Afrique : grand décalage entre consommation et exportations de l’énergie

Temps de lecture : 4 minutes


Le coût de la sécurité énergétique s’envole

Temps de lecture : 4 minutes

Catégorie Économie , Gros plan

Temps de lecture : 4 minutes

Au Maroc, la facture énergétique a plus que doublé par rapport à 2021, passant à 88,11 milliards de DH à fin juillet 2022. Selon l’Office des changes, cette évolution fait suite à la hausse des achats des principaux produits énergétiques, à savoir ceux des gas-oils et des fuel-oils. Le point sur la situation énergétique au Maroc.

Temps de lecture : 4 minutes

La sécurité énergétique est désormais l’une des principales préoccupations du Maroc. Le Royaume cherche à répondre aux besoins nationaux, tout en assurant ses réserves à long terme. L’Office des changes a indiqué que les importations énergétiques ont enregistré une hausse remarquable et plus importante que les exportations.

Aussi, la facture énergétique a doublé à fin juillet par rapport à 2021, passant à 88,11 milliards de DH (MMDH). Cette progression intervient après l’augmentation des achats des principaux produits énergétiques, notamment, ceux des gas-oils et des fuel-oils. Ces derniers ont grimpé de 23,73 MMDH en raison de la flambée des prix, passant de 4.826 DH/T à 9.990 DH/T.

Lire aussi : Énergie : inquiétude sur les mois à venir

Le prix de l’énergie : cher ou abordable ?

Le prix de l’énergie à l’échelle nationale reste moins élevé que dans plusieurs autres pays de l’Afrique. Pour l’électricité, le prix au kWh est à 1.172 DH pour les ménages et de 1.072 DH pour les entreprises. Le volume de la production nationale de l’énergie électrique s’est renforcé de 3,2% au terme du premier semestre 2022. Cette amélioration fait suite à la consolidation de la production de l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE) de 31,6% et de celle des énergies renouvelables de 10%.

Pour l’économiste Abdelghani Youmni, «il est indéniable que le prix de l’électricité reste abordable pour un pays non producteur d’énergie fossile. Aussi, le maintien des prix de l’électricité et du gaz au Maroc, grâce aux subventions étatiques, permet de préserver le pouvoir d’achat des Marocains et de renforcer la compétitivité des métiers dynamique au Maroc, comme l’automobile, l’aéronautique, les phosphates, l’aéroportuaire et l’agroalimentaire».

Lire aussi : Office des changes : le déficit commercial grimpe de 53% à fin juillet

Le bonheur des uns fait le malheur des autres

Pour les sociétés pétrolières, l’augmentation du prix de l’énergie n’est pas une mauvaise nouvelle. Par exemple, Afriquia Gaz a réalisé, à fin juin 2022, un chiffre d’affaires (CA) consolidé de 5,226 MMDH, soit une progression de 51,1%. Et lors du deuxième trimestre, ce CA s’est accru de 69,9%. «Cette augmentation est imputable à l’évolution du prix de reprise de 86,9%», indique la société dans un communiqué.

Le groupe français TotalEnergies Maroc a pour sa part réalisé un CA de 9,508 MMDH au cours du premier semestre, soit une hausse de près de 71%. Au deuxième semestre, le groupe a en plus réalisé un CA de 5,03 MMDH, contre 2,9 MMDH un an plus tôt.

Après plusieurs jours d’accalmie, le prix du diesel au Maroc est reparti à la hausse depuis le 1er septembre pour atteindre 14,90 DH le litre. Pour le prix de l’essence, il reste relativement stable, actuellement à 14,68 DH/L.

Le Maroc bientôt exportateur d’énergie ?

Depuis le début du conflit en Ukraine, plusieurs pays ont cherché des alternatives pour satisfaire à leurs besoins en énergie. Le Maroc est l’un des pays dont le potentiel énergétique en séduit plus d’un. Lors de la dernière rencontre du ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita, avec son homologue allemande, Annalena Baerbock, la coopération en matière d’énergie a été au cœur de leurs échanges. Ils se sont attardés sur les moyens de coopération dans la transition énergétique, les énergies renouvelables, l’efficacité énergétique et la gestion des ressources en eau.

Le Maroc et l’Allemagne prévoient aussi de développer le secteur de l’hydrogène vert et du Power-to-X, c’est-à-dire la conversion d’électricité ou de son stockage, utilisant l’énergie électrique excédentaire.

Par ailleurs, le Maroc et l’Arabie saoudite ont signé un protocole d’accord dans le domaine des énergies renouvelables. Ce dernier vise à développer le partenariat et l’échange d’informations et d’expériences entre les deux pays pour réaliser des projets liés au secteur des industries des énergies renouvelables.

Il est certain que la conjoncture économique a lourdement impacté tous les secteurs. À fin juin 2022, le déficit commercial du Maroc a augmenté de 53,5% par rapport à la même période en 2021. Il s’est ainsi établi à 183,46 MMDH, selon l’Office des changes.


Recommandé pour vous

Baisse de l’IR : les négociations sont en cours

Temps de lecture : 4 minutes

Les réunions entre les centrales syndicales et le ministre délégué chargé du Budget, Fouzi Lekj…

11 ans d’exercice : le CESE dresse son bilan

Temps de lecture : 4 minutes

Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) a organisé, mardi 27 septembre à Rabat,…

Réunion trimestrielle de BAM : ce qu’il faut retenir

Temps de lecture : 3 minutes

Le Conseil de Bank Al-Maghrib (BAM) a décidé d’élever le taux directeur (TR), le passant de 1,5…

Journée mondiale du tourisme : repenser le secteur pour un avenir meilleur

Temps de lecture : 5 minutes

L’ensemble du secteur du tourisme célèbre, ce mardi 27 septembre, la journée mondiale du secteu…

Hydrocarbures : ce que préconise le Conseil de la concurrence dans son nouvel avis

Temps de lecture : 6 minutes

Le Conseil de la concurrence a publié, lundi 26 septembre, son avis n°A/3/22 sur « la flambée d…

Conseil de BAM : faut-il s’attendre à une hausse du taux directeur ?

Temps de lecture : 5 minutes

Bank Al-Maghrib (BAM) tiendra, mardi 27 septembre, sa troisième réunion de politique monétaire …

Politique monétaire : Bank Al-Maghrib à un tournant

Temps de lecture : 3 minutes

Garantes de la stabilité des prix à moyen terme, les banques centrales sont engagées dans un co…

Impériales : les médias, une force et une influence

Temps de lecture : 4 minutes

“Les Impériales” est de retour cette année, avec une nouvelle vision, de nouvelles perspectives…

Les Impériales 2022 : le nation branding s’invite au débat

Temps de lecture : 4 minutes

Le lancement officiel de la cinquième édition « Les Impériales 2022 », rendez-vous annuel des p…

Programme de développement des zones de montagne : quel bilan ?

Temps de lecture : 4 minutes

Mis en œuvre depuis 2015, le Programme de développement des zones de montagne (PDRZM) a été clô…

Gazoduc Nigeria-Maroc : le projet prend forme

Temps de lecture : 4 minutes

Le projet de gazoduc reliant le Nigeria au Maroc, et qui doit aussi approvisionner l’Afrique de…

Tourisme : une saison estivale qui dépasse les espérances

Temps de lecture : 5 minutes

La fréquentation touristique au Maroc a retrouvé des couleurs, malgré l’inflation. Bien que les…