Jouahri

Temps de lecture : 6 minutes


Ce qu’il faut retenir du rapport annuel de Bank Al-Maghrib

Temps de lecture : 6 minutes

Catégorie Économie , Gros plan

Temps de lecture : 6 minutes

Le rapport annuel de Bank Al-Maghrib de 2021 a été présenté, samedi 30 juillet, devant le roi Mohammed VI. Comme les rapports précédents, il traite de la situation économique, monétaire et financière du pays. L’occasion également de mettre en lumière les principales actions menées par la Banque centrale, tout en recensant une série de priorités à engager pour faire face aux tensions et incertitudes auxquelles est confrontée l’économie nationale. Détails.

Temps de lecture : 6 minutes

Durant l’année 2021, l’économie marocaine a connu une croissance exceptionnelle de 7,9%, soit la plus forte depuis 1997. Plusieurs facteurs expliquent cette performance, notamment la campagne de vaccination contre la Covid-19, le programme de relance économique, le maintien des stimulus monétaire et budgétaire ainsi que les conditions climatiques favorables.

Ce rebond a d’ailleurs engendré une nette hausse des recettes fiscales, contribuant ainsi à réduire le déficit budgétaire à 5,9% du produit intérieur brut (PIB). Pour sa part, l’inflation est ressortie à 1,4% au lieu de 0,7% en 2020 et 0,2% en 2019.

Lire aussi : BAM : ce qu’il faut retenir du 18e rapport annuel sur la supervision bancaire

 

Record de transferts des MRE

 Le rapport de Bank Al-Maghrib (BAM) indique que les transferts des Marocains résidant à l’étranger (MRE) ont atteint un niveau record de 93,7 milliards de DH (MMDH), enregistrant ainsi une hausse de 37,5% comparativement à 2020. Cette performance a contribué à contenir le creusement du déficit courant qui s’est établi à 29,1 MMDH, soit 2,3% du PIB au lieu de 1,2 % un an auparavant.

Sur le marché́ de change, la situation a été marquée par un excédent de liquidités en devises au cours du deuxième semestre, induit notamment par la forte hausse des transferts des MRE, ajoute ledit rapport.

En parallèle, les inquiétudes suscitées par les vagues récurrentes de contaminations ont continué́ de peser sur l’activité́ touristique. En chiffres, les recettes voyages ont diminué, pour atteindre 34,3 MMDH contre 36,4 MMDH en 2020 et 78,7 MMDH en 2019.

 

Les faux billets en baisse

Le nombre de faux billets détectés l’année dernière s’est établi à 7.372, représentant l’équivalent de 1,1 million de DH (MDH), ressort-il de ce rapport. Les coupures les plus touchées sont celles de 200 DH, avec une part de 61%.

Toutefois, le faux monnayage reste sous contrôle de BAM. Les données sur ce phénomène indiquent la poursuite de la tendance baissière observée ces dernières années. Le taux de faux monnayage a reculé de 6,1 billets pour chaque million de billets en circulation en 2017 à 3,3 en 2021.

Lire aussi : BAM : 17,5 millions de Marocains détiennent au moins un compte bancaire

 

Marché du travail : une reprise partielle

Le rapport indique que le marché́ du travail a connu un redressement relatif en 2021 avec une création nette de 230.000 emplois. Une performance qui reste bien insuffisante pour compenser les pertes enregistrées un an auparavant.

En parallèle, 309.000 demandeurs d’emploi ont intégré le marché́, après une sortie de 110.000 en 2020. Il s’agit du nombre le plus élevé depuis 2004, qui se traduit par une importante hausse du taux d’activité́.

En ce qui concerne le taux de chômage, il s’est accru de 0,4 point à 12,3% globalement, avec en particulier une aggravation prononcée parmi les jeunes de 15 à 24 ans, dont près de la moitié a été sans emploi.

 

Les dépôts bancaires en hausse de 5,2% en 2021

Il est également précisé dans ce rapport que les dépôts bancaires se sont accrus de 5,2% en 2021 au lieu de 6,4% un an auparavant. Par secteur institutionnel, les dépôts des entreprises non financières privées ont augmenté de 10,8% à 174,4 (MMDH), recouvrant principalement une hausse de 11,4% des dépôts à vue et un recul de 1,8% de ceux à terme, indique BAM.

S’agissant des particuliers, les dépôts à vue et les comptes d’épargne se sont améliorés respectivement de 6,7% et 2,9%, alors que les dépôts à terme se sont repliés de 7,9%. Quant aux entreprises publiques, leurs avoirs auprès des banques se sont renforcés de 28,3% à 23,7 MMDH.

Par ailleurs, malgré le contexte d’incertitudes liées à l’évolution de la pandémie de la Covid-19, les recettes au titre des investissements directs étrangers (IDE) ont enregistré une hausse de 22,7% à 31,9 MMDH, soit l’équivalent de 2,5% du PIB contre 2,3% en 2020.

Lire aussi : Politique monétaire : le Conseil de BAM opte pour le statu quo

 

Une liste des actions prioritaires

En exposant les grandes lignes de ce rapport, Abdellatif Jouahri a mis l’accent sur les actions prioritaires à engager pour faire face aux tensions et incertitudes auxquelles est confrontée l’économie nationale.

Face à un environnement international, marqué par la guerre en Ukraine, les perturbations du commerce mondial et la flambée des prix, le responsable estime qu’il est impératif que les autorités publiques donnent la visibilité nécessaire pour redynamiser l’investissement privé et renforcer l’adhésion à l’action publique.

Le wali de BAM a aussi mis l’accent sur de nombreux chantiers en cours. D’abord celui de la réforme de l’éducation. «Cette réforme se poursuit aujourd’hui “sous forme d’actions qui, nonobstant leur pertinence, ne paraissent pas toujours facilement identifiables” et son suivi ne se fait pas clairement à l’aune des objectifs et des délais qui y sont fixés», a-t-il déploré.

Pour le chantier de la généralisation de la protection sociale, Abdellatif Jouahri a fait part d’une certaine incertitude quant à la nature et à la qualité des services qui seront effectivement accessibles. «À trois ans de l’échéance de l’élargissement de la couverture à l’ensemble de la population, cette dernière demeure partielle et incomplète», alerte-t-il.

Quant à l’élargissement de l’assiette fiscale, qui devrait être considéré comme une des solutions pour un système fiscal réformé en profondeur et moteur du Nouveau modèle de développement, le gouverneur de BAM considère que cette mesure se fait difficilement et trop lentement, ce qui coûte à l’État près de 2,5% du PIB annuel. Selon lui, il est nécessaire «d’atténuer le problème de concentration de la pression fiscale sur un nombre réduit d’entreprises et de catégories de contribuables».

Le responsable a également appelé à une accélération de la mise en œuvre du chantier de la réforme du secteur public, notamment la refonte du secteur des entreprises et établissements publics.

Enfin, Jouahri n’a pas manqué de souligner le retard observé dans la lutte contre la corruption, qui constitue un fléau qui affaiblit la visibilité́ pour les opérateurs et les investisseurs et menace même le développement économique et la cohésion sociale.


Recommandé pour vous

Retour des MRE : l’économie reprend des couleurs

Temps de lecture : 3 minutes

Le bon déroulement de l’opération Marhaba 2022 se fait déjà sentir. L’économie nationale retrouve enfin des couleurs. Après une absence de deux…

CMI : bonne tenue de l’activité monétique au premier semestre 2022

Temps de lecture : 5 minutes

Le Centre monétique interbancaire (CMI) a dévoilé, vendredi 12 août, les chiffres de l’activité monétique marocaine au premier semestre de 2022…

Économie nationale : un redressement de 7,9% de la croissance en 2021

Temps de lecture : 4 minutes

Après une récession sans précédent provoquée par la crise sanitaire, l’économie mondiale a enregistré une forte reprise en 2021. Au Maroc, la c…

10 août : le Maroc célèbre la Journée nationale du migrant

Temps de lecture : 4 minutes

Le 10 août marque la Journée nationale du migrant. Cette année, le thème de cette célébration concerne la contribution des Marocains résidant à…

Les orientations du NMD au cœur de la Stratégie nationale de développement durable

Temps de lecture : 4 minutes

Le développement durable est devenu un réel projet de société au Maroc. Le Royaume s’est engagé à mettre en place divers chantiers liés à ce do…

Made in Morocco : pour la valorisation du savoir-faire marocain

Temps de lecture : 5 minutes

Faire du Made In Morocco une véritable marque de fabrique, sur les plans national et international, ainsi qu’un véritable moteur de développeme…

PLF 2023 : ce qu’il faut retenir de la note de cadrage de Aziz Akhannouch

Temps de lecture : 5 minutes

Dans sa note de cadrage du projet de loi de Finances (PLF), Aziz Akhannouch réitère la détermination du gouvernement à continuer de mener en 20…

Forbes : le Maroc, un modèle de transition énergétique

Temps de lecture : 3 minutes

Le magazine économique Forbes vante le grand potentiel du Maroc à produire de l’énergie propre grâce à la richesse de ses ressources naturelles…

DTFE : la dette publique s’est établie à 388,1 MMDH à fin mars 2022

Temps de lecture : 2 minutes

Selon le bulletin de la direction du Trésor et des finances extérieures (DTFE), la dette publique s’établit à 388,1 milliards de DH (MMDH) en m…

Emploi : le taux de chômage au Maroc est passé de 12,8% à 11,2%

Temps de lecture : 4 minutes

Depuis le début de la crise économique liée à la pandémie de la Covid-19, l’accès à l’emploi est devenu de plus en plus compliqué. Au Maroc, ce…

Balance commerciale : le tourisme et l’OCP en tête de liste

Temps de lecture : 3 minutes

«La hausse des importations de biens concerne la quasi-totalité des groupes de produits», révèle le dernier rapport de l’Office des changes. On…

Étude : 75% des Marocains n’utilisent pas les applications de livraison de repas

Temps de lecture : 4 minutes

La crise sanitaire a entraîné des changements considérables dans la façon de consommer les repas hors domicile. La fermeture des restaurants a …