Temps de lecture : 4 minutes


Ouverture du Parlement : le Roi priorise deux dossiers

Temps de lecture : 4 minutes

Catégorie Politique , Gros plan

Temps de lecture : 4 minutes

Le roi Mohammed VI a présidé, vendredi après-midi au siège du Parlement à Rabat, la séance d’ouverture de la première session de la deuxième année législative de la 11e législature. Devant les élus des deux Chambres, le Souverain a prononcé un discours priorisant deux dossiers importants.

Temps de lecture : 4 minutes

Après une parenthèse de deux années pendant lesquelles le chef de l’État procédait à l’ouverture de l’année législative en distanciel avec un discours prononcé depuis le Palais royal, cette année marque le retour à la normale avec la présence du Monarque, des parlementaires et des membres du gouvernement sous la coupole. Le Roi était accompagné du prince héritier Moulay El Hassan alors que le prince Moulay Rachid était absent parce qu’il a contracté la Covid-19. Le Souverain a consacré son discours à deux dossiers prioritaires : l’eau et l’investissement.

Lire aussi : Parlement : une rentrée « normale » dans un contexte de crise

 

Revoir d’urgence la politique de l’eau

Le Roi a tout d’abord parlé sans ambages de la situation critique que traverse le Maroc. «Au Maroc, la problématique de gestion des ressources en eau se pose avec d’autant plus d’acuité que le pays traverse actuellement la période de sécheresse la plus intense qu’il ait connue depuis plus de trois décennies», a dit le Souverain insistant sur l’achèvement des barrages en cours de construction indépendamment du niveau de pluviométrie dans les années à venir. Évoquant un devoir de vérité, le roi Mohammed VI a clairement qualifié la situation de stress hydrique de structurelle appelant à «un traitement diligent de la problématique de l’eau, dans toutes ses dimensions, et notamment à une rupture avec toutes les formes de gaspillage ou d’exploitation anarchique et irresponsable de cette ressource vitale». Rejetant toute surenchère politique ou alimentation des tensions sociales sous ce prétexte, le chef de l’État a invité tous les acteurs à opter pour des choix durables et intégrés, ainsi que davantage de solidarité et d’efficacité et ce, dans le cadre du nouveau Plan national de l’eau qu’il faut mettre en œuvre, a souhaité le Souverain. Il faut dire qu’aujourd’hui, l’état d’urgence hydrique impose aux autorités de travailler de concert pour limiter la consommation de l’eau à tous les niveaux. Et au Roi de conclure ce chapitre en énumérant quatre orientations :

  • Le lancement de projets innovants dans le domaine de l’économie de l’eau et de la réutilisation des eaux usées ;
  • L’exploitation rationnelle des eaux souterraines en mettant fin au phénomène de pompage illégal et au creusement de puits anarchiques ;
  • Ériger la question de l’eau en tant que préoccupation commune à tous les secteurs ;
  • Prendre en compte le coût réel de l’eau à chaque étape de la mobilisation de cette ressource.

 

L’investissement comme levier de croissance

Au Maroc, l’investissement, qu’il soit public ou privé, constitue un moteur de croissance vital pour l’économie nationale. D’ailleurs, en ces temps difficiles, les spécialistes de macro intelligence s’attendent à ce que l’investissement demeure le principal moteur de la croissance économique au Maroc cette année. Dans ce sens, le Roi a dit attacher un intérêt particulier à ce sujet. «Aujourd’hui, Nous misons sur l’investissement productif en tant que levier essentiel pour la relance de l’économie nationale et l’ancrage du Maroc dans les secteurs prometteurs. En effet, ces filières offrent des opportunités d’emploi aux jeunes et apportent des sources de financement aux différents programmes sociaux et de développement», a révélé le Roi.

Pointant les obstacles dressés devant les investisseurs qu’ils soient nationaux ou étrangers, le Souverain a insisté sur le fait que les Centres régionaux d’investissement doivent améliorer le processus d’investissement surtout que des réformes ont été engagées pour améliorer le climat des affaires, mais «il reste beaucoup à accomplir pour libérer les énergies, tirer le meilleur parti des potentialités nationales, encourager l’initiative privée, drainer davantage d’investissements étrangers». Le Roi n’a pas manqué d’inviter toutes les parties prenantes, dont les banques, à soutenir et financer la nouvelle génération d’entrepreneurs et d’investisseurs, notamment les jeunes ainsi que les petites et moyennes entreprises.

Lire aussi : Réformes : les nouveaux chantiers fondateurs

Clôturant son discours, le Souverain a appelé les parlementaires à être à la hauteur de la grande responsabilité qui leur incombe, particulièrement dans le contexte national actuel et au vu des fluctuations de la conjoncture internationale.


Recommandé pour vous

Sécurité : une réunion contre la prolifération pour l’Afrique du Nord

Temps de lecture : 5 minutes À l’initiative du ministère des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger et des départements…

Dialogue social : bilan du grand oral d’Akhannouch

Temps de lecture : 5 minutes Au début de ce mois de novembre, l’exécutif a révélé que le projet de loi de Finances 2023 (PLF 2023) œuvre à la consécration de l’État social. Le chef…

Alliance des civilisations : le forum qui unit politique et culture

Temps de lecture : 4 minutes Renforcer le dialogue et la coopération entre les communautés, cultures et civilisations est l’objectif de l’Alliance des civilisations des Nations-Uni…

Énergies renouvelables : le Maroc rayonne

Temps de lecture : 5 minutes Une réunion de travail présidée par le Roi et consacrée au développement des énergies renouvelables s’est tenue le 22 novembre. Le Royaume s’est fixé d…

COP27 : et la montagne accoucha d’une souris

Temps de lecture : 4 minutes La 27ᵉ Conférence des parties à la convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (COP27) s’est achevée sur un accord historique. C…

67 ans d’évolution depuis l’indépendance du Maroc

Temps de lecture : 4 minutes Les Marocains commémorent la fin du protectorat le 18 novembre de chaque année. Six décennies après l’indépendance, le Maroc a enregistré des boulevers…

Les limites du PLF 2023 : analyse du Pr Nabil Adel

Temps de lecture : 9 minutes La trajectoire de ce projet de loi de Finances (PLF) n’annonce rien de bon. Ce dernier s’inscrit dans la continuité des précédents PLF, et ne prend pas…

COP27 : la grand-messe des promesses !

Temps de lecture : 6 minutes Le dérèglement climatique se fait de plus en plus sentir. Sauver la planète n’est plus un choix, mais une responsabilité partagée. Après six ans et qua…

PLF-2023 : voici les amendements adoptés par les députés en commission

Temps de lecture : 5 minutes Le rapport de la Commission des finances et du développement économique, relatif à la première partie du projet de loi des Finances (PLF) 2023, a été p…

Transport routier : les cinq priorités pour faire face aux problèmes du secteur

Temps de lecture : 4 minutes Ce mardi 8 novembre, Mohamed Abdeljalil, ministre du Transport et de la Logistique a affirmé que, pour faire face à certains problèmes que connaît le s…

Maroc-France : l’heure est-elle au réchauffement des relations ?

Temps de lecture : 4 minutes En septembre 2021, Paris avait décidé de réduire de 50% le nombre de visas accordés au Maroc, au motif que le Royaume refusait de délivrer des laissez-…

Droits de l’Homme : le Maroc passe son examen

Temps de lecture : 4 minutes Le Maroc fait partie des pays examinés par le groupe de travail de l’Examen périodique universel (EPU) lors de sa 41ᵉ session qui se tient du 7 a…