livraison de repas

Temps de lecture : 4 minutes


Étude : 75% des Marocains n’utilisent pas les applications de livraison de repas

Temps de lecture : 4 minutes

Catégorie Économie , Gros plan

Temps de lecture : 4 minutes

La livraison de repas, grand sujet depuis le début de la pandémie de la Covid-19. Si dans le monde, ce secteur connait une croissance sans précédent, au Maroc, le taux d’utilisation des applications reste très bas. L’étude, menée par le groupe Sunergia, confirme cette faible tendance, notant que seuls 25% des Marocains utilisent des applications de livraison de repas. Analyse.

Temps de lecture : 4 minutes

La crise sanitaire a entraîné des changements considérables dans la façon de consommer les repas hors domicile. La fermeture des restaurants a obligé les professionnels à se tourner vers d’autres moyens de distribution, notamment la livraison.

Bien que les Marocains continuent d’évoluer vers un mode de consommation digitalisé et connecté, l’étude du groupe Sunergia révèle que 75% de la population n’utilisent pas les applications de livraison de repas. Il existe également des freins qui ne permettent pas d’en faire une véritable tendance dans le pays.

 

Combien de Marocains utilisent les applications de livraison de repas ?

L’étude effectuée par Sunergia indique que seulement 25% des Marocains utilisent ces applications, soit un Marocain sur quatre. Ce taux passe cependant à 37% en milieu urbain.

Ce taux d’utilisation des applications de livraison, bien que phénoménal en comparaison avec la moyenne du continent africain (2.26%), reste inférieur à celui d’autres pays. La Foodtech est en effet en pleine croissance, notamment en France, où son taux était de 46% en 2020 et aux États-Unis, où il a atteint 47% en 2021.

Les commandes concernent davantage les repas de fin de journée avec 51% contre 40% pour les repas de midi. Le panier moyen de la commande s’établit, quant à lui, à 130 DH, avec une préférence pour les burgers, suivis des sushis et des pizzas.

Lire aussi: Livraison et courses : la guerre des tranchées

 

Qui utilise ces applications ?

Pour ce qui est des profils qui ont recours aux applications de livraison de repas, l’étude précise que les grands utilisateurs sont des jeunes âgés de 18 à 24 ans (41%) qui sont suivis par les célibataires (35%). Les adeptes de ces applications habitent dans des régions urbaines et appartiennent à des catégories socio-professionnelles aisées (49%).

Quant aux réfractaires, ils sont, pour la plupart d’entre eux, âgés de plus de 45 ans (11%), divorcés (19%), habitants majoritairement dans les zones rurales (7%) et font partie de la catégorie socioprofessionnelle modeste.

On constate également dans cette étude que la fréquence d’utilisation de ces applications est occasionnelle dans sept cas sur dix, régulière dans deux cas sur dix et très rare pour le reste.

Les personnes qui se déclarent comme utilisateurs réguliers de ces applications sont davantage les jeunes de 18-24 ans (26%) puis les célibataires (26%) et les personnes des régions Nord et Est du Maroc (25%). Celles qui les utilisent de façon occasionnelle sont des personnes mariées (78%) et du Sud du pays (83%). En revanche, les personnes qui les utilisent rarement sont davantage des personnes de 25 à 44 ans (21%).

S’agissant de la répartition géographique de ce type de livraisons, la région Casablanca-Settat regroupe 34% des utilisateurs, contre 17% à Rabat-Salé-Kénitra, 11% à Marrakech-Safi, 9% à Tanger-Tétouan-Al Hoceima, 6% à Béni Mellal, Khénifra et Souss-Massa et 5% pour les autres régions.

Lire aussi: Lancement d’une plateforme e-commerce pour l’achat des moutons

 

Les Marocains préfèrent le « fait maison »

30% des sondés préfèrent cuisiner plutôt qu’acheter du « tout-prêt ». Davantage chez les personnes âgées de 65 et plus (44%) et de classe socioprofessionnelle C (35%), alors que 25% déclarent avoir une préférence pour la consommation sur place.

La livraison de repas peut d’ailleurs avoir des freins. Et parmi les raisons qui expliquent le faible taux d’utilisation, on trouve le manque de connaissance des applications, qui fait perdre au marché de la Foodtech au Maroc 8% de clients potentiels, notamment chez les seniors de 45 à 64 ans (19%), les mariés (15%) et les personnes de classe socioprofessionnelle D et E (19%).

Les prix sont aussi considérés comme un facteur de blocage du progrès du secteur. 4% des personnes sondées estiment que les tarifs sont chers, alors que 3% disent ne pas savoir comment utiliser les applications.

Par ailleurs, l’étude note que Glovo arrive sans grande surprise en tête des applications les plus utilisées par les Marocains avec 58%. Ce taux d’usage est plus élevé auprès des jeunes âgées de 25 à 34 ans (67%).

Jumia Food arrive en deuxième position avec 41%, davantage auprès des jeunes âgées de 18 à 24 ans (49%), alors que les autres applications, telles KAALIX, Facebook, Allo Smail, Natsakharlik et Jibli-m3ak, cumulent 1% seulement du taux d’usage.


Recommandé pour vous

Retour des MRE : l’économie reprend des couleurs

Temps de lecture : 3 minutes

Le bon déroulement de l’opération Marhaba 2022 se fait déjà sentir. L’économie nationale retrouve enfin des couleurs. Après une absence de deux…

CMI : bonne tenue de l’activité monétique au premier semestre 2022

Temps de lecture : 5 minutes

Le Centre monétique interbancaire (CMI) a dévoilé, vendredi 12 août, les chiffres de l’activité monétique marocaine au premier semestre de 2022…

Économie nationale : un redressement de 7,9% de la croissance en 2021

Temps de lecture : 4 minutes

Après une récession sans précédent provoquée par la crise sanitaire, l’économie mondiale a enregistré une forte reprise en 2021. Au Maroc, la c…

10 août : le Maroc célèbre la Journée nationale du migrant

Temps de lecture : 4 minutes

Le 10 août marque la Journée nationale du migrant. Cette année, le thème de cette célébration concerne la contribution des Marocains résidant à…

Les orientations du NMD au cœur de la Stratégie nationale de développement durable

Temps de lecture : 4 minutes

Le développement durable est devenu un réel projet de société au Maroc. Le Royaume s’est engagé à mettre en place divers chantiers liés à ce do…

Made in Morocco : pour la valorisation du savoir-faire marocain

Temps de lecture : 5 minutes

Faire du Made In Morocco une véritable marque de fabrique, sur les plans national et international, ainsi qu’un véritable moteur de développeme…

PLF 2023 : ce qu’il faut retenir de la note de cadrage de Aziz Akhannouch

Temps de lecture : 5 minutes

Dans sa note de cadrage du projet de loi de Finances (PLF), Aziz Akhannouch réitère la détermination du gouvernement à continuer de mener en 20…

Forbes : le Maroc, un modèle de transition énergétique

Temps de lecture : 3 minutes

Le magazine économique Forbes vante le grand potentiel du Maroc à produire de l’énergie propre grâce à la richesse de ses ressources naturelles…

DTFE : la dette publique s’est établie à 388,1 MMDH à fin mars 2022

Temps de lecture : 2 minutes

Selon le bulletin de la direction du Trésor et des finances extérieures (DTFE), la dette publique s’établit à 388,1 milliards de DH (MMDH) en m…

Emploi : le taux de chômage au Maroc est passé de 12,8% à 11,2%

Temps de lecture : 4 minutes

Depuis le début de la crise économique liée à la pandémie de la Covid-19, l’accès à l’emploi est devenu de plus en plus compliqué. Au Maroc, ce…

Balance commerciale : le tourisme et l’OCP en tête de liste

Temps de lecture : 3 minutes

«La hausse des importations de biens concerne la quasi-totalité des groupes de produits», révèle le dernier rapport de l’Office des changes. On…

Ce qu’il faut retenir du rapport annuel de Bank Al-Maghrib

Temps de lecture : 6 minutes

Durant l’année 2021, l’économie marocaine a connu une croissance exceptionnelle de 7,9%, soit la plus forte depuis 1997. Plusieurs facteurs exp…