Temps de lecture : 6 minutes


Variant Omicron : le Maroc reste sur ses gardes

Temps de lecture : 6 minutes

Catégorie Société , Gros plan

Temps de lecture : 6 minutes

Face à la propagation du variant Omicron dans le monde, le Royaume du Maroc prend des mesures de précaution. Le pays procède désormais aux criblage et séquençage génomique de tous les tests positifs à la Covid-19. Le gouvernement a également annoncé la réduction de la présence aux funérailles à 10 personnes. Des mesures qui viennent démontrer que la lutte contre la Covid-19 est loin d’être terminée. Détails.

Temps de lecture : 6 minutes

L’heure est à la prudence et la précaution. Le nouveau variant Omicron a été confirmé dans 23 pays dans le monde et leur nombre devrait augmenter, a alerté mercredi l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Si aucun cas n’a été détecté au Maroc pour le moment, la prudence est de mise. Ce mercredi, le gouvernement a annoncé avoir décidé de limiter la présence aux cérémonies des funérailles et des obsèques à 10 personnes au maximum. Par ailleurs, le pays a décidé de procéder au criblage et au séquençage génomique de tous les tests positifs. Ces dernières 24 heures, le Royaume enregistre 171 nouveaux cas pour 130 rémissions et 3 décès.



 



Vers de nouvelles restrictions ?



La décision de limiter la présence dans les cérémonies des funérailles et des obsèques à 10 personnes au maximum pose plusieurs interrogations. Pourquoi uniquement les funérailles ? Est-ce le début d’une nouvelle série de mesures restrictives ? Nous avons contacté Moulay Mustapha Ennaji, membre du Comité scientifique et technique de la Covid-19, qui nous a livré les motivations de cette décision gouvernementale. «C’est une décision qui n’est pas nouvelle, mais qui vient dans la continuité de la décision initiale sur le respect des mesures barrières. Le port du masque, éviter la massification et respecter la distanciation. Aujourd’hui, ça commence avec les funérailles, toutefois cela ne veut pas dire que cela ne sera pas élargi aux cafés et autres».



Notre intervenant souligne que toutes les mesures seront annoncées en fonction de la situation épidémiologique du pays : «La première mesure préventive a été de fermer les frontières pour retarder au maximum l’arrivée du nouveau variant. Aujourd’hui, la situation épidémiologique est stable, mais il faut tout faire pour la maintenir ainsi», souligne docteur Ennaji.



 



Les scientifiques insistent sur la vaccination



Même si les études n’ont pas encore clairement démontré l’impact de la vaccination sur le nouveau variant Omicron, les scientifiques rappellent la nécessite de se faire vacciner pour éviter les cas de décès et de réanimation. Contacté par LeBrief, le professeur Moulay Said Afif, membre du Comité scientifique et technique de la vaccination contre le coronavirus (Covid-19), a déclaré que le Maroc souhaite préserver ces acquis enregistrés dans la lutte contre la Covid-19.



«Nous avons une situation épidémiologique qui est stable depuis 13 semaines, il faut que cela reste ainsi notamment à travers la poursuite de la campagne de vaccination», souligne le professeur Afif.



Ce dernier constate une hausse des vaccinations durant les derniers jours : «Alors qu’on a eu des périodes où on n’arrivait plus à dépasser les 10.000 administrations par jour, nous avons réussi cette semaine à faire une journée à 35.000 administrations et une autre à 50.000». Le scientifique explique cela par la menace Omicron qui inquiète les citoyens : «Les Marocains suivent ce qui se passe en Europe et dans le monde et agissent en conséquence. Aujourd’hui, nous avons la chance de pouvoir vacciner jusqu’à 500.000 personnes par jour et avec près de 14 millions de doses en stock, nous pouvons atteindre l’immunité collective avant la fin d’année. Cela nous permettrait d’être à l’aise et de limiter les éventuels cas de décès et de réanimation dans les hôpitaux», dit-il.




Lire aussi : Le pass sanitaire désactivé sans 3e dose du vaccin anti-Covid-19




Le professeur Afif insiste également sur l’accélération de la vaccination à la 3e dose pour les personnes âgées de plus de 60 ans : «Nous avons un net retard de vaccination en 3e dose chez cette catégorie d’âge. À peine 22% des 60-64 ans sont vaccinés et 27% pour les plus de 65 ans».



Pour ce dernier, la vaccination obligatoire est la seule solution pour se protéger : «Prenez le cas de l’Allemagne qui, face à la hausse des cas de contamination, est sérieusement en train d’envisager la vaccination obligatoire de sa population», souligne Moulay Said Afif. L’Allemagne n’est pas le seul pays qui prévoit d’instaurer la vaccination obligatoire à ses citoyens. L’Autriche a annoncé également qu’elle infligera 7200 euros d’amende aux personnes non vaccinées à partir du 1er février prochain.



 



La vaccination bientôt obligatoire



Alors que plusieurs dirigeants s’opposaient fortement à cette pratique, la hausse des cas de contamination en Allemagne (60.000 cas par jour) et en France (50.000 cas quotidiens) ont poussé l’Union européenne à approfondir la réflexion à ce sujet : «Il est compréhensible et approprié de mener cette discussion maintenant. Comment nous pouvons encourager et potentiellement penser à la vaccination obligatoire au sein de l’Union européenne, cela doit être discuté. Cela nécessite une approche commune, mais c’est une discussion qui, je pense, doit être menée», a indiqué ce mercredi la présidente de la Commission européenne Ursula Von der Leyen.




Lire aussi : Omicron : Pfizer, Moderna et J&J travaillent sur une version du vaccin anti-Covid




La Commission européenne avait publié une semaine sur son compte Twitter un graphique qui montre que plus le taux de vaccination est élevé dans les pays, plus la mortalité est faible. Ces données seront-elles suffisantes pour convaincre les derniers récalcitrants à se déplacer vers les centres de vaccination ? À suivre.






 


Vague de froid : les habitants de certaines régions en difficulté

Vague de froid : les habitants de certaines régions en difficulté

Le Maroc fait face à une vague de froid intense qui touche plusieurs régions. La baisse des températures a un impact dévastateur sur les populations des zones reculées, où les rude…
Khalid Aït Taleb

Réforme de la santé : Aït Taleb rassure

Invité dimanche de l’émission "Décryptage" diffusée par la radio MFM, le ministre de la Santé et de la Protection sociale, Khalid Aït Taleb, a répondu en direct, deux heures durant…
Grippe saisonnière : le citoyen inquiet

Grippe saisonnière : le citoyen de plus en plus inquiet

La grippe saisonnière inquiète tout le monde autant que la Covid-19. À l’échelle nationale, plusieurs citoyens ont affirmé présenter des symptômes grippaux plus sévères que d’habit…
Concours du barreau : Ouahbi entre le marteau et l’enclume

Concours d’accès au barreau : Ouahbi entre le marteau et l’enclume

Après sa déclaration provocatrice, le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, a provoqué un tollé. L’acharnement médiatique contre lui a commencé lorsqu’il a répondu à un journa…
Forum de la MAP : Ouahbi s'explique sur la polémique du concours d’accès aux barreaux

Concours d’accès aux barreaux : les explications de Ouahbi

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, était, mardi 24 janvier, l'invité du Forum de la MAP, qui s’est tenu sous le thème "Code pénal : les enjeux de la réforme". Cette renc…
Grand froid : à la rescousse des zones enclavées

Grand froid : à la rescousse des zones enclavées

Sur instructions royales, la Fondation Mohammed V pour la solidarité a mis en place l’action solidaire "Grand Froid" dans les zones les plus touchées par la vague de froid inhabitu…
Le Maroc séduit toujours les retraités français

Le Maroc séduit toujours les retraités français

Même si la Grèce et le Portugal sont les nouvelles destinations favorites des Français à la recherche d'un supplément de qualité de vie, le Maroc conserve ses adeptes. Le Royaume a…
Stress hydrique : les dernières pluies sauveront elles la donne ?

Stress hydrique : les avantages et les inconvénients de la vague de froid

La sécheresse est l'un des principaux défis auxquels le Maroc est confronté. Ces derniers mois, la hausse des températures et la pénurie des précipitations, provoquées par le chang…