Temps de lecture : 5 minutes


Le Maroc reconsidère son partenariat avec le Parlement européen

Temps de lecture : 5 minutes

Catégorie Politique , Gros plan

Temps de lecture : 5 minutes

Le Royaume dénonce fermement la nouvelle résolution adoptée par le Parlement européen. Celle-ci critique « la détérioration de la liberté de la presse au Maroc ». Les parlementaires marocains ainsi que plusieurs autres institutions ont réagi à cette ingérence, en remettant les eurodéputés à leur place. Le point.

Temps de lecture : 5 minutes

Le Parlement européen (PE) a vivement critiqué le Maroc. Ce dernier s’est arrogé le droit de juger la justice marocaine de manière flagrante, partiale et n’a accordé aucune considération à son indépendance. Le texte porte sur la situation des journalistes dans le pays et en particulier sur le cas de Omar Radi. Le journaliste est incarcéré depuis le mois de juillet 2020 et condamné en appel, le 4 mars 2022, pour viol.

Le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ) a ainsi exprimé son rejet catégorique de toute ingérence dans la justice ou tentative d’influencer ses décisions. «Ceci contredit toutes les normes et règles internationales, notamment les principes et déclarations des Nations Unies portant sur l’indépendance de la justice».

Le Conseil national de la presse s’est aussi prononcé sur ce sujet. Il a déclaré que «si le PE considère qu’il a le droit d’exercer cette ingérence flagrante et inacceptable, alors ce qui suscite la suspicion et le doute quant à ses intentions envers le Maroc, c’est qu’il a dramatiquement ignoré les violations flagrantes contre les journalistes, la liberté de la presse et la liberté d’expression dans de nombreux pays».

En réponse à ces allégations, les représentants des deux Chambres du Parlement marocain se sont réunis en séance plénière ce lundi. Ils ont examiné les critiques des députés européens concernant la liberté de la presse à l’échelle nationale.

Pour rappel, le PE a demandé «instamment» aux autorités marocaines de «respecter la liberté d’expression et la liberté des médias» et de «garantir aux journalistes incarcérés (…) un procès équitable». Les eurodéputés ont également exigé «la fin du harcèlement de tous les journalistes dans le pays». En outre, ils ont évoqué les cas des journalistes Taoufik Bouachrine et Soumaïn Raissouni. La justice marocaine les a condamnés pour des accusations à connotations sexuelles et non par rapport à un délit d’opinion.

Lire aussi : Le Maroc rejette les critiques du Parlement européen

 

Colère des parlementaires marocains

La séance plénière d’aujourd’hui a porté sur les interventions des différentes instances politiques. Celle-ci a été présidée par Rachid Talbi Alami, le président de la Chambre des représentants, et Enaam Mayara, le président de la Chambre des conseillers.

Lors de la séance, le représentant du Parti du progrès et du socialisme (PPS), Rachid Hamouni, a souligné que «la position européenne est guidée par des parties ennemies du pays. Cela porte atteinte au partenariat maroco-européen (…). Le Maroc d’aujourd’hui n’est pas celui d’hier (…)». S’agissant des droits humains et de démocratie, l’intervenant a rappelé : «Nous ne sommes pas parfaits mais nous enregistrons des progrès et nous allons continuer à aller de l’avant».

Quant au Parti de la justice et du développement, son représentant, Abdellah Bouanou, a indiqué que «les progrès réalisés par le Royaume commencent à déranger et à poser problèmes à certaines parties (…)». Rappelons que «des Suédois ont osé brûlé le Coran et qui considèrent cet acte comme une liberté d’expression (…) on ne peut que dénoncer catégoriquement cette décision de l’Union européenne quelque soit son prétexte».

D’après Rachid Talbi Alami, «le Parlement marocain a décidé de reconsidérer ses relations avec le PE, à partir d’aujourd’hui, et de soumettre son partenariat avec cette institution à une évaluation complète en vue de prendre les décisions adéquates». Il ajoute : «Nous allons transmettre le procès-verbal et le communiqué issus de cette plénière à la présidence du Parlement européen, ainsi que les décisions qui seront prises ultérieurement».

Lire aussi : Sahara : l’UE soutient fortement le Maroc

 

Enfin, le Parlement arabe a, de son côté, dénoncé l’ingérence flagrante du PE dans les affaires internes du Royaume et dans les procédures judiciaires d’un pays arabe souverain. En outre, le Parlement marocain a appelé les forces politiques européennes à faire preuve de sagesse et de discernement en rejetant tout amalgame délibéré entre «les droits humains, les lois et les institutions, d’une part, et les allégations véhiculées par certaines parties connues pour leurs positions hostiles et dogmatiques à l’encontre du Maroc, d’autre part».

Aziz Akhannouch et Pedro Sanchez

Maroc-Espagne : nouvel élan à la coopération bilatérale

Le brouillard épais qui enveloppait les liens entre les royaumes du Maroc et d'Espagne est en train de se dissiper. Depuis la fin de la brouille diplomatique déclenchée par l'accue…
Promotion de l’investissement : Akhannouch fait le point

Promotion de l’investissement : Akhannouch fait le point

Aziz Akhannouch a présenté la politique adoptée pour la promotion de l’investissement. Ce lundi, lors de la séance plénière consacrée aux questions orales à la Chambre des représen…
Union africaine : adoption d'un livre blanc pour exclure le Polisario

Union africaine : adoption d’un livre blanc pour exclure le Polisario

Les premiers ministres et les chefs africains de différents départements se sont réunis à Marrakech le 28 janvier. L'objectif de cette rencontre : exclure la "pseudo République ara…
Maroc-Irak : début d’une nouvelle ère des relations

Maroc-Irak : début d’une nouvelle ère des relations

Le Maroc et l’Irak sont décidés à entamer une nouvelle étape dans leurs relations. Ce samedi 28 janvier, le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Mar…
Le Maroc reconsidère son partenariat avec le Parlement européen

Le Maroc rejette les critiques du Parlement européen

Une nouvelle fois, l'institution législative européenne adopte un texte très dur envers le Royaume. Les députés européens ont vivement critiqué la détérioration de la liberté de la…
Sahara, Maroc-UE… les dernières révélations de Aziz Akhannouch

Sahara, Maroc-UE… les dernières révélations de Aziz Akhannouch

Pour la première fois depuis la prise de sa fonction, le chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, accorde une interview exclusive à un média étranger. Il s’agit du journal français L…
Le 11 janvier 1944 : un tournant de l’histoire du Maroc

Le 11 janvier 1944 : un tournant dans l’histoire du Maroc

Le 11 janvier est une date célébrée chaque année au Maroc. Elle constitue un tournant dans l’histoire du Royaume. Cette année 2023, on commémore le 79ᵉ anniversaire de la présentat…
Maroc-Israël : des perspectives prometteuses, selon Simon Skira

Maroc-Israël : des perspectives prometteuses, selon Simon Skira

LeBrief : Le mois de décembre dernier a vu la célébration des deux ans de reprise des relations entre le Maroc-Israël. Quel bilan faites-vous ? Simon Skira : Le Maroc et Israël ont…