Israël-Palestine : les violences se poursuivent

Temps de lecture : 6 minutes


Israël-Palestine : les violences se poursuivent malgré les appels au cessez-le-feu

Temps de lecture : 6 minutes

Catégorie Politique , Gros plan

Temps de lecture : 6 minutes

Depuis le 10 mai, 219 Palestiniens, dont 63 enfants, et 12 Israéliens, dont deux enfants, ont été tués lors des échanges de tirs entre Israël et le Hamas. Ces offensives se poursuivent ce mercredi, entraînant de graves dégâts matériels, en particulier à Gaza. Encore une fois, le Conseil de sécurité des Nations unies (CSNU), qui s’est réuni ce mardi pour la 4e fois depuis le début de ces violences, n’a pas réussi à se mettre d’accord pour émettre une déclaration commune. La France a pour sa part proposé au CSNU, en coordination avec l’Égypte et la Jordanie, l’adoption d’une résolution urgente de cessez-le-feu, alors que les États-Unis se sont contentés d’appeler Israéliens et Palestiniens à la désescalade des tensions.

Temps de lecture : 6 minutes

Les hostilités et l’effusion de sang s’aggravent à Gaza. Ce mercredi 19 mai, les forces israéliennes ont multiplié leurs frappes aériennes et les militants palestiniens ont consolidé leurs tirs de roquettes transfrontaliers, attisant ainsi un conflit qui a provoqué des dégâts considérables dans la bande de Gaza et a menacé des villes situées au cœur d’Israël. Selon le ministère palestinien de la Santé, 219 personnes, dont 63 enfants, ont été tuées depuis que les combats ont éclaté le 10 mai dernier, et plus de 1.500 autres sont dans un état critique. Côté israélien, les autorités estiment à 12 le nombre de morts dans l’État hébreu, dont deux enfants, et à 282 celui des blessés.



Au cours d’une attaque qui a duré 25 minutes cette nuit, Tel-Aviv a bombardé des tunnels dans le sud de la bande de Gaza qui, selon son armée, servait de réserves d’armes pour le Hamas, le groupe islamiste qui dirige cette région. Ladite zone a également vu près de 450 de ses bâtiments détruits ou gravement endommagés par les raids israéliens, dont six hôpitaux et neuf dispensaires de soins primaires. De plus, plus de 52.000 Palestiniens ont été déplacés, selon l’agence humanitaire des Nations Unies.




Lire aussi : Palestine : exacerbation des offensives israéliennes






Vers un cessez-le-feu ?



Le Hamas a commencé à tirer des roquettes il y a neuf jours en représailles à des atteintes aux droits des Palestiniens à Al-Qods pendant le mois sacré de ramadan. Ces attaques ont fait suite à des affrontements entre la police israélienne et des Palestiniens surl’esplanade de la mosquée Al-Aqsa, ainsi qu’à un procès intenté par des colons israéliens pour expulser des familles palestiniennes du quartier Sheikh Jarrah. Ces nouvelles hostilités, les plus graves entre le Hamas et Israël depuis des années, ont, contrairement aux conflits précédents à Gaza, provoqué des violences entre Juifs et Arabes dans certaines villes israéliennes mixtes.




Lire aussi : Israël-Palestine : l’escalade de tensions s’envenime




Face à l’exacerbation de la situation au Proche-Orient, l’Égypte a appelé à une médiation pour mettre fin aux combats, et la France a proposé une résolution de cessez-le-feu au Conseil de sécurité des Nations unies (CSNU). Jusqu’à présent, les États-Unis n’ont pas exigé la fin des affrontements, se contentant de demander instamment que les offensives cessent. Washington a d’ailleurs bloqué à plusieurs reprises les efforts déployés par les membres du CSNU pour rédiger des déclarations communes appelant à la fin des violences entre Israël et le Hamas. Le dernier refus américain est intervenu lors de la quatrième réunion du Conseil de sécurité, qui s’est tenue le mardi 18 mai en fin de journée. Cette rencontre à huis clos a une nouvelle fois été conclue sans l’émission d’une déclaration commune, alors que les frappes aériennes et les tirs de roquettes font rage dans la bande de Gaza.



Cependant, le président américain Joe Biden a précisé ce mercredi que, lors de son échange téléphonique avec le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou, il lui a signifié s’attendre à une «désescalade aujourd’hui» vers un cessez-le-feu. De plus, certains signes indiquent qu’un cessez-le-feu serait effectivement en vue, l’effort égyptien gagnant du terrain parmi les factions de Gaza, et Netanyahou, ayant informé, selon les médias israéliens, des responsables de son pays que les combats pourraient prendre fin «dans quelques jours». La Jordanie, elle aussi, a exercé des pressions intenses en faveur d’une suspension des violences et s’est jointe à la France pour présenter un projet de résolution visant à préserver l’octroi de l’aide humanitaire d’urgence aux zones sinistrées. Les États-Unis pourraient éventuellement utiliser leur droit de veto pour bloquer cette résolution, mais tout porte à croire que l’administration Biden serait réticente à le faire, souligne The Guardian.




Lire aussi : Conflit israélo-palestinien : la France propose un cessez-le-feu




 



Pour le moment, les violences vont se poursuivre



En effet, Benyamin Netanyahou a réaffirmé ce mercredi dans un message sur Twitter que les attaques d’Israël «se poursuivront aussi longtemps qu’il le faudra pour rétablir le calme pour tous ses citoyens». Il a souligné que les frappes israéliennes ont «fait reculer le Hamas de plusieurs années». De son côté, Amos Yadlin, ancien chef des services de renseignements militaires israéliens, a confié à l’AFP que la situation actuelle est très complexe, citant les troubles civils en Israël, les protestations croissantes des Palestiniens en Cisjordanie occupée et les tirs de roquettes en provenance du Liban.



Du côté du Hamas, un dirigeant du mouvement a salué les efforts des médiateurs qu’il a décrits comme «sérieux et continus», mais il a affirmé que les tirs du groupe islamiste ne prendront fin qu’une fois les revendications des Palestiniens entendues et respectées.



Recommandé pour vous

Baisse de l’IR : les négociations sont en cours

Temps de lecture : 4 minutes

Les réunions entre les centrales syndicales et le ministre délégué chargé du Budget, Fouzi Lek…

Le CPS de l’UA sous présidence marocaine

Temps de lecture : 4 minutes

La présidence tournante du Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’Union africaine (UA) tomb…

Consulats à Laâyoune et Dakhla : la stratégie payante de Bourita

Temps de lecture : 5 minutes

«Une trentaine de pays ont ouvert des consulats dans les provinces du Sud, marquant ainsi leur…

ONU : les avancées du Maroc lors de sa participation à la 77e AG

Temps de lecture : 6 minutes

Étalé sur 14 jours, du 13 au 26 septembre courant, la 77ᵉ session de l’Assemblée générale de l…

Le gouvernement face au nouveau défi de la couverture sociale des agriculteurs

Temps de lecture : 5 minutes

L’ambassadeur représentant permanent du Maroc auprès de l’Offi…

Libération de Brahim Saadoun : une médiation saoudienne et un suivi personnel du Roi

Temps de lecture : 4 minutes

La bonne nouvelle a été annoncée par le ministère saoudien des Affaires étrangères. Un communi…

Visas Schengen : une indignation sans fin !

Temps de lecture : 5 minutes

Pour des raisons migratoires, la France avait décidé, fin 2021, de réduire le nombre de visas …

ONU : Akhannouch présente le projet de réforme du système éducatif

Temps de lecture : 4 minutes

Le chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, a présenté, ce lundi, le grand projet de réforme du …

Dialogue social : ce qu’il faut retenir de la réunion du lancement du 2ᵉ round

Temps de lecture : 4 minutes

Le dialogue social, lancé ce 14 septembre, a porté sur la révision du régime de l’impôt sur le…

Sahara : Staffan de Mistura boucle sa deuxième tournée régionale

Temps de lecture : 4 minutes

Avec une feuille de route bien précise conforme à la résolution 2602, Staffan De Mistura, envo…

Université d’été du RNI : Akhannouch expose le bilan des réalisations de son parti

Temps de lecture : 5 minutes

« Le renforcement des piliers de l’État social : contraintes d’activation et engagement ferme …

Maroc-Royaume-Uni : décès d’Elizabeth II, sa visite au Royaume et les relations bilatérales

Temps de lecture : 6 minutes

Le décès d’Elizabeth II, reine d’Angleterre dans sa résidence d’été de Balmoral en Écosse, a é…