Tourisme : les beaux jours sont-ils de retour ?

Temps de lecture : 5 minutes


Tourisme : les beaux jours sont-ils de retour ?

Temps de lecture : 5 minutes

Catégorie Société , Gros plan

Temps de lecture : 5 minutes

Les recettes du tourisme au Maroc permettent de constater que la période estivale s’annonce radieuse. Elles se sont élevées à 20 milliards de DH durant les cinq premiers mois de l’année, soit une hausse de 173% par rapport à la même période en 2021. Après deux années de pandémie, les opérateurs touristiques retrouvent donc le sourire. On fait le point.

Temps de lecture : 5 minutes

L’été s’annonce bon, voire même très bon pour de la destination Maroc. Unanimes sur ce point, les professionnels du tourisme veulent voir le verre à moitié plein pour une saison estivale qui charrie tout de même son lot de petites contrariétés.

Les premiers jours de l’été ont confirmé une tendance qui se dessinait depuis plusieurs mois, avec une fréquentation en hausse. En mai dernier, le Maroc a reçu 801.179 touristes, soit en hausse de plus de 11% par rapport à 2019. Et le reste de la saison devrait être du même acabit.

 

Les destinations balnéaires font le plein

Avec la hausse de température que connaît le Royaume, les plages marocaines connaissent une grande affluence des estivants, locaux et MRE (Marocains résidant à l’étranger). Une forte fréquentation qui constitue une vraie bouffée d’oxygène pour les stations, après un recul très marqué lors des deux dernières années.

Il faut mentionner que la destination d’Agadir Souss-Massa contribue à hauteur de 30% du PIB touristique national. Connue comme première destination balnéaire du Maroc, la capitale du Souss présente un potentiel éco-touristique important.

Même perspective pour les autres régions balnéaires, comme Tanger-Tétouan-Al Hoceima ou encore l’Oriental. L’importance du tourisme de séjour dans ces zones est en partie due à l’importante dotation en infrastructure touristique, notamment une offre d’hébergement de qualité, marqué par une diversification des activités et des loisirs. À titre d’exemple, la station Saïdia affiche complet ces derniers jours et pourrait, selon les estimations, réaliser jusqu’à 100% de son taux d’occupation cet été.

Dans une déclaration accordée pour LeBrief, Zoubeir Bouhout, expert en tourisme, confirme que la reprise se poursuivra durant les prochaines semaines. «Nous sommes sur la bonne voie pour atteindre les chiffres d’avant-Covid, mais il faudra renforcer l’offre aérienne pour faire bénéficier toutes les régions du pays de cette relance», insiste-t-il.

Lire aussi : Tourisme : plus de 1,14 million d’arrivées en juin 2022 

 

MRE, tourisme local et clientèle internationale

En réalité, la relance du secteur touristique a commencé à se confirmer depuis la réouverture de l’espace aérien du Maroc suivie de l’allégement des mesures d’entrée dans le territoire national. Une tendance amplifiée davantage avec l’opération « Marhaba 2022 », permettant le retour des MRE.

Les bonnes prévisions sont boostées à la fois par le souhait des Marocains de rester sur le territoire national lors de leurs congés, faute de visa Schengen, mais aussi grâce au retour de la clientèle internationale et européenne, en particulier. Les arrivées des touristes étrangers représentent d’ailleurs 51%, tandis que les MRE couvrent 49%.

Du côté des hôtels, les indicateurs sont au vert et la tendance haussière des réservations de dernière minute se confirme. Au cours du mois de mai dernier, un taux d’occupation moyen de 62% a été enregistré dans les hôtels et les résidences, soit un niveau quasi- similaire à celui du même mois en 2019, selon les données officielles de l’Association régionale de l’industrie hôtelière de Marrakech-Safi (ARIH-MS).

Dans certaines villes, comme Fès, la vraie reprise ne commencera qu’après l’été. Contacté par LeBrief, Aziz Lebbar, président du Conseil régional du tourisme (CRT) de la capitale spirituelle, rappelle que c’est le tourisme balnéaire qui se pratique pour le moment. «La région Fès-Meknès ne bouge qu’à partir de septembre. Nous avons déjà des réservations pour cette période qui s’annonce prometteuse. Nous sommes donc optimistes», se réjouit-il.

Lire aussi : Tourisme : le Maroc face au manque de ressources humaines qualifiées 

 

Quelques inquiétudes

Si les craintes épidémiques sont moins présentes, la baisse du pouvoir d’achat, liée au contexte inflationniste, est en revanche souvent avancée et pourrait avoir un réel impact sur le déroulé des séjours touristiques. Avec la hausse des prix, la tendance 2022 est au tourisme local, aux courts séjours et aux week-ends. «Pour le Marocain de classe moyenne, les prix affichés dépassent ses capacités. Il n’y a pas d’offres qui correspond à son pouvoir d’achat touché par l’inflation», explique Zoubeir Bouhout.

L’un des secteurs impactés par cette hausse des prix est celui de la restauration. Imane Rmili, présidente de l’Association régionale des restaurateurs de Marrakech-Safi, avoue que la reprise se fait de manière très lente.

Selon elle, les raisons sont multiples. «C’est surtout à cause de la baisse du pouvoir d’achat. Après deux ans de crise, la sortie au restaurant reste un luxe et non une priorité. En plus, de l’augmentation des prix de certains produits». Une autre bonne raison est également évoquée par notre interlocutrice : la forte chaleur qui s’abat sur les villes touristiques du Royaume.

 


Recommandé pour vous

Qualité de vie numérique : le Maroc classé 71e au monde et 3e en Afrique

Temps de lecture : 3 minutes

La quatrième édition annuelle de l’indice de qualité numérique « Digital Quality of Life Index …

L’Boulevard : des festivités qui tournent au drame

Temps de lecture : 4 minutes

Après deux années d’absence, la première soirée de la 2ᵉ partie du festival L’Boulevard a viré …

CESE : présentation d’un avis sur l’aménagement durable du littoral

Temps de lecture : 4 minutes

Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) a organisé, jeudi 29 septembre à Tanger…

Stress hydrique : une problématique qui guette toujours le Maroc

Temps de lecture : 5 minutes

Le Maroc a connu cette année l’une des pires sécheresses de ces trois dernières décennies. Le s…

La santé mentale au travail : un sujet oublié !

Temps de lecture : 4 minutes

Nul ne peut nier que la santé mentale au travail n’est pas sérieusement prise en considération …

Quelle gestion pour les chiens errants au Maroc ?

Temps de lecture : 4 minutes

La situation est alarmante. La rage tue environ 60.000 personnes chaque année, selon les derniè…

Covid-19 au Maroc : le calme avant la tempête ?

Temps de lecture : 5 minutes

Depuis son apparition en 2019, le coronavirus s’est propagé à une vitesse vertigineuse dans le …

Taxis Vs VTC : une guerre sans fin ?

Temps de lecture : 4 minutes

Le conflit entre les taxis et les VTC s’est intensifié depuis que les applications de transport…

Décès de Aïcha Ech-Chenna : le Maroc perd une grande militante

Temps de lecture : 6 minutes

Aïcha Ech-Chenna, icône de l’action sociale, est décédée ce dimanche. La présidente fondatrice …

Pollution de l’air : risque accru d’arythmies cardiaques et de cancer du poumon

Temps de lecture : 3 minutes

Une nouvelle étude américaine révèle que le fait de respirer de minuscules particules d’air pol…

« Les Impériales 2022 » : une première journée riche en débats

Temps de lecture : 4 minutes

Deux ministres ont répondu présents à l’invitation des organisateurs de l’édition 2022 de l’évé…

Symptômes, vaccin, prévention…tout savoir sur la grippe saisonnière

Temps de lecture : 4 minutes

À l’instar des autres pays, le virus le plus répandu en cette période est le virus grippal A(H1…