L’annulation du gazoduc Maghreb-Europe : les préoccupations de l’UE s’intensifient

Temps de lecture : 5 minutes


Maroc-Espagne : vers une réouverture du Gazoduc Maghreb-Europe ?

Temps de lecture : 5 minutes

Catégorie Politique , Gros plan

Temps de lecture : 5 minutes

Fermé depuis le 31 octobre dernier sur décision de l’Algérie, le gazoduc Maghreb-Europe pourrait reprendre du service, selon la presse ibérique. L’Espagne et le Maroc auraient d’ores et déjà trouvé un accord pour acheminer du gaz naturel liquéfié via le GME.

Temps de lecture : 5 minutes

Fermé par l’Algérie depuis le 31 octobre dernier en raison de la crise diplomatique avec le Maroc, le Gazoduc Maghreb-Europe (GME), qui transite d’Alger vers l’Espagne en passant par le royaume, pourrait reprendre du service, si l’on en croit des informations rapportées par le quotidien espagnol La Razon. Madrid et Rabat «seraient parvenus à un accord pour réutiliser le GME», ont affirmé des sources officielles auprès du journal espagnol.



Le gaz qui sera acheminé ne proviendra pas d’Algérie, mais concernera du gaz naturel liquéfié (GNL) acheté par le Maroc sur les marchés internationaux. «En toute transparence, le Maroc pourra acquérir du GNL sur les marchés internationaux, le décharger dans l’une des usines de regazéification en Espagne, et utiliser le GME pour le transfert du produit vers le territoire marocain», précise le média ibérique.



L’acheminement du gaz de l’Espagne vers le Maroc nécessiterait «une adaptation technique mineure», souligne La Razon, ajoutant qu’un accord entre l’opérateur gazier espagnol Enagas et l’Office national des hydrocarbures et des mines (ONHYM) sera nécessaire pour «établir les règles d’exploitation technique du gazoduc».



L’Espagne compte six installations de regazéification du GNL. L’arrivée du gaz au Maroc permettra le redémarrage des centrales à cycle combiné de Tahaddart (dans la région de Tanger) et d’Ain Beni Mathar (à Oujda, dans l’est du pays), selon La Razon. Toutes deux couvrent environ 10% de la production électrique marocaine et sont respectivement gérées par les firmes espagnoles Endesa (elle détient 20% de Tahaddart) et Abengoa. 



La réutilisation du GME avait déjà été mis sur la table le 30 novembre dernier par la société britannique Sound Energy, qui avait alors annoncé avoir «conclu un accord de vente et d’achat de gaz» avec l’Office national de l’électricité et de l’eau (ONEE), afin d’acheminer du gaz de la concession gazière de Tendrara, propriété de Sound Energy, vers les centrales de l’ONEE pendant une période de dix ans.



 



Des discussions de longue date



Cet accord va dans le sens de l’annonce faite par le gouvernement espagnol le 2 février dernier, qui avait alors déclaré qu’il aiderait Rabat à garantir sa sécurité énergétique en lui permettant d’acheminer du gaz à travers le GME. «Le Maroc a demandé un soutien pour garantir sa sécurité énergétique sur la base de nos relations commerciales, et l’Espagne y a répondu favorablement comme elle l’aurait fait pour tout partenaire ou tout voisin», avait alors indiqué le ministère espagnol de la Transition écologique via un communiqué relayé par l’AFP



«Le Maroc pourra acquérir du gaz naturel liquéfié (GNL) sur les marchés internationaux, le faire livrer dans une usine de regazéification de l’Espagne péninsulaire et utiliser le gazoduc du Maghreb (GME) pour l’acheminer vers son territoire», avait précisé le ministère, sans donner plus de précisions sur le calendrier ou les volumes de gaz concernés. Une annonce qui a suscité, selon des médias à Madrid, la colère des responsables algériens.



Avant même la décision d’Alger de fermer le robinet du GME en octobre, un haut responsable marocain, ayant alors requis l’anonymat, avait confié Reuters que Rabat était en discussion avec Madrid sur la possibilité d’inverser le flux du gazoduc. «Pour le Maroc, l’oléoduc est davantage un outil de coopération régionale et nous ne le laisserons pas rouiller», avait-il ajouté, précisant que le GNL acheté par le Maroc «ne fera pas concurrence à l’approvisionnement en gaz espagnol» et qu’il «s’agira d’un achat supplémentaire commandé par le Maroc, qui paiera le coût du transit par les terminaux espagnols».




Lire aussi : Fermeture du Gazoduc Maghreb-Europe : «le Maroc dispose de plusieurs alternatives»




Le GME est un gazoduc international, qui part du gisement algérien Hassi R’Mel et rejoint Cordoue en Espagne via le Maroc et le détroit de Gibraltar. Le 31 octobre 2021, l’Algérie avait officiellement décidé de ne pas renouveler le contrat du gazoduc Maghreb-Europe. Le président algérien Abdelmadjid Tebboune avait alors justifié cet acte comme une réponse aux «pratiques à caractère hostile» du Maroc selon la diplomatie algérienne.



Depuis la fermeture du gazoduc, l’Algérie subirait de lourdes pertes financières, selon des informations rapportées lundi par l’agence de presse fédérale russe RIA FAN. Selon la même source, Madrid reprocherait à Alger de ne pas avoir respecté sa promesse de lui fournir du gaz en quantités suffisantes suite à la fermeture du GME.



Recommandé pour vous

Bilan de la majorité : un satisfecit qui soulève des questions

Temps de lecture : 6 minutes

Le président du Rassemblement national des indépendants (RNI), Aziz Akhannouch, le secrétaire général du Parti authenticité et modernité (PAM)…

Fête du Trône : retour sur le discours du Roi

Temps de lecture : 6 minutes

À l’occasion de la fête du Trône, le Souverain s’est adressé à la Nation. Attendu par les Marocains, ce discours intervient au moment où l’éco…

Maroc : HRW dénonce les «techniques de répression» envers les dissidents

Temps de lecture : 6 minutes

L’Organisation non gouvernementale internationale (ONG) Human Rights Watch (HWR) a publié, jeudi 28 juillet, un nouveau rapport sur la situati…

Clôture de la 2e session du Parlement : quid du bilan législatif ?

Temps de lecture : 5 minutes

La Chambre des représentants et celle des conseillers ont clôturé, mardi 26 juillet, la deuxième session de l’année législative 2021/2022. Les…

Diplomatie : la coopération Maroc-Israël se consolide de plus en plus

Temps de lecture : 4 minutes

Les domaines de coopération entre le Maroc et Israël concernent plusieurs secteurs, notamment le militaire et la sécurité, l’économie et l’ind…

Chambre des conseillers : évaluation de l’impact des politiques publiques d’insertion des jeunes

Temps de lecture : 6 minutes

La Chambre des conseillers a tenu, mardi 19 juillet, une séance plénière consacrée à l’examen et à l’évaluation de l’impact des politiques pub…

Maroc-Israël : retour sur la visite du chef d’État-Major israélien

Temps de lecture : 4 minutes

Le chef d’État-Major israélien, Aviv Kohavi, est en visite de trois jours au Maroc. Le lieutenant-général est accompagné par le commandant res…

Maroc-Israël : renforcement de la coopération militaire

Temps de lecture : 4 minutes

En visite de trois jours, le chef d’État-Major et commandant en chef de l’armée israélienne, le lieutenant-général Aviv Kochavi s’est rendu, c…

Secteur de la santé : vers une réforme en profondeur

Temps de lecture : 6 minutes

Lors du Conseil des ministres tenu, mercredi 13 juillet, le ministre de la Santé et de la Protection sociale, Khaled Aït Taleb, a présenté dev…

Conseil des ministres : les réformes du système de santé sont une priorité

Temps de lecture : 7 minutes

Le roi Mohammed VI a présidé le 13 juillet un Conseil de ministres, durant lequel plusieurs projets de décrets et de loi-cadre ont été adoptés…

Sahara : l’émissaire de l’ONU Staffan de Mistura en visite au Maroc

Temps de lecture : 3 minutes

Staffan de Mistura, envoyé personnel du secrétaire général de l’Organisation des Nations unies (ONU) pour le Sahara, est actuellement en visit…

Aziz Akhannouch : faire face à la crise du système éducatif est prioritaire

Temps de lecture : 3 minutes

Lors de son intervention, mardi 5 juillet, à la plénière mensuelle de la Chambre des conseillers, consacrée à la réforme de l’enseigneme…