Sahara : n’est-il pas temps de déclarer le Polisario "groupe terroriste" ?

Temps de lecture : 5 minutes


Sahara : n’est-il pas temps de déclarer le polisario un « groupe terroriste » ?

Temps de lecture : 5 minutes

Catégorie Politique , Gros plan

Temps de lecture : 5 minutes

Récemment, le numéro 2 du polisario, Mohamed Luali Akeik, a annoncé que le groupe séparatiste envisage d’attaquer Dakhla et Laâyoune. Une menace qui est loin d’être anodine, surtout qu’elle concerne deux villes qui comptent 25 représentations diplomatiques. Après cette sortie, l’on se demande s’il n’est pas temps pour le Maroc de déclarer le polisario comme une organisation terroriste. Le point avec Nabil Adel, enseignant-chercheur en géopolitique.

Temps de lecture : 5 minutes

LeBrief : Quelle est l’ampleur des dernières menaces du polisario ciblant spécifiquement Laâyoune et Dakhla ?

Nabil Adel : Ce qui se passe aujourd’hui dans cette région du monde est institué aussi bien sur le plan historique que géopolitique.

Sur le plan historique, le Maroc a, depuis deux ans, depuis le conflit de Guerguarate, enregistré une série de victoires décisives dans le dossier du Sahara. Des réussites qui vont à l’encontre des ambitions de l’Algérie de créer une pseudo république sahraouie. Quand on sait qu’Alger a dépensé quelque 500 milliards de dollars dans ce conflit, pour scinder le Maroc en deux et se frayer un chemin vers l’Océan atlantique, on comprend l’ampleur de sa frustration de voir ses projets tomber à l’eau.

Une frustration qui a été attisée par la reconnaissance américaine de la souveraineté du Maroc sur le Sahara, l’ouverture de plusieurs consulats dans les provinces du Sud et la reconnaissance de plusieurs pays de la crédibilité de l’initiative d’autonomie proposée par le Royaume. Donc, après ces réalisations, il est clair que cette question est en train d’être scellée.

Compte tenu de la consolidation de la position du Maroc à ce sujet, et l’imminence de la clôture de ce dossier, la seule solution qui se profile devant le polisario est le recours au terrorisme. C’est d’ailleurs pour cette raison que le chef de la diplomatie, Nasser Bourita, a mis en garde, lors de la réunion de la Coalition anti-Daech à Marrakech, contre les risques d’alternance entre le séparatisme et le terrorisme.

Beaucoup d’études et de revues scientifiques ont démontré la proximité entre les mouvements terroristes et séparatistes. C’est le cas des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC), de l’Armée républicaine irlandaise (IRA) et du mouvement des Tigres de libération de l’Eelam Tamoul (LTTE), entre autres. Ces fronts ont tous commencé par des ambitions séparatistes, mais faute d’atteindre leurs objectifs, ils se sont transformés en groupes terroristes.

Sur le plan géopolitique, nous assistons aujourd’hui à l’apparition de plusieurs foyers de tensions, dont la guerre en Ukraine. L’un de ces foyers se trouve justement dans la région des provinces du Sud du Maroc. Profitant de l’instabilité politique actuelle, l’Algérie pourrait être tentée de lancer une action « aventurière » contre le Maroc via le polisario.

Lire aussi : Sahara : quelles perspectives 6 mois après la reconnaissance américaine ?

 

LeBrief : Pourquoi le choix de Laâyoune et Dakhla comme cibles ?

Nabil Adel : Ce sont d’abord des villes qui comptent plusieurs représentations diplomatiques, mais qui connaissent surtout un important développement économique. Les États-Unis ont d’ailleurs annoncé un ambitieux programme d’investissement dans la région. De plus, ces provinces attirent de plus en plus de capitaux étrangers et de financements et projets de pays européens.

Et c’est exactement ce que le polisario cherche à viser. De par ces menaces, le front veut faire fuir les investisseurs. Il vise à détruire tout ce que le Maroc a pu ériger dans cette région depuis des décennies, comme constructions et structures.

En menaçant Dakhla et Laâyoune, le front séparatiste déclare ouvertement que s’il n’obtient pas ce qu’il veut, il va semer la terreur dans la région.

Lire aussi : Guerguarate : le Polisario et ses alliés refusent de lâcher l’affaire

 

LeBrief : Pourquoi le Maroc n’a-t-il pas encore inscrit le polisario en tant qu’organisation terroriste ?

Nabil Adel : Je n’en ai aucune idée ! Honnêtement, je ne sais pas ce qu’on attend pour le faire. Peut-être que le gouvernement dispose d’informations à ce sujet qu’il n’a pas encore dévoilées. Mais aujourd’hui, nous sommes en train de lancer un collectif, qui comprend des personnalités des médias, des intellectuels, des influenceurs et des gens de la société civile, pour documenter les différentes menaces à peine voilées proférées par le polisario.

Il faut que le Maroc entreprenne sérieusement des actions d’inscription de ce groupe en tant que mouvement terroriste. D’autant plus que les éléments requis pour construire ce dossier sont désormais disponibles. Il s’agit d’un groupe qui menace ouvertement d’attaques deux villes, qui comptent un grand nombre de civils ; qui revendique quelque 300 à 500 attentats contre des cibles marocaines ; qui exploite et force des mineurs à rejoindre ses rangs et à apprendre à utiliser des armes (notamment dans les camps de Tindouf) ; qui déclare obsolète l’accord de cessez-le-feu signé en 1991 avec le Maroc ; et qui a des liens avec d’autres mouvements terroristes.

Je pense que le moment est venu de monter ce dossier et de le déposer auprès des instances concernées, pour éviter et prévenir du risque d’une quelconque attaque terroriste du polisario. Il vaut mieux prévenir que guérir.

Polisario, Sahara

Recommandé pour vous

OMC : des mesures révolutionnaires

Temps de lecture : 4 minutes

La conférence ministérielle de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) a tenu toutes ses promesses. Cette douzième édition peut se résumer en…

Marrakech : lancement de la 7e Conférence internationale sur l’éducation des adultes

Temps de lecture : 7 minutes

Les travaux de la 7e Conférence internationale sur l’éducation des adultes (CONFINTEA VII) ont démarré, mercredi 15 juin à Marrakech, sous le t…

Réforme de la santé : détails de la nouvelle vision du gouvernement

Temps de lecture : 6 minutes

Afin d’assurer la réforme du système de la santé, le gouvernement a décidé d’opter pour une nouvelle vision. Selon le chef du gouvernement, Azi…

Sahara : l’Algérie utilise sa dernière carte

Temps de lecture : 6 minutes

Le président du gouvernement espagnol, Pedro Sánchez, a réaffirmé le soutien de Madrid au plan d’autonomie marocain pour le Sahara. Une décisio…

Le Maroc abrite la première réunion ministérielle des Etats africains atlantiques

Temps de lecture : 5 minutes

Le Maroc a abrité, mercredi 8 juin à Rabat, la première réunion ministérielle des États africains de l’Atlantique. L’événement a connu la parti…

Cannabis : 1re réunion du Conseil d’administration de l’Agence de réglementation

Temps de lecture : 4 minutes

Le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, a présidé, jeudi 2 juin à Rabat, la première réunion du Conseil d’administration de l’Agence nat…

Guinée équatoriale : accueil d’un double sommet des chefs d’État de l’Union africaine

Temps de lecture : 5 minutes

Des chefs d’État et hauts responsables ont pris part, vendredi 27 mai à Malabo, capitale de la Guinée équatoriale, au sommet extraordinaire de …

Menaces du Polisario : quels enjeux ?

Temps de lecture : 4 minutes

Le Polisario a annoncé, lors d’une cérémonie organisée la semaine dernière aux camps de Tindouf, l’intention de mener de nouvelles «opérations …

Sahara : le Suriname exprime son plein soutien au plan marocain d’autonomie

Temps de lecture : 4 minutes

Le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita, s’est entretenu, ce me…

Tourisme : le plan de relance de la tutelle

Temps de lecture : 4 minutes

Comment assurer la relance du tourisme ? Tel était l’objet de la réunion du jeudi 19, présidée par Aziz  Akhannouch, chef du gouvernement. Nadi…

Hassan Saoud : notre pays a pu créer une gouvernance sécuritaire efficace

Temps de lecture : 8 minutes

LeBrief : Lundi, le Maroc a tristement commémoré les 19 ans des attentats terroristes du 16 mai 2003 à Casablanca. Depuis ce drame, le Maroc a …

Sebta et Melilia : quid des conditions d’entrée et de sortie du Maroc

Temps de lecture : 5 minutes

Jeudi dernier, le ministre espagnol de l’Intérieur a annoncé que les frontières terrestres des présides occupés de Sebta et Melilia seront ouve…