Temps de lecture : 4 minutes


Date, prix, conditions de la célébration… tout ce qu’il faut savoir sur l’Aïd Al-Adha

Temps de lecture : 4 minutes

Catégorie Société , Gros plan

Temps de lecture : 4 minutes

Cette année, la célébration de l’Aïd Al-Adha aura lieu pendant la dernière semaine du mois de juillet. À l’approche de cette fête religieuse et sociale très importante, les préparatifs visant à garantir son bon déroulement ont été lancés, avec des précautions supplémentaires. Voici tout ce qu’il faut retenir sur le déroulement de cette prochaine fête du sacrifice, événement annuel le plus significatif pour les musulmans.

Temps de lecture : 4 minutes

Cette année, le 1er Dou Al-Hijja, le dernier mois sacré du calendrier Hijri et le mois où est effectué le Hajj (pèlerinage), devrait correspondre au mercredi 22 juillet. Aïd Al-Adha 1441, fête religieuse célébrée par les musulmans du monde entier le dixième jour dudit mois, au lendemain du rassemblement habituel de millions de pèlerins sur le mont d’Arafat à La Mecque, aurait donc lieu le vendredi 31 juillet. Pendant cette fête religieuse, les musulmans sacrifient du bétail, des moutons, des vaches ou des chèvres, dans le respect de la Sunna du prophète Mohammed.



Comme chaque année, à l’approche de la date de cette commémoration du sacrifice inachevé d’Ismaïl, fils du Prophète Ibrahim, les préparatifs ont déjà commencé. Cependant, en raison de la pandémie du nouveau coronavirus, des mesures préventives supplémentaires ont été mises en place afin d’assurer de meilleures conditions sanitaires. Ce mercredi 8 juillet, les ministères de l’Agriculture et de l’Intérieur ont confirmé que la célébration de l’Aïd Al-Adha sera bien maintenue cette année. Cependant, afin de garantir le bon déroulement de cette fête, il est prévu que «outre les mesures habituelles de suivi sanitaire des animaux et des conditions d’hygiène, des mesures additionnelles préventives doivent être observées». À cet effet, l’Intérieur publiera un guide des mesures sanitaires préventives du Covid-19 à respecter le jour de l’Aïd, notamment par les bouchers, et des mesures organisationnelles à instaurer dans les marchés de bestiaux. De plus, des souks additionnels temporaires seront installés et les mesures de contrôle pour le transport des animaux seront renforcées sur l’ensemble du territoire. Enfin, les deux d’épatements ont également annoncé l’extension des mesures sanitaires aux métiers conjoncturels qui se développent autour de l’évènement d’Aïd Al-Adha pour les préserver.



 



Identification et prix des ovins et des caprins



En juin dernier, l’Office national marocain de sécurité sanitaire des aliments (ONSSA) avait annoncé que plus de 4,5 millions de têtes d’ovins et caprins avaient été identifiées entre le 22 avril et le 6 juin 2020. Afin d’assurer la traçabilité du parcours du bétail depuis l’élevage jusqu’au point de vente, une boucle jaune portant un numéro de série unique est placée sur l’une des oreilles des animaux. Cette démarche d’identification certifie la bonne santé de l’animal. Ainsi, l’ONSSA recommande aux Marocains de n’acheter que le cheptel identifié, vendu dans des points de vente reconnus.



En ce qui concerne les prix de vente des moutons, Le360, qui a contacté des clients et éleveurs rencontrés sur le marché, a souligné que les tarifs ont été fixés. Cette année, la baisse de la demande en raison de la crise due au nouveau coronavirus a causé une chute considérable des prix, constate le journal digital. Celui d’une bête de sacrifice varie entre 1000 et 4000 dirhams, en fonction de son poids. Au souk de Mediouna dans la banlieue casablancaise, un jeune éleveur exhibant des moutons Sardi a déploré que bien que la bête est nourrie au maïs et à l’orge, elle est vendue à 3400 dirhams, et pourrait même être cédée à 2800 dirhams. «L’année dernière, j’en aurais demandé 5500 dirhams», a-t-il regretté.



Ce constat s’aligne sur les affirmations avancées par Médias24 suite aux déclarations de la Fédération interprofessionnelle des viandes rouges (Fiviar). Selon cette dernière, bien que la commission chargée de fixer les prix pour l’Aïd ne s’est pas encore réunie, les prix connaitront «une baisse de 10% par rapport à l’année dernière», en raison d’un «pouvoir d’achat qui sera relativement faible cette année, suite à la crise du Covid-19». Rappelons qu’en 2019, les prix variaient entre 47 et 52 dirhams le kilogramme.

 

Vague de froid : les habitants de certaines régions en difficulté

Vague de froid : les habitants de certaines régions en difficulté

Le Maroc fait face à une vague de froid intense qui touche plusieurs régions. La baisse des températures a un impact dévastateur sur les populations des zones reculées, où les rude…
Khalid Aït Taleb

Réforme de la santé : Aït Taleb rassure

Invité dimanche de l’émission "Décryptage" diffusée par la radio MFM, le ministre de la Santé et de la Protection sociale, Khalid Aït Taleb, a répondu en direct, deux heures durant…
Grippe saisonnière : le citoyen inquiet

Grippe saisonnière : le citoyen de plus en plus inquiet

La grippe saisonnière inquiète tout le monde autant que la Covid-19. À l’échelle nationale, plusieurs citoyens ont affirmé présenter des symptômes grippaux plus sévères que d’habit…
Concours du barreau : Ouahbi entre le marteau et l’enclume

Concours d’accès au barreau : Ouahbi entre le marteau et l’enclume

Après sa déclaration provocatrice, le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, a provoqué un tollé. L’acharnement médiatique contre lui a commencé lorsqu’il a répondu à un journa…
Forum de la MAP : Ouahbi s'explique sur la polémique du concours d’accès aux barreaux

Concours d’accès aux barreaux : les explications de Ouahbi

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, était, mardi 24 janvier, l'invité du Forum de la MAP, qui s’est tenu sous le thème "Code pénal : les enjeux de la réforme". Cette renc…
Grand froid : à la rescousse des zones enclavées

Grand froid : à la rescousse des zones enclavées

Sur instructions royales, la Fondation Mohammed V pour la solidarité a mis en place l’action solidaire "Grand Froid" dans les zones les plus touchées par la vague de froid inhabitu…
Le Maroc séduit toujours les retraités français

Le Maroc séduit toujours les retraités français

Même si la Grèce et le Portugal sont les nouvelles destinations favorites des Français à la recherche d'un supplément de qualité de vie, le Maroc conserve ses adeptes. Le Royaume a…
Stress hydrique : les dernières pluies sauveront elles la donne ?

Stress hydrique : les avantages et les inconvénients de la vague de froid

La sécheresse est l'un des principaux défis auxquels le Maroc est confronté. Ces derniers mois, la hausse des températures et la pénurie des précipitations, provoquées par le chang…