Temps de lecture : 4 minutes

Accueil / Société / Aïd Al Adha : une fête à prix d’or

Aïd Al Adha : une fête à prix d’or

Temps de lecture : 4 minutes

Gros plan

Temps de lecture : 4 minutes

Cette année, Aïd Al Adha s’annonce plus coûteux pour de nombreuses familles marocaines. Alors que la tradition du sacrifice reste un moment fort de célébration et de partage, les prix ont atteint des sommets inattendus. À plus de deux semaines de la grande fête, cette hausse des coûts suscite des préoccupations et des ajustements dans les budgets des ménages.

Temps de lecture : 4 minutes

À l’occasion de Aïd Al Adha, les prix des moutons ont connu une augmentation par rapport à l’année précédente, constituant un véritable coup dur pour le portefeuille des Marocaines, en particulier ceux aux revenus modestes. Depuis quelques années, cette fête voit son aspect financier devenir de plus en plus contraignant et les ménages, déjà éprouvés par la conjoncture économique actuelle, se retrouvent face à une hausse des prix qui dépasse les prévisions et les budgets alloués pour cette occasion.

Bien que l’offre en ovins destinés au sacrifice soit variée sur les marchés, l’achat d’un mouton représente un effort financier considérable. Les prix restent relativement élevés, comparativement à ceux de l’année dernière. Pour cette année, il faudra débourser près de 1.000 DH de plus pour acquérir un mouton. Une situation qui crée une pression supplémentaire sur les budgets familiaux, poussant certains à renoncer à l’achat du mouton traditionnel ou à chercher des alternatives moins coûteuses.

Lire aussi : Aid Al-Adha : sur 492 abattoirs, seuls 17 sont agréés

Le budget de l’Aïd : le dilemme des familles marocaines

Des témoignages recueillis par LeBrief révèlent les difficultés rencontrées par les acheteurs de moutons cette année. Saadia, habituée à payer environ 4.000 DH pour un mouton de la race Sardi, a cette fois-ci déboursé 5.000 DH, un montant inédit pour elle. Cette augmentation du prix a surpris Saadia, qui n’avait jamais eu à payer autant pour un mouton destiné au sacrifice de l’Aïd. Elle se trouve maintenant face à une dépense imprévue qui pèse lourdement sur son budget.

De son côté, Abdelkarim, employé dans une société, a quant à lui payé 4.500 DH pour un mouton de la race Bergui, alors qu’il l’achetait habituellement autour de 3.300 DH. Cette situation n’est pas unique : la flambée des prix a même poussé certains ménages à renoncer à l’achat du mouton, faute de moyens, et à se contenter d’acheter de la viande pour célébrer l’Aïd.

En termes de prix, les moutons se négocient cette année entre 3.000 et 7500 DH voire 8.000 DH. Cette fourchette de prix, nettement plus élevée que l’année précédente, reflète l’impact économique sur les consommateurs. Quant aux races importées, telles que les Mérinos espagnols, elles se vendent entre 1.800 et 3.000 DH. Bien que ces moutons soient moins chers et offrent une alternative plus abordable, les Marocains préfèrent généralement les moutons locaux. Une préférence enracinée dans les habitudes des ménages, surtout que les moutons locaux, comme les Sardi et les Bergui, sont réputés pour leur viande de très bonne qualité.

Lire aussi : Aïd Al-Adha : entre préparatifs accélérés et flambée des prix

Quid des prix dans les grandes surfaces ?

Les supermarchés offrent une alternative pour l’achat des moutons de l’Aïd, avec des prix et des races variées. Pour un Sardi, il faut compter 83 DH le kilo, 77 DH pour un Bergui et 67 DH pour un Mérinos. Par exemple, un petit mouton Sardi de 35 kilogrammes coûte près de 2.900 DH.

Il faut savoir que cette hausse des prix est expliquée par plusieurs facteurs, notamment l’augmentation des coûts de production et une relative pénurie sur le marché. Une situation qui pourrait influencer les comportements d’achat des ménages, désormais contraints de revoir à la baisse leurs attentes en termes de qualité ou de quantité.

L’impact de cette hausse des prix se fait donc sentir déjà à travers tout le pays à un peu plus de deux semaines de la fête du sacrifice. De nombreuses familles, déjà éprouvées par la crise économique et la montée des prix des produits de première nécessité, se retrouvent dans l’incapacité d’acheter un mouton pour l’Aïd.

Laissez-nous vos commentaires

Temps de lecture : 4 minutes

La newsletter qui vous briefe en 5 min

Chaque jour, recevez l’essentiel de l’information pour ne rien rater de l’actualité


Et sur nos réseaux sociaux :

Aïd Al Adha

Lutte contre le travail des enfants : le Maroc en plein progrès

Le Maroc a réussi à réduire le nombre d'enfants travailleurs de 94% au cours des vingt dernières années. C'est ce qu'a affirmé ce mercredi à…
Aïd Al Adha

Baccalauréat 2024 : c’est parti pour plus de 493.000 candidats !

Le baccalauréat, rendez-vous annuel incontournable, est enfin arrivé après des mois de préparation intense. Pour les futurs bacheliers, c'es…
Aïd Al Adha

Les réalités auxquelles s’est heurté le RAMED

En 2012, après quatre années de tests pilotes, le Maroc déployait le programme RAMED, une initiative ambitieuse visant à démocratiser l'accè…
Aïd Al Adha

Qu’est ce qui bloque le lancement de la 5G ?

En répondant à une question orale sur « le lancement de la 5G » présentée par le groupe parlementaire du Rassemblement national des indépend…
Aïd Al Adha

Opération Marhaba : c’est parti pour la 24e édition !

Sous la présidence effective du roi Mohammed VI, la Fondation Mohammed V pour la Solidarité annonce le lancement de la 24e édition de l’opér…
Aïd Al Adha

Santé numérique : quel intérêt pour le Maroc ?

Au Maroc, comme partout ailleurs, l’on s’inquiète de la protection des données personnelles. D’autant plus lorsqu’il s’agit de données sensi…
Aïd Al Adha

Réseaux sociaux : quels sont les favoris des Marocains en 2024 ?

Trois applications du groupe Meta sont les plus utilisées quotidiennement au Maroc. C'est ce que révèlent les derniers chiffres de Sunergia.…
Aïd Al Adha

Fondation Zakoura : 27 ans de réalisations et de nouveaux horizons pour l’éducation

Lors de la conférence de presse tenue à Casablanca ce jeudi, la Fondation Zakoura a célébré son 27ᵉ anniversaire. L'occasion pour l'institut…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Poster commentaire