce lors d’un discours télévisé dimanche, appelant les Algériens à faire du 12 décembre « une journée historique pour concrétiser les rêves de notre peuple ».

 

Les manifestations hebdomadaires de masse ont forcé le président Abdelaziz Bouteflika à démissionner en avril dernier, plongeant l’Algérie dans un vide constitutionnel et face à une confrontation entre les protestataires et le gouvernement soutenu par l’armée.

 

« Les élections sont la seule solution démocratique à la crise », a déclaré Bensalah.

 

Les autorités avaient annulé les élections du 4 juillet, en raison d’un manque de candidats, au milieu de protestations massives exigeant le départ du reste de la vieille garde, dont Bensalah et le Premier ministre Noureddine Bedoui.

 

Mais le chef de l’armée, le général Ahmed Gaid Salah, a appelé à plusieurs reprises à la tenue des élections le plus tôt possible, malgré les réticences de l’opposition et des manifestants.

 

Plus tôt dimanche, les autorités ont nommé une autorité électorale indépendante pour organiser le scrutin afin de remplacer le ministère de l’Intérieur, qui a été en charge des élections au cours de ces dernières années.

 

Le gouvernement avait cherché à calmer les manifestants en engageant des poursuites contre les alliés de Bouteflika pour implication présumée dans des affaires de corruption.

 

Deux anciens premiers ministres, deux anciens chefs des services de renseignement, huit ministres et plusieurs hommes d’affaires éminents ont été interpellés par des juges dans le cadre d’enquêtes portant sur des affaires de fraudes.

 

Entre-temps, la police a de plus en plus réprimé les manifestants. Plus de deux douzaines de personnes arrêtées pendant les rassemblements des vendredis ont été emprisonnées, ont déclaré leurs avocats au TSA, un média digital.

 

Karim Tabou, 51 ans, une figure bien connue du mouvement, a été emprisonné le vendredi 13 septembre pour diffamation contre l’armée, provocant l’inquiétude des politiciens de l’opposition et des manifestants.

 

De nombreux autres citoyens ont été emprisonnés depuis le 22 février, date marquant le début des manifestations pacifiques qui visaient à débarrasser l’Algérie de l’ère Bouteflika, ternie par la corruption. Parmi les personnes détenues figurent des personnes brandissant des drapeaux régionaux et un vétéran de la guerre d’indépendance de l’Algérie qui a pris fin en 1962.

 

Les manifestants exigent maintenant que les « prisonniers politiques » soient libérés et que beaucoup réclament que le chef de l’armée parte.

Gestion de l'eau : l’heure de vérité a sonné

En cette période estivale et avec les épisodes caniculaires successifs, le problème de la gestion d...

Melilia de nouveau prise d’assaut par des migrants

238 migrants ont réussi à entrer à Mélilia ce jeudi 22 juillet, après avoir escaladé la barrière qu...

Bourita met en avant la contribution majeure du Pacte de Marrakech sur la migration

Nasser Bourita, ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, a prononcé un discours au nom des pays champions de la mise en œuvre du Pacte mond...

Covid-19 : les marchés convenus par le ministère de la Santé font encore polémique

Le rapport révélé jeudi dernier par une mission parlementaire d’information portant sur les contrat...

Guantanamo Bay : un Marocain libéré après 19 ans de détention

Abdellatif Nasser, un Marocain qui était détenu à la prison de Guantanamo Bay, a été extradé ce lundi 19 juillet au Maroc. Ces avocats ont assuré que «toutes les assurances de sécurité fournies par le...

Le ministre des Affaires étrangères israélien Yair Lapid confirme son arrivée au Maroc 

L’annonce a été faite sur le compte Twitter du ministre israélien des Affaires étrangères, Yair Lapid. Ce dernier a confirmé qu’il se rendra prochainement au Maroc pour une visite officielle, la premi...