Aller au contenu principal

L'intégrité territoriale du Royaume sur le devant de la scène diplomatique

Dans la soirée du lundi 21 décembre s’est tenue une réunion du Conseil de sécurité (CS) des Nations Unies (ONU) au sujet de la question du Sahara. Et ce à la suite des récentes évolutions, notamment la sécurisation de Guerguarate par les Forces armées royales et la reconnaissance américaine de la marocanité du territoire contesté par le Polisario. De son côte, Saad Dine El Otmani est revenu sur le sujet des provinces du Sud dans une interview accordée à la chaine Al Sharq Tv, tout en notant que «le temps viendra pour la question de Sebta et Melilia, des territoires marocains comme le Sahara».

Par H.L.B, Publié le 22/12/2020, mis à jour le 22/12/2020
Teaser Media
L'intégrité territoriale du Royaume sur les devants de la scène

C’est dans une réunion à huis clos que le Conseil de sécurité (CS) des Nations Unies (ONU) a abordé ce lundi 21 décembre les récentes évolutions qu’a connues le dossier du Sahara marocain. En effet, le 10 du mois courant, le président américain Donald Trump a émis un décret présidentiel reconnaissant la souveraineté du Maroc sur cette région contestée par le Front Polisario. Cette annonce, intervenue quelques semaines seulement après la sécurisation du passage de Guerguarate et l’écartement des milices séparatistes par les Forces armées royales (FAR), représente une rupture avec la politique adoptée depuis longtemps par les États-Unis à ce sujet. Jusqu’à récemment, le pays de l’Oncle Sam avait soutenu l’accord de cessez-le-feu acté en 1991 par le Maroc et le Front Polisario, soutenu par l’Algérie. Un accord qui est toujours surveillé par la mission de maintien de la paix des Nations unies (Minurso).

 

Lire aussi : Sahara : reprise des discussions lundi au Conseil de sécurité

 

Pour le porte-parole de l’ONU Stéphane Dujarric, «il n’y aura pas de changements opérationnels majeurs de notre part» après la démarche des USA. Et d’ajouter : «Notre position sur les annonces concernant le Sahara est inchangée et nous continuons à croire qu’une solution peut être trouvée par un dialogue basé sur les résolutions pertinentes du Conseil de sécurité». L’actuel président du CS le Sud-Africain Jerry Matjila a, quant à lui, avancé, sans nommer les États-Unis, que «les décisions contraires aux décisions collectives multilatérales doivent être découragées et ignorées sans équivoque». Jerry Matjila a également souligné : «Nous (les 15 membres du CS) attendons avec impatience la nomination du nouvel envoyé du secrétaire général, poste vacant depuis plus d’un an pour soutenir les négociations et la reprise du processus politique».

 

Le dérapage d’El Otmani

Alors que le CS discutait des évolutions du dossier du Sahara, Saad Dine El Otmani, Chef du gouvernement, a été interviewé à ce sujet pas la chaine Al Sharq. Il a souligné «que les téléspectateurs arabes doivent comprendre l’importance de la question du Sahara pour les Marocains, qui est une question de souveraineté nationale». Le Chef de l’exécutif a également insisté sur le fait que le Royaume n’a pas sacrifié la cause palestinienne au profit du Sahara. «Le Maroc n’a pas changé de position sur la question palestinienne (…) et les échanges entre le roi Mohammed VI et Mahmoud Abbas le démontrent», a-t-il rappelé.

 

Lire aussi : Sahara et Israël : les commentaires d'El Otmani

 

Par ailleurs, El Otmani a également suggéré qu’après la reconnaissance américaine; le Maroc devrait commencer à discuter de la situation de Sebta et Melilia, les deux présides occupés au nord du Royaume. «Le temps viendra pour la question de Sebta et Melilia, des territoires marocains comme le Sahara», a-t-il déclaré. «Ce dossier a été suspendu pendant cinq à six siècles, mais il sera rouvert un jour», assure le chef du gouvernement.

En réponse, la secrétaire d’État espagnole aux affaires étrangères, Cristina Gallach, a convoqué l’ambassadeur du Maroc en Espagne, Karima Benyaich, le 21 décembre pour discuter des propos d’El Otmani. Dans un communiqué de presse, Gallach a martelé que «l’Espagne attend de tous ses partenaires qu’ils respectent la souveraineté et l’intégrité territoriale de notre pays», tout en réclamant des éclaircissements de la part de Benyaich. L’ambassade du Maroc à Madrid et les autorités marocaines n’ont pas encore fait de commentaires officiels sur cette évolution.

Réouverture du bureau de liaison israélien à Rabat

David Govrin est parmi nous. Le chargé d'affaires du bureau de liaison israélien est arrivé ce mardi à Rabat selon un communiqué du ministère israélien des Affaires étrangères. 20 ans après sa ferm...

Inde : inauguration d’un consulat honoraire du Maroc à Calcutta

Le samedi 23 janvier, Mohamed Maliki, l’ambassadeur du Maroc en Inde, a inauguré le consulat honoraire du Royaume à Calcutta, la capitale du Bengale occidental. C’est le deuxième consulat honoraire ou...

Sahara : les tentatives désespérées du Polisario

Le Front Polisario a déclaré ce week-end avoir «lancé quatre missiles en direction de la brèche ill...

Ambassade des États-Unis : David Greene nouveau chargé d’affaires US au Maroc

Après le départ officiel de l’ambassadeur David T. Fischer, l’ambassade des États-Unis au Maroc a annoncé ce jeudi 21 janvier que le diplomate de carrière David Greene a entamé le jour même ses foncti...

Transport aérien : signature d'un accord maroco-israélien

Israël et le Maroc ont signé ce jeudi 21 janvier un accord pour lancer des vols directs (commerciaux et de fret) entre les deux pays. Selon un communiqué du ministère israélien des Transports, la comp...

USA : l'ère Biden, entre optimisme et appréhension

Joe Biden a officiellement entamé ses fonctions de président des États-Unis ce mercredi 20 janvier....